Etant donné qu'un Templier n'EST que par le vécu de la REGLE et que celle-ci dit que les Chevaliers FELONS sont exclus de l'Ordre, les Templiers ne peuvent être donc que fidèles au Roi et aujourd'hui: Royalistes.

En conséquence, voici un fascicule sur la vie actuelle des "Templiers" et un autre Royauté sur leur vision politique actuelle, découlant des obligations de la Règle.

                                Jacques SERRE

 

Le 7 juin

Voter européen
c’est collaborer
avec les occupants
de la France

Pensez à nos agriculteurs
à nos pécheurs
et à tous
nos employés délocalisés

A quand l’épuration ?
Il y aura fort à faire…

Mon Dieu
Mon Roi
Mes Devoirs

Jacques Serre

 

Le Roi est à la fois phare et balise pour l’humanité.

Balise, principalement contre l’orgueil des hommes. Le pouvoir, la position sociale, la fortune ne sont que dépôts temporaires de Dieu. L’Homme doit tendre à se détacher de ses avantages terrestres, à la fois pour ne pas tomber dans le malheur en cas de revers de fortune et, à la fois, pour baigner dans la félicité du devoir accompli vis-à-vis de ses semblables.

Phare, pour une imitation de Jésus-Christ reliant le terrestre au céleste; la position terrestre constatant l’inégalité et la hiérarchie naturelle qui en découle. Ainsi, l’effort que l’on doit fournir pour s’élever humainement, sociologiquement permet d’accéder au bonheur.

Il faut viser l’équilibre entre l’effort accompli pour une position sociale et ses capacités personnelles vis-à-vis de sa situation car, aigri par une non-réalisation de son être ou stressé par une position supérieure à ses capacités, l’Homme ne pourra accomplir ses devoirs ou la charité vis-à-vis de son prochain. Phare et balise, seul un roi assure le bonheur de l’homme par le recentrage dans le naturel, la nature et sa transcendance vers le divin.

La différence, l’inégalité voilà l’origine et la vie, loi naturelle et universelle. L’Homme naît du passage du liquide maternel à l’air terrestre. Choc de la différence qui lui donnera vie et l’énergie de pleurer (premier remplissage des poumons). S’il n’y a pas de vie sans eau, il n’y a pas d’eau sans énergie créée par l’inégalité.
L’air chaud et sec s’élève au-dessus des déserts créant une dépression. La circulation atmosphérique ramène sur notre Terre l’air maritime et les nuages qui s’élèvent au-dessus des forêts tropicales. Ces masses nuageuses se refroidissant au-dessus de nous se délestent  de la pluie vivifiante. Mais cette eau (H2O) n’est-elle pas l’assemblage de deux gaz différents hydrogène et oxygène également en quantités inégales : deux molécules d’hydrogène contre une molécule d’oxygène. Ces molécules n’existant elles-mêmes que par l’équilibre entre la force centripète et l’attraction des électrons par le noyau. Quelle est l’énergie qui alimente la circonvolution des électrons autour du gaz ? L’inégalité moléculaire engendre l’énergie qui donne la vie.  

N’oublions pas, non plus, que les recentes découvertes scientifiques ont prouvé que l’eau a une mémoire et nous avons là, semble t’il une création divine avec un corp et un « cerveau »

 Pas d’inégalité, pas d’énergie, pas de vie.
L’égalité est la non vie, la mort. L’absence  d’inégalité humaine dans une civilisation engendre sa mort naturelle car celle-ci pour exister, doit être hiérarchisée.   

La hiérarchie naturelle ne serait-elle pas la matérialisation de la vie? De même que l’obligation des masses gazeuses atmosphériques à s’élever vers l’énergie solaire afin de se délester de l’eau grâce au refroidissement par l’altitude, l’Homme qui s’élève a naturellement la possibilité par la charité de tendre la main vers son prochain.

    -----------------------------------------------------------------

Le Roi est la concrétisation et la sublimation d'une Nation

La Démocratie est la disparition : de l’identité donc du bonheur et de l’amour
                                                     
       de l’humilité donc de l’honnêteté

        de la continuité donc de la sécurité

        de la richesse donc du bien être

        de l’unité donc de la puissance d’un pays.

 

La Négation de la Royauté Naturelle est la conséquence d'un ma, que de culture et d'éducation mais surtout d'une Bêtise latente mêlée à un incommensurable orgueil, source de tous les maux humains.


La Royauté est la forme de gouvernement


la plus Naturelle.

" Ecologie de la Politique "


Ecologie de la politique parce que l'inégalité et l'hiérarchie, toutes deux fondamentalement naturelles sont les deux moteurs, les deux secrets de la vie

Jacques SERRE


La négation de la Royauté Naturelle est la conséquence d’un manque de culture et d’éducation, mais surtout d’une Bêtise latente mêlée à un incommensurable orgueil, sources de tous les maux humains.

La Royauté est la forme de gouvernement
La plus naturelle :

 « L’écologie de la Politique »

Ecologie de la politique, parce que l’inégalité et la hiérarchie, toutes deux fondamentalement naturelles sont les deux moteurs, les deux secrets de la vie.

Jacques SERRE

 

Bonne Année à nos élites                         Bonne Année à nos élites         Bonne Année à nos élites
Bien pansantes                                           Bien pansantes                                Bien pansantes

Sous le haut patronage                  -La démocratie est le fantasme    de la voyoucratie      

 -Nos politicards ne font plus de politique, que de la formule 1 de l’ambition avec  pour seule ligne d’arrivée : Le pouvoir  pour leur seul enrichissement personnel
                                                                                                                                                           
-La démocratie est l’institualisation   de la corruption                        

-Peu importe le peuple

-Peu importe  le pays
-de la Merveille tueuse   de la morale
                                                                                                                  
-de la Mèreauprix fossoyeuse de l’économie 

  -La démocratie et sa corruption    font le lit du totalitarisme                            

  -Politicards traites au peuple, traites au pays,  traites à la Nation Française,
                                                                                          
-du Père Pinard le père   de la prostitution      

 -La mondialisation est le secret coffre-fort de la corruption                                          

 Bonne Année                  et une bonne crise…
-de Giscard, Mitterrand et Chirac     Ribouldingue Croquignole  et Filochard       
    

 -La tolérance est la justification du lâche                                                                 

                  Sac aux sigs et Puce                  

 -L’éducation, le sang de la vie sociale, se doit sans tolérance
           

Ce Dimanche sur Antenne II à 14H30 dans une émission
EH- CULS- mais ni queue (ta maire),
                            un démon-né « DE LA MORVE DANS LE NEZ»
a proféré d’ignobles mensonges.

Il est  vrai qu’il prétend avoir été blessé par des coups de barre de fer.
Il est évident qu’il lui en reste des séquelles certaines (un peu frappé sur les bords)
Jusqu’à lui faire oublier ce qu’est un prête.

Peut être prêche t il pour son avancement (vers l’enfer)

Comment un serviteur du CHRIST peut il incarner tant de haine et oser porter une soutane.
Il est vrai qu’avec
VAH-THI   CAMP D’EUX
(Night-Braille et autres) on est plus tourné vers Satan que vers ses devoirs d’Amour Catholique.
En fait pas très Catholique ce
DE LA MORT EN DAIS

 

Dimanche prochain nous prierons pour lui, pas sur Antenne 2 ,
Mais dans une Bonne Eglise.

Qui remplit son cœur

De la castration du droit Romain

 

L’essence républicaine, issue du pragmatisme du droit Romain, basé sur la seule jurisprudence des rapports entre les hommes dans la cité, devient en écartant toute loi naturelle, l’instrument livré à l’opportunisme, docile et efficace du bon plaisir, sans éthique et borné d’un esclavage collectif, en dehors de tout Ordre providentiel de la création et de toute élévation humaine vers le Divin
L’homme devient là, individu hors nature, sans raison d’être, sans intégration et sans devoir. En fait il s’agit d’un système matérialiste d’exploitation des peuples qui les avilit en leurs inculquant la primauté du matériel
Louis Lallement dans « la vocation de l’occident » disait que la coupe de l’éloquence offerte par la rhétorique latine est un gobelet d’illusionniste, fait pour piper et non pour servir. Elle ne se voile pas, mais au contraire se prostitue. Elle ne donne pas à chacun ce qu’il lui convient, mais un seul s’en sert, afin de soutirer à tous pour son propre bénéfice. La rhétorique n’est qu’une technique du superficiel, l’art d’utiliser tour à tour la raison et le sentiment, au service de n’importe qu’elle cause, un ensemble de recettes captieuses, qui parent du prestige de l’inspiration des roueries calculées. En elle, ne réside pas la puissance du vrai, mais cette séduction d’un usage faussé de la raison.

De même la rhétorique de l’Action Française, comme le droit Romain et la « Pax Romana » furent la carence du génie Romain  dans l’ordre religieux, est une castration de l’essence de la tradition royaliste dans sa conception Française du «  Roi Très-Chrétien »,  par la mise en avant d’un discours athé de la réorganisation de l’Etat républicain. Une réaction contre le désordre républicain dans la continuité d’un comportement réorganisateur bonapartiste, et pourquoi pas Vatican II bien loin de Saint Rémy et de Saint Bernard l’apogée du catholicisme ou les fidèles étaient encore tournés vers Dieu, et non pas vers les hommes comme Saint Louis lavant les pieds des pauvres.
L’Action Française minimise le réalisation primordiale divine de l’Etre par l’imitation du « Roi Très-Chrétien » au profit de la restructuration de l’Etat.

En 313 l’Empereur Constantin converti annonça le ralliement de l’Empire au Christianisme, et en 1313 l’abolition de l’Ordre du Temple sonna la mort de l’idéal Catholique (sauver en priorité son âme par le service) avec la disparition des Ordres Militaires au profit de l’inquisition. 

 

         De la scission, fruit de l’anarchie

 

L’école de pensée de l’Action - Française, école des chefs, porte dans son fruit le ver de la scission.
Cette culture musclée, d’une élite imbue de la supériorité d’une culture, de son savoir politique, n’est qu’une réaction méprisante, une anarchie, une analyse d’un Etat peu glorieux incluant une révolte de blousons noirs armés de matraques et de morgue.
En fait une révolution explosive contre les acquis d’une triste société d’un pouvoir incompétent, corrompu et surtout traître à sa propre Nation.
Maurras une réaction contre le désordre étatique devient un « gauchiste » car il n’y a là aucune imitation de Jésus Christ nous ramenant par le « Corps Mystique du Christ » à la « Droite » de Dieu le Père.
Cette école de pensée imbue de son orgueil d’avoir la seule vérité contre l’établissement, implique par sa nature une rébellion des jeunes générations envers leur propre encadrement.

La perte de la notion de sacré, de la tradition, du devoir, de l’exemple, implique que le chef s’il n’est plus combattant mais seulement maître intellectuel, devient poussiéreux car la jeunesse bouillonnante ne suit hélas que le courage et non pas « le dogmatique ».
Le maître devient alors bien pâle par rapport à n’importe quel nouveau chef providentiel entraînant à sa suite toutes les nouvelles troupes. Nous avons vu l’engouement soulevé par les Napoléons et autres dans la masse populaire.

En opposition à la souveraineté et à la royauté, la monarchie (gouvernement d’un seul devenu héréditaire) n’est pas obligatoirement légitime. La porte est là, ouverte à une supériorité d’action par rapport à la continuité d’une légitimité naturelle.

C’est un manque de Mystique, de Divin, un excès d’orgueil, une course en avant, aveugle de toute réalisation Divine de l’Etre.
                                           Du roi soleil humain
                                           Du roi le divin sur terre
                                           Du roi thaumaturge  
                                           Du roi sacré pour tous
Du sacré, du légitime, du respect, du devoir d’exemple, d’une cité de Dieu, de l’imitation d’un Christ Roi dans la vie de tous les jours ou plus modestement d’un idéal de chevalerie, d’un idéal de noblesse ; que reste- t- il ?
Le drame de la royauté Française, la révolution, fut que nos Reines bien souvent n’ont pas su incarner l’Amour de leur peuple et que nos Rois ne furent pas toujours devant leur armée. Un peuple désemparé n’est enflammé que par le courage et n’est touché que par l’Amour qu’il ressent.
Que reste-t-il donc comme impact d’une telle école de pensée dans un peuple profondément inculte ? Une réaction instinctive d’une peur et d’un mépris savamment conditionné par un Etat toujours révolutionnaire.
                                        « Les cranes rasés, les fachos »
Quelle piètre vision, quel piètre résultat, pour tant d’énergie, tant d’heures consacrées à la survivance d’un journal de référence qui se veut exemplaire et éducateur, auquel n’est attaché qu’un groupuscule de tradition familiale qui hélas se rétréci de jour en jour par le vieillissement de ses membres.

Les relèves s’éparpillent, s’installent dans leurs ambitions personnelles  de chef, dans la première opportunité malheureusement bien trop souvent en dehors de la pensée Maurrassienne. L’âge venant, l’école de pensée de l’Action Française  ne devient malheureusement plus que pour ses jeunes membres que le moteur d’une « carrière »

Un fait aggravant dans l’Action Française c’est aussi qu’il n’y a pas de formation avec un enseignement progressif. Chacun lit selon son envie, tel ou tel ouvrage, sans aucun fil conducteur, sans encadrement philosophique. Chacun se fait dans un climat, une pensée anarchiste dont les Maîtres sont Monarchistes souvent pour une finalité d’ordre National. Mais ces élites provenant souvent d’un contexte familial favorable se font pratiquement seul, dans une atmosphère de copains et à une appartenance à une bande en dehors d’un système d’éducation académique.

La bande est là, prête à prendre son envol par un manque physique de maître à élèves. Pas de programme pas de polycopie, pas de professeur, rien pour se projeter dans l’avenir.
Un self politique bien garni, avec du Maurras toujours en promotion, mais pour s’identifier à qui ? Voilà ici la quête du nouveau chef de la future scission.

Ce copinage , même des jeunes élites politique reste une démarche d’adolescents prêts à se rebeller.
Pourtant l’idéal d’engagement serait bien là mais le ciment, du respect, du devoir d’exemple, de l’ordre social Chrétien, ne peut prendre, dans l’anarchie et le désordre civique.

J’aimerais tant remplacer le cri de guerre :
             
                                « Action Française » par « Exemple Français »   

 

Joseph de Maistre disait :
                                La noblesse n’est pas une caste qui dirige
                                Mais une caste vers laquelle on se dirige

 

Divinité de la Royauté

 

Les rois de France n’ont pas été crées par le Christ.
Ils sont les descendants de notre seigneur Jésus Christ et participent de l’origine du Christ, par leur Naissance et du Saint Esprit par la Sainte Ampoule.
La Notion de Roi est depuis la création, naturelle et Divine.
Un peuple n’existe que par son Roi et sa foi, les deux seuls garants contre l’orgueil, la désintégration originelle.
L’orgueil de l’être n’est plus une élévation d’une réalisation constructive vers le divin mais une descente infernale vers le plus profond abîme humain, sa perte par implosion.
Le Roi est à la fois la voie d’élévation, le phare vers le Christ par son origine mais aussi son Evêque Temporel, son glaive (REG : en ligne droite comme l’éclair)
RAG et REG antiques origines du mot Roi.
Si le Christ n’a pas été crée mais procède du Père; la Royauté du Christ et le Principe lui-même de la Royauté, puisqu’il y a aussi la Royauté de Notre Sainte Mère ; procède aussi du Père.
Le Sacre du Roi, le 8ème sacrement de l’église d’après Saint Bernard et par la confirmation, par la volonté du Saint Esprit avec la Sainte Ampoule, est partie intégrante du Corps Mystique du Christ.
Ce Phare Divin nous permet de nous élever (sans faiblesse puisque le Roi jure lors du sacre de lutter contre les ennemis de l’église) et nous donne l’espérance de pouvoir venir s’asseoir à la Droite de Dieu le Père.
Voici la Droite Naturelle, Divine, tout le reste ne peut être qu’à gauche, chemins vers les enfers
Mon Dieu, Mon Roi, Mes Devoirs
Les Francs (hommes libres) libres depuis leur Baptême d’échapper au Péché originel par le Corps Mystique du Christ par l’histoire ou le mythe de l’origine Davidique de leur Roi Mérovingien, ont fondé la France depuis la Prophétie de Saint Remy.
La cérémonie du Sacre concrétise la Royauté de la France
L’assimilation de la Navarre Protestante élargie notre Royauté en Monarchie de la France et de Navarre car celle-ci est non seulement Protestante mais le Roi de France n’y est pas légitime car il reste une branche des Bourbons aînée en Navarre; d’où l’origine du mot Monarchie (gouvernement d’un seul illégitime devenu héréditaire)

 

Jour du Miracle

Lorsque les Français comprendront que la gauche à intérêt, à appauvrir matériellement et surtout intellectuellement le peuple, pour s’assurer un clientélisme, la France criera
« oh ! Miracle » et fait un grand pas :
Elle fera également un bond salutaire lorsque nos bien braves électeurs (brave en patois Provençal est un mot bien gentil pour désigner le « couillon » ) réaliseront que notre soit disant Droite, pour se maintenir au pouvoir à tout intérêt, de financer la gauche et à la titiller pour qu’elle instaure le désordre financier et social, de manière à être le seul recours (pire dans la continuation)
D’autre part c’est si confortable de se présenter comme socialiste, lorsque l’on est milliardaire et que l’on envoie ses enfants dans les meilleures écoles de France.
Les deux parties ont donc intérêt à mentir et  à jouer du quadrille de l’alternance en invitant le mondialisme et le tiers monde.
D’ailleurs nos politiciens des deux camps deviennent eux aussi des immigrés, car ils déménagent  leur argent noir de la blanche Suisse vers des soleils plus lointain, plus juteux, japonais ou modestement asiatique ou africain.
L’argent détourné ne profite même plus à l’Europe.
Le fruit du commerce de la drogue est le seul réel moteur de l’économie mondiale (et non pas le dollar). Les pays sous développés achètent des armes, de la technologie et de la nourriture avec l’argent de la vente de la drogue, aux pays riches. Les bénéfices de ces échanges internationaux devenus mon grata vont s’épanouir eux aussi sous des cieux plus lointain. Nos banques ne sont plus alimentées et pourtant les frais des campagnes électorales explosent : Quelle belle crise…de rire.
Les capitaux fuient la France qui se meurt au bénéfice d’un lointain mondialisme, plus discret et moins réglementé.
L’alternance nous amène toujours de nouvelles poches vides, mises en place toujours par la même hiérarchie, les mêmes groupes financiers, pour une éternelle représentation de guignol.
Au nom du sacré dogme de l’égalité supprimant tout élitisme, toute émulation, tout effort, le cerbère du ménage « gauche-droite », l’éducation nationale (ou plutôt l’abrutissement national)
tient tout le peuple en otage.
Plus de dictée plus de récitation, bientôt plus de lecture et plus de devoirs.
La méthode globale devient « ignare global »
L’idiotie collective est bien programmée et tenue bien fermement par la milice gauchiste de l’éducation de l’internationale.
« Etudiants allez manifester pour justifier nos subventions de la Droite.
Dissertez sur tout et sur rien, ridiculisez la religion, la famille et la société mais surtout remplacez le devoir d’analyse et le bon sens populaire par la dialectique anti-impérialiste, le nouveau chewing-gum Du manipulé »
Faire des aigris à vie, des moutons de panurge rivés devant la télévision.
Des Don Quichotte contre le capitalisme, rien de tel pour manipuler les foules.
Rien de tel pour nos élites : Faire carrière et surtout ses affaires, hors de France, discrétion oblige.
La France sans frontière disparaît. Mise en concurrence avec le mondialisme, nos lois sociales, nos salaires deviennent exorbitants.
Plus nos industries se délocalisent, plus les ressources de l’Etat disparaissent alors que l’espérance de vie augmente.
Peu importe, l’Etat, pour exister à court terme détruit nos hôpitaux, plus d’infirmière plus de médecin, il faut bien lutter contre l’allongement de la vie. Le gouvernement vend de la tour Eiffel aux bâtiments du ministère de la culture, en passant par nos autoroutes, nos industries et même jusqu’à l’or de la banque de France. Autre solution à court terme, emprunter au delà du raisonnable.
Peu importe nos politiciens se seront bien trouvés une retraite dorée dans un prestigieux organisme constitutionnel et ne seront pas obligés eux, d’aller travailler pour 100 euros en Roumanie ou en Chine.
La mascarade continuera ; tout est bien ficelé en France, par un gauchisme totalitaire bien pourvu et soutenu par une fausse droite trotskiste.
Tout est bien ficelé, un peuple Français apprêté comme un vulgaire rôti pour le ménage « Droite-Gauche »
Actuellement nos frontières protectrices tombées à l’adhésion à l’Europe, nos lois sociales et nos salaires ne sont plus compétitifs. Toute notre industrie va se délocaliser.
Au lieu de s’engouffrer dans une course irresponsable de l’augmentation de nos salaires, étudions comment les Roumains peuvent vivre avec des mensualités de 100 euros. Inversement recherchons pourquoi les entreprises Hollandaises et Allemandes peuvent offrir des salaires bien supérieurs à leurs employés alors que nos entreprises sont, elles au bord de la faillite.
Analysons le montant des charges et de l’imposition dans chaque pays.
Nous constaterons que le rôti « du ménage droite-gauche » baigne dans une sauce bien grasse.
Bien grasse pour qui !
Il faut bien subventionner les partis politiques, les syndicats, les associations gauchistes (ni pute ni soumise et autres)
Les subventions , primordiales, vu le montant par carte d’adhésion, sont celles des syndicats étudiants.
L’Etat privilégie l’élevage des moutons de Panurge. A quand les manifestations des maternelles ? Elles sont déjà il est vrai bien manipulées par l’enseignement global et autre.
Voilà de bien tendres rôtis d’agneau.
Quelques Ames bien…niaises rétorqueraient que les subventions sont la démocratie. Là j’ai bien compris la voyoucratie, car cette soi disant démocratie est à la foi orientée et totalitaire.
Au nom de la démocratie je n’ai jamais vu de subvention pour les royalistes ou pour les Français de souche en voie de disparition ou pour encore les catholiques traditionnels. La justice républicaine est de construire des mosquées et d’interdire d’église les catholiques traditionnels. Le libre choix des Indiens des Etats unis est de pouvoir vivre entre eux dans des réserves. Toutes démarches dans cette direction seraient taxées de racisme et jugées hors la loi en France.
Les massacres de la révolution furent ignobles et sanglants, mais leurs continuités actuelles totalitaires et iniques. Les Français ont voté « démocratiquement » contre l’Europe et contre la disparition de notre pays. L’Etat international est passé outre, nous imposant ses directives de destruction de la France et de son industrie.
La révolution internationale : l’agrandissement du troupeau des moutons de Panurge, sans limite sans frontière est la seule finalité.
Il est vrai qu’ainsi ces moutons n’ont plus besoin de cloches pour les singulariser. Ils sont singulièrement eux même cloche, tintant à volonté et opportunément pour nos seuls dirigeants droite-gauche internationaux. 

                                           LA BETE EST MOURANTE

                                                                                                                         
Ils ont déjà  appelé,
en deuxième Personnage                                                                        
de la gueuse, un Bon…
VETERINAIRE                                                          
                                                                            

A QUAND
             
               L’EQUARRISSEUR ?

Dieu Premier   Servi

Mon Dieu, Mon Roi, Mes devoirs

 

La fraternité de la tradition Française Saint Pie X

La Nation Française n’a plus actuellement de mouvements politiques représentatifs, qui tous se sont éteints ou expirent par la guerre du « politiquement correct » de l’Etat mondialiste.
Seule la fraternité Saint Pie X encore et hélas pour combien de temps, est la catholicité exacte de nos ancêtres, par le respect du dogme catholique.
Malheureusement le Front National, très présent dans une partie de la fraternité a non seulement faussé son image,  mais provoqué aussi les trahisons de la fraternité Saint Pierre puis de l’institut du bon pasteur. Elle ne représente plus malheureusement pour la masse populaire, qu’une église de cranes rasés et de soit disant « fachos » de la dialectique du politiquement correct de la république. Et pourtant si un grand nombres de démunis sont membres de cette église, le peuple n’y voit que bourgeois suspects, puisqu’ils revendiquent d’être  « catholiques Français toujours »
Il est vrai que si la fraternité gère de multiples associations caritatives et divers services d’entraides, elle n’est perçue que comme groupuscule d’élites bourgeoises, hautaines et heureuses de vivre entre elles, dans un cercle fermé. Elle a perdu sa justification Divine et l’élan populaire, par l’arrêt des « prises d’églises » La fraternité manque aujourd’hui à la foi de prosélytisme et à la foi de moyens de communications. Tout est fait pour enfermer ces Français dans un ghetto (et ces fideles ne sont pas fâchés d’être dans cette position). Aucune église donnée par le ministère de l’intérieur, nous ne sommes pas musulmans. Chaque nouvelle paroisse doit acheter ses locaux, avec ses propres deniers alors, que ce sont nos ancêtres qui ont batti les cathédrales. Les écoles de la fraternité ne sont pas suffisamment nombreuses pour remplacer les anciennes générations. L’enseignement traditionnel va se perdre. Le drame est que la fraternité n’a jamais mis en forme, un dictionnaire de livres à lire obligatoirement de l’apprentissage de la lecture, à l’apogée de « l’homme réalisé » de l’âge de 33 ans, l’âge de notre sauveur. Un ouvrage de la sorte grandement diffusé dans les masses, pourrait malgré la désaffection de la lecture dans les nouvelles générations, ramener certains Français à une prise de confiance de leur état de moutons de Panurge de la « Raie-Publique » . Par correspondance beaucoup de listes orientées essaient de se maintenir commercialement, mais rien n’est programmé, selon les différentes disciplines de l’enseignement traditionnel en fonction de chaque année d’âge. Cela aurait put être une nouvelle croisade de l’éducation traditionnelle, mais les dirigeants sont trop installés dans leur bourgeoisie pour voir le long terme d’une reconquête, dont ils ne sentent pas l’urgence. Un autre moyen de reconquête, aurait été de créer une paroisse mobile partant de Paris vers la totalité du territoire de la France. Chaque commune depuis longtemps sans prêtre, aurait put demander le passage pour une messe dominicale de cette paroisse itinérante. Le problème évoqué n’est pas de trouver des fidèles, une chorale où des cars de transport, nous en avons constaté l’engouement et le succès pendant la période des « prises d’églises », mais l’affectation d’un prêtre car tous, dans la fraternité sont déjà bien trop occupés.
Les acquis présents de la fraternité, leurs sont bien suffisants alors que pour se maintenir au pouvoir « le ménage gauche droite » naturalise tous les jours à tour de bras. L’assimilation était réussie avec les nations Polonaises, Italiennes, Espagnoles, et Portugaises, toutes Nations catholiques. Mais qu’en sera- il  dans vingt ans, ou moins lorsque l’Etat mondialiste imposera l’entrée de la Turquie dans l’Europe et lorsque l’Islam y deviendra majoritaire en France. L’Islam n’est pas qu’une religion. C’est également un Etat totalitaire par la Charia. De toute manière, si les délocalisations continuent, les Français seront déjà partis aller travailler dans les pays sous développés.
Alors peu importe, si l’Islam noyaute la pauvre France, les Français n’existeront plus dans l’ancien phare de l’occident. Mais que de haines programmons nous, à la place de l’Amour chrétien de l’occident. Quel monstre de civilisation, les mondialistes construisent-ils. Des numéros d’ordinateurs, avec des bracelets électroniques, des esclaves modernes tremblants de peur de perdre leur travail, le tout pour une nomenklatura, assoiffée d’argent et de pouvoir qui hélas, dérivera vers un fascisme international. Pauvre douce France qu’est-il arrivé à l’ancien foyer des Dieux Celtiques, la terre du coucher du soleil, des anciennes civilisations près chrétienne. Tant de traditions cristallisant l’intelligence humaine pour incarner un Amour Divin, réduites à néant pour la seule ambition totalitaire d’une nomenklatura  politique sans aucune légitimité sociale. Donner le pouvoir à l’homme, il deviendra, soit un tiran sanguinaire pour assoir sa durée, soit un mégalomane à la limite de la folie, ou indiscutablement avec le temps, à la foi mégalomane et tiran. L’homme sans Amour n’est pas fait naturellement à l’image de Dieu, mais hélas mercenaire sanguinaire du Diable. L’homme n’est pas naturellement bon, la copie de Jean Jacques Rousseau était plus que douteuse. Seul l’éducation d’une tradition profondément ancrée, dans les gènes de toute une société, peut par l’exemple l’effort et le devoir, guider l’humanité vers la seule véritable démocratie, le respect, la justice et l’Amour, ou l’amour doit se retrouver dans une naturelle pyramide de la famille, de la paroisse, du clan, de la province, de la nation, le tout, vers son Roi-Très-Chrétien, et un Dieu catholique Amour.

Voilà la véritable, la naturelle « écologie humaine »

 

La malédiction divine

Constatons que chaque fois qu’un Roi de France, par ambition, stratégie, faiblesse ou bonté est parjure au Serment du sacre (le Roi jure de lutter contre les ennemis de l’église) il meurt chaque fois et ses enfants sont sans postérité.
Henri IV qui protège les protestants, meurt sous le couteau du Moine Ravaillac ainsi que Philip le Bel qui détruisit ignominieusement l’armée du Christ qui avait pour patronne Notre Sainte Mère, et Louis XVI notre Bon Roi par bonté avait donné l’état civil aux juifs et aux protestants, fût décapité.
La royauté si « RAG » le soleil, le phare, le roi est au dessus, seul et Divin il y a avec « REG » le devoir de diriger en ligne droite.
Comme l’éclair avec une justice lumineuse mais foudroyante. Un Prince de sang Royal ne peut être tolérant (il est lieutenant du Christ) sans encourir la Malédiction Divine des parjures au principe Royal : gouverner et lutter.
Monseigneur Notre Prince bien aimé soyez sans tolérance, le chef de la tradition en Espagne et en France en éliminant tous ces orgueilleux et tous ces faibles démocrates chrétiens qui n’ont rien avoir avec le principe Royal. Restez lieutenant du Christ, de sa seule église traditionnelle la même que celle de nos Rois, l’institut Saint Pie X
N’oublions pas les dernières paroles de Notre Reine Marie Antoinette « on m’amènera peut être un prête, mais je proteste ici que je ne lui dirai pas un mot et que je le traiterai comme un être absolument étranger »
L’affaiblissement du Corps Mystique du Christ Vatican II, est contraire au principe de la Royauté .Un constat n’est plus un dogme, n’est plus notre église, n’est plus Notre Seigneur Jésus Christ chassant les marchands du Temple.
Notre tradition et Monseigneur le Duc de Bauffremont sont bien fatigués.
Notre Prince prenez la relève de la tradition des légitimistes de France et d’Espagne et de notre seule église de nos Rois, l’institut Saint Pie X.
                    
  Mon Dieu, Mon Roi, mes devoirs.

La Réalisation divine de l’être

Le roi n’est pas, il est vrai le soleil, mais le fait de pouvoir accepter qu’un être, le Roi, à une position naturelle au-dessus de tous les hommes, nous redonne une situation dans la nature : un avenir une direction, un devoir : nous élever vers la création, vers Dieu.
Entreprendre cette route, l’élévation de notre Moi dans la création Divine, la réalisation de notre être, à l’image de Dieu, ne peut se faire qu’en abandonnant notre orgueil.
Cela passe par l’acceptation que nous ne sommes qu’une créature créée avec sa longue lignée ascendante ; nous n’existons que par nos ancêtres, depuis l’origine.
Nous ne sommes pas un tout par nous même, mais qu’une infime partie de la vie qui a la possibilité elle de s’élever vers une réalisation.
Délestons nous de notre orgueil, nous ne sommes pas une créature finie, mais vivante qui peut s’élever comme une plante vers la lumière, vers le haut de la société, vers le Roi et vers le Divin.
Une créature vivante qui aura peut être aussi une descendance.
Elever un enfant dans le mythe de l’égalité est une castration. La vie est une conséquence de l’inégalité. Pas de différence, pas de vie.
L’homme a besoin de jalons, de rêve, d’idéal, pour gravir les échelons de la société jusqu’à la réalisation de ses possibilités. Là est la seule paix intérieure, le seul bonheur si l’on a pu s’élever jusqu’au mystère, jusqu’au Divin et que l’on a pu accepter que cette dimension supérieure, Divine est en nous comme une énergie, un soleil intérieur.
S’élever vers Dieu c’est nous rapprocher de la partie la plus éloignée de nous même, nous accepter globalement puisque nous sommes créés à l’image de Dieu.
Le Christ par son « Corps Mystique » sont leg de la hiérarchie de l’église et de l’échelle des sacrements, nous donne par « l’Imitation de Jésus Christ » cette élévation et la possibilité de venir s’asseoir à la droite de Dieu le Père.
N’est ce pas là les plus beaux jalons de la vie.
N’est ce pas là, la plus juste réalisation.
N’est-ce pas là, la plus belle définition de « la droite »

La société médiévale
(Louis Lallement : la vocation de l’occident)

L’éthique chevaleresque du Moyen Age relevait en son principe de la conception sacrale du chef chrétien qu’incarnait la Monarchie Franque de Droit Divin.
Le chevalier devenait vassal avant tout de Dieu.
Il faut aussi voir l’expression du sacrifice de la vie mystique consentie à l’image du Sauveur.
Une sagesse profonde passait en actes dans la vie quotidienne du chevalier, et la culture de sa personnalité, son développement spirituel, s’accomplissaient de pair avec son insertion dans l’harmonie de l’univers
La chevalerie fut l’institution dans sa réalité la plus haute qui fut vécue par d’innombrables hommes avec la sincérité de la foi qui fait accepter la mort, comme on le voit dans les croisades, rien de moins en son principe qu’une épreuve demandant à l’homme de prouver selon son état, qu’il est bien fait à l’image du Dieu créateur.
Moines, chevaliers et compagnons se retrouvaient d’ailleurs sur les chantiers, tous étant grands bâtisseurs. Ainsi se trouvaient solidement liées les trois armatures qui dans la société médiévale assumaient en quelque sorte les fonctions de l’esprit, de l’âme et du corps dans l’être humain. La société était conçue en tous ses rouages pour hausser l’homme de l’existence brute, à la conscience morale et subsistance naturelle à la vie spirituelle, d’aider les hommes à devenir de véritables chrétiens, c’est à dire des images du Christ.  

                               Le 15 Août, fête de la Nation Française

Notons au passage que la France est le seul pays qui par décision de son assemblée Nationale décréta l’éradication complète de toute vie de trois départements.
L’Etat Français donneur d’exemple dans le monde par sa position pour le génocide Arménien, et la Shoah, n’a toujours pas reconnu le génocide Français de la Vendée.
La statue du bourreau Vendéen, le général Thureau trône toujours sur la façade de la mairie de Paris.
Louis XVI n’a  toujours pas été canonisé.
La France, l’inventeur, du modèle de génocide, l’a exporté dans le monde entier.
Nous avons bonne mine vis a vis de la Shoah puisque nous sommes l’inventeur des atrocités par la terreur de la convention Française et que l’Etat n’a toujours pas reconnu les faits : guêtres faites avec la peau des Vendéens pour les armées révolutionnaires, les fiançailles de Nantes, les incendies d’églises remplies de villageois et le meurtre à coups de hache de bébés dans le ventre de leur mère et bien d’autres atrocités.
Les Russes ayant sanctifié le Tzar et sa famille nous sommes devenus plus bolchevique que la Russie moderne qui elle a su demander pardon de ses massacres et réhabiliter son Tsar.
Comment respecter une France moderne qui fait défiler tous les ans ses militaires le 14 Juillet le jour anniversaire de l’assassinat de ses vétérans invalides de la Bastille qui avaient perdu bras ou jambes au combat pour la France et qui furent ce jour là dépecés au couteau par une populace ivre, en remerciement d’un repas offert quelques heures auparavant par ces pauvres militaires invalides.
Le 14 Juillet devrait s’appeler le jour de la honte nationale d’un Etat plus rouge que la Russie Bolchevique.
Quelle mascarade étatique que de faire défiler des militaires Français ce jour là.
La prophétie de Saint Remy disait : La France tombera dans le malheur le jour ou elle oubliera ses devoirs vis à vis de l’Eglise.

Pas de lieutenant du Christ, c’est le sang du peuple qui coule et
la misère qui règne.       

 

Le roi « très-Chrétien »

Au sommet de l’édifice social de la France, modèle et miroir de la Chrétienté, le roi consacré est qualifié de « très-chrétien » selon une appellation pleine de sens qui devait devenir un titre traditionnel.
« Soyez glorifié avec Jésus-Christ dont vous êtes dit, porter le nom et tenir la place ; que Celui qui est médiateur entre Dieu et les hommes vous établisse médiateur entre le peuple et le ciel »
Le Roi dûment sacré, auquel il appartient de réaliser en soi-même la vertu de son sacre représente Dieu devant son peuple et son peuple devant Dieu.
D’autre part il est clef de voûte de la construction sociale, dont il résume en sa personne le double principe spirituel et charnel.
En lui se noue les liens de la grâce et du sang qui unifient la multitude. D’autre part, il est par excellence l’Homme uni au Dieu vivant selon la nouvelle Alliance.
Par suite du caractère éminent de cette union en lui, descendant et successeur de Clovis, il participe à la Sainte Humanité du Christ, incarnant la Loi et traçant la voie du salut commun. Il doit être tout à tous comme par vivante Eucharistie. Sont cœur doit être calice ou communie son peuple, et près de lui la reine du Lys, Dame Souveraine, image de la Médiatrice universelle, est vase d’élection de la grâce d’amour et de sang royal.
Comme le Fils de l’Homme son modèle, le roi de France ayant été élevé, doit attirer à lui tous les hommes. Tel est le sang supérieur de cette autre formule capitale de la liturgie du sacre : « prenez la main de Justice et de puissance, par laquelle sachez remettre en droit chemin les égarés, secourir ceux qui sont tombés et relever les humbles »
Princes, chevaliers ou compagnons, chacun avait alors à cœur d’honorer son état, et respectait l’éthique de sa fonction, quelle fût comme une règle de vie, annexée à l’Evangile dans un ordre spirituel en cours d’incarnation.     

 

Le Roi Lieutenant du Christ

Les Rois de France, Lieutenants du Christ, ont toujours été chef de guerre de la nation Française.
Ils ont toujours défendu l’intégrité du royaume de France dont ils ont toujours essayé d’agrandir et d’affirmer la gloire.
Il est vrai quelque fois avec de retentissants revers.
De François Ier à Pavie en Italie, Philippe VI De Valois à Crécy contre les Anglais et de Jean Le Bon à Poitiers, contre la Bourgogne.
Fontenoy fut le dernier fait d’armes de Louis XV, Roi bien aimé qui par la suite s’éloignant de ses armées perdit son aura.
Le peuple ne suit que le courage. Un Roi chef d’Etat comme Louis XVI  ou Louis Philippe perd l’amour du peuple.
Si Louis XVI par sa très grande bonté ne voulut jamais être responsable d’une seule goutte de sang versée de son peuple, il ne sut prendre la décision de faire entrer les troupes dans Paris pour ramener l’ordre. Pas plus à Varenne ou par un seul mot, il aurait pu faire la jonction avec les armées des immigrés.
Le peuple malheureusement ne vit pas bonté, mais faiblesse et traîtrise.
N’oublions pas la cérémonie du Sacre où le Roi jure de lutter contre les ennemis de l’église.
Le Roi est le chef de guerre chanceux ou vaincu, au cours des âges, mais lieutenant du Christ devant ses armées, inspirant l’amour de ses sujets par son seul courage.
Le Roi ne peut pas être qu’un gestionnaire de l’Etat. Il est l’Etat par son glaive, remis lors de son sacre .
Un Roi détaché de son armée, perd le respect. Sans une providentielle, Jeanne D’Arc il perd également son trône et plonge son peuple dans un terrible bain de sang.
Ce martyre des peuples se renouvellera aussi bien en Allemagne, en Russie, que maintenant au Vietnam  au Cambodge en  Ethiopie, jusqu’à aujourd’hui au Srilanka.

 

L’idéal catholique de la Nation Française

Qu’est devenu l’idéal de la nation Française, après les deux catastrophes des empires Napoléoniens.
La franc-maçonnerie continuatrice de la révolution « dite Française » avec Clemenceau et tous les gouvernements socialistes successifs, vouent une haine à la nation catholique aussi bien en France, qu’en Allemagne et en Autriche.
Rappelons qu’une Nation, est une grande communauté humaine ayant la même terre, la même langue, la même religion et la même manière d’enterrer leurs morts. Un pays peut être pour son malheur (l’histoire nous a montré que cela se termine toujours par une guerre civile) composé de plusieurs nations. (Roi de France et de Navarre)
Staline en 1918 ayant ordonné à la gauche, d’envahir tous les séminaires catholiques, la France va être livrée totalement à l’internationalisation de la révolution par soit le national socialisme Allemand ou le fascisme Italien et Espagnol ou la dictature franc-maçonnique en France.
Quelques idéalistes s’enrôlèrent dans les légions hitlériennes, pour lutter contre les Bolcheviques Russes, mais l’Allemagne n’était déjà malheureusement plus dirigée par une élite de la noblesse catholique prussienne de la génération du maréchal Rommel mais par une manifestation luciférienne de la nation de Luther, bon élève de la révolution « Française » païenne, bon élève de ses génocides et de sa terreur. C’était manifestement se tromper de cheval, pour aller à la guerre contre l’international communiste.
Mais avec le recul de l’histoire, d’une succession ininterrompue de traîtres de l’Etat de la Nation Française, qu’elle analyse visionnaire de la politique et du devoir !
L’Allemagne est aujourd’hui l’ami de l’Europe ou elle y pèse de plus en plus de son grand poids de « grosse Berta », semant la ruine chez nos agriculteurs et nos pêcheurs.
Les deux hégémonies, c’est celle du communisme Russe, Chine et Corée du Nord, discrète mais mafia tentaculaire souterraine, et celle des Anglo-saxons impérialistes industriels qui manipulent l’intégriste musulman pour se légitimer, toutes deux prouvent que l’idéal mal chanceux « des divisions de Charlemagne » et autres, avaient bien compris l’évolution politique du monde, et la future disparition des nations Européenne, fruits mortels de la sape communiste et de la franc-maçonnerie Anglaise. Triste constat, la France aurait gagnée la guerre, mais aujourd’hui n’existe plus et est occupée sur son sol largement plus, que ne fut la France pendant la deuxième guerre mondiale, les gouvernements successif ayant toujours besoin de nouveaux électeurs, pour les soutenir dans leurs œuvres de mort de la France.
L’idéal de cette manifestation de la Nation Française était mu par le constat, qu’il était plus important pour la France, de détruire le Bolchevisme qui noyautera chez nous tous les rouages de la France après guerre (politiques, administratifs, industriels, religieux de l’art et de la culture et même la bourgeoisie) que l’Allemagne nazie, car tout dictateur pour se maintenir au pouvoir détruit ses ennemis et ce faisant, se rend impopulaire, et perd sa légitimité  de la masse populaire qui est toujours d’essence inconstante, sans compter que la vieille noblesse militaire Allemande, avec les continuités de l’Ordre du Temple et la continuité de l’Ordre teutonique aurait du entre temps se charger d’éliminer Hitler par divers attentats.
Sur le sol de la patrie les idéalistes de la Nations Française crurent eux aussi avec la Milice pouvoir relever la tête après la défaite, et protéger du moins avec la zone libre une partie de la France. Mais si le gouvernement socialiste alla chercher un Maréchal de 84 ans pour assumer le dialogue de la France vaincue avec l’envahisseur, le seul qui avec son aura de vainqueur de Verdun pouvait incarner l’espoir de la France, certains socialistes et certains communistes hélas trop nombreux partent travailler bénévolement pour l’Allemagne socialiste. Forfaitures cachées d’un idéal anti Français, qui se continuera jusqu'à nos jours par le Gaullisme, fausse droite d’inspiration trotskiste, jusqu’à l’imposition aux Français de la disparition de la France par le sacre giscardien de l’Europe, totalitarisme idéologique de la franc-maçonnerie. Après 1941 lorsque l’Allemagne, déclara la guerre à la Russie une partie de la gauche collaboratrice des usines Allemandes réussie à entrer en France créant une nouvelle vague de maquis de gauche, car ils étaient pourchassés comme anciens collaborateurs, par le gouvernement Français ainsi que par la milice, et devaient se cacher dans les bois. Guerre des maquis, dénonciations, la nation Française n’existe plus. Il faudra un nouveau maréchal Philippe de Hauteclocque  dit le Maréchal Leclerc succédant à un maréchal Lyautey, pour réanimer la flamme de l’idéal Français. Mais aujourd’hui combien de généraux osent braver la toute puissante fraternelle maçonnique militaire, en allant le Dimanche à une messe traditionnelle avec un missel à la main. Bien peu hélas! Mais justes honneurs à eux !
Après guerre les mouvements Français, Occidents, Œuvres Françaises mais surtout l’Action Française, elle trahit par le comte de Paris qui voulu imposer le gauchiste Renouvin et imposer à certains de ses supporters d’aller gonfler les rangs de la SFIO socialiste, sombrèrent dans un néant par manque de relève.
Les années 55-80 eurent quelques frémissements d’idéal par une prolifération de petits faux ordres de chevalerie. Les chevaliers de France, l’Ordre de Montréal Saint sauveur, l’Ordre d’Alibert, l’Ordre de Saint Géréon et jusqu’à une centaine de faux ordres Templiers. Profusion cristallisant un vide de la société, vide de révélation, vide d’incarnation, vide d’un Roi-très-chrétien devant ses armées catholiques. La suppression du service national militaire (la seule véritable égalité républicaine) en sera le cri d’agonie de la nation Française.
Des volontaires Français d’Indochine seront à leur retour ridiculisés. Les socialistes et les gaullistes trotskistes dépècent l’empire Français, porteur de tant de civilisation et de paix, pour ne laisser derrière eux que massacres et génocides, en Indochine, au Cambodge, au Liban, au Soudan, en Algérie et en Afrique noire. Un dernier sursaut des élites dans l’OAS lutèrent en vain pour le bonheur d’une Algérie civilisée et sans massacre, aujourd’hui dirigée malheureusement par des hommes peu scrupuleux téléguidant les massacres des intégristes musulmans pour se maintenir au pouvoir et remplir largement les coffres de la Suisse. 
Malheureusement l’OAS d’esprit, est réactionnaire, voir révolutionnaire et cette insurrection ne s’appuyant pas sur une église devenue elle aussi gauchiste, ne sut pas transmettre à la masse populaire noyautée par le communisme et le socialisme, l’importance pour la France de garder ses colonies et son pétrole, et pour les peuples de l’empire, garder la civilisation d’ordre et de paix, sans le cancer de la corruption. La France fut à nouveau déchirée en deux. La nation entra dans l’OAS et l’international socialiste et communiste alimenta en faux papiers, argents et armes le FLM pour tuer nos jeunes militaires.
Puis ce fut la tradition de la nation Française elle même qui fut à nouveaux scindée en deux. L’église de la nation Française, celle exacte de tous nos ancêtres ? se regroupa autour de Monseigneur Lefèvre. Hélas le Front National miroir aux alouettes, fourre tout pour nationalistes primaires, sans éducation sur la vocation de la nation Française, aura son chef député Européen. La seule action de cette mascarade sera de couper la tradition en deux, lepéniste et royaliste, fraternité catholique Saint Pie X fidele aux dogmes de nos ancêtres et une première félonie, la fraternité Saint Pierre, proche des lepénistes. Ridicules pèlerinages de Chartres en l’honneur d’Etienne de la Ferté, créateur de l’armée du Christ, l’Ordre du Temple, ou chaque faction partira une de Paris, et l’autre de Chartres, comme si l’on pouvait reconstruire en divisant une nation.
Une étoile de l’Esprit Saint, brilla avec l’institut royaliste légitimiste avec Monseigneur Alphonse Duc d’Anjou. Une grâce incarnée, que ressentait toute personne approchant ce seul prince légitime Français. Hélas sa mort  « accidentelle » le 30 Janvier 1989 en pleine commémoration de la révolution ainsi que plus tard celle « subite » de son frère le Duc d’Aquitaine, laissa la nation pétrifiée d’effrois. Son fils aujourd’hui âgé de 35 ans, comprendra t-il que s’il veut échapper à la malédiction Divine qui frappa sa famille, doit s’incarner en Roi-très-chrétien devant ses armées de la tradition, sans aucun tiède entourage démocrate chrétien ou pire encore Opus Dei. L’amour de la nation Française aura t-il un secours de notre bien aimée Sainte Mère, pour motiver notre Roi en France et même en Espagne, ou là aussi la nation Espagnole est bien malade. Aura –t-il comme son père la révélation de son devoir de chef des légitimistes Français et Espagnols, et de son destin de lieutenant du Christ. Nous donnera –t-il la joie d’engendrer un petit prince dauphin, pour que notre nation survive.

 

Monsieur le Président de la République

Etant viscéralement royaliste mais simple Français, devant la crise je vous prie de bien vouloir considérer une possible solution au dopage de notre croissance.

Comment lutter contre la  crise ?

Libérer l’amortissement de l’investissement d’un jour jusqu’à dix ans au libre choix des entreprises.
Réévaluer avant chaque exercice comptable le montant de l’investissement restant à amortir au minimum du niveau de la dévaluation

Ainsi une entreprise en fin d’année avant de boucler son bilan pourrait faire des investissements et les amortir en partie ou en totalité avant l’exercice comptable et payer moins d’impôts si elle amortissait en totalité ses travaux.
Pour l’Etat le montant d’impôts ne serait que déplacé puisque le bénéfice serait reporté sur l’autre entreprise réalisant les travaux.
Malheureusement actuellement si l’on investi on augmente ses impôts car on ne peut amortir la totalité des travaux que sur plusieurs années.
Cette liberté d’amortissement amorcerait une nouvelle activité des entreprises, créerait des emplois et en plus l’encaissement des charges par l’Etat, ainsi que la diminution des versements d’allocation chômage.
Ce principe de reporter sur autrui le montant de ses impôts moyennant investissement pourrait faire boule de neige pour votre industrie contre la crise.  
Pour autant les entreprises désirant conserver une partie de l’investissement comme crédit d’impôt ou comme une réserve financière vis à vis de l’Etat, il serait juste que cette masse financière soit réévaluée au minimum de la dévaluation annuelle pour ne pas les pénaliser en acceptant de payer dans l’immédiat plus d’impôts en n’amortissant qu’une partie de leur travaux.
Un indice de réévaluation de l’amortissement pourrait être publié chaque année.

Monsieur le Président vous remerciant à l’avance de bien vouloir faire examiner les conséquences de ce mécanisme fiscal par vos services compétents.
Je vous prie de croire à mon attachement à la seule France.

 

Mr Serre Jacques
54 rue de Montreuil
75012 Paris

 

ROYAUTE

 

I Origine inconsciente de la royauté
II Râg et Reg
III Divinité de la royauté
IV La réalisation Divine de l’être
V Le roi lieutenant du Christ
VI Le 15 Aout fête de la Nation Française
VII La malédiction Divine
VIII De la castration du droit Romain
IX La société médiévale (Louis Lallement : la vocation de l’occident)
X Le roi « Très-Chrétien »
XI de la scission, fruit de l’anarchie
XII La fraternité de la tradition Française Saint Pie X
XIII L’idéal catholique de la Nation Française
XIV Jour du Miracle
XV Définitions traditionnelles
XVI « Deux Gaules »
XVII La Nation Française immortelle
XVIII L’idéal des révolutions
XIX Le goulag « Français » : LA RAIE-PUBLIQUE
XX Les derniers souffles de courage et d’honneur de la Nation Française
XXI L’intégration, vaste fumisterie étatique, d’une droite trotskiste
XXII La carte d’identité de l’état
XXIII DGSE
XXIV Bonne année à nos élites bien « pansantes »
XXV La bête est mourante
XXVI Ce dimanche sur antenne 2
XXVII La négation de la royauté
XXVIII Monsieur le président de la république
XXIX Un chef d’œuvre
XXX Oui, la royauté
XXXI La Poly-Ethique des Poly-Tiques
XXXII La culture révolutionnaire, l’arrachage du savoir. L’éducation nationale ou l’abrutissement national
XXXIII L’athée révolutionnaire
XXXIV La Raie-Publique et le ver de son fruit
XXXV Les douleurs de l’effort nécessaire
XXXVI La démocratie, la voyoucratie et sa gangrène la corruption
XXXVII A la recherche du progrès social
XXXVIII L’énergie d’entreprendre
XXXIX L’affront « national »
XXXX Français de souche
XXXXI Tradition et ancêtres
XXXXII Par ce signe tu vaincras
XXXXIII Etre et faire savoir
XXXXIV Les Francs-Saliens de Clovis
XXXXV La royauté de l’homme
XXXXVI Le sacre de Chartres
XXXXVII Le royaume de France : aptitude à l’Amour dévouement Divin
XXXXVIII Etre royaliste aujourd’hui

 

Origine inconsciente de la royauté

Au début de l’humanité l’homme s’est naturellement tourné vers le soleil, pour sa lumière libératrice des craintes de la nuit, pour sa chaleur seule bienfaitrice avant la domestication du feu, et pour sa direction seule guide, seul chemin dans l’immensité terrestre.
Lorsque l’homme s’est séparé des animaux en acquérant la possibilité de croire à quelque chose de supérieur, Dieu, cette conception encore diffuse, touffue se caractérise par le polythéisme.
Dans cette pluralité divine, le soleil partie intégrante de l’humanité depuis son origine prendra de plus en plus d’ampleur et le monothéisme règnera par la perception d’un Dieu supérieur et mystérieux. L’homme a déifié sa relation primitive avec le soleil.
Ce Dieu supérieur n’est pas encore Amour Chrétien mais un Dieu manifestant ses colères par ses calamités et sa foudre.
Doit-on y voir l’origine des vieilles racines samaritaines du mot Roi : Rag et Reg
Rag, le soleil, l’élévation vers le divin.
Reg, gouverner en ligne droite comme l’éclair, manifestation d’une juste correction Divine  
Ne retrouvons nous pas ici le rôle d’une Monarchie de Droit Divin (la royauté), Légitime et guidée par les recommandations de l’église.
Voilà la forme de gouvernement la royauté de droit Divin Française, la plus naturelle et dont son origine remonte au début de l’humanité.
Voilà le meilleur des gouvernements le plus légitime puisqu’il s’appuie sur notre plus profond inconscient jusqu’à l’homme des cavernes, le plus légitime parce qu’il est guidé par la justice et l’Amour Divin du christianisme ; la nouvelle manifestation du Divin qui n’est plus éclair mais amour par la naissance et par la Royauté du Christ. 

Rag et Reg

Nous avons vu  la définition héraldique du mot Roi.
Un Roi est un souverain (le Prince légitime le plus élevé d’une cour) qui lui exerce le Pouvoir Royal.
Cette définition peut correspondre à celle antique de RAG et REG, ou Râg serait le Souverain  et REG le Pouvoir Royal.
Sur le plan Naturel et Divin, Râg le soleil, lui seul, donne la vie par sa lumière sa chaleur du haut du ciel ou il est inaccessible, mais visible de toute part durant la vie de la journée.
Il concrétise la vie et le mystère incommensurable que nous avons tous en nous.
REG l’énergie du Pouvoir Royal, l’énergie résultante d’une différence de potentiel (de charge électrique) engendre une manifestation Naturelle d’un pouvoir assumant par sa force l’équilibrage des différences lorsqu’elles deviennent insupportables.
Après l’éclat de l’éclair il n’y a plus de différence de charge électrique. Tout est rentré dans l’ordre naturel.
REG serait donc la justice Naturelle Divine du Roi.
Cette dualité RAG et REG naturelle originelle de la vie a été représenté dans une autre civilisation préchrétienne par  « Phôs et Bios »  ou là aussi nous retrouvons la lumière et la vie, la vie jusqu’au fond des abîmes marins, dans un alpha - oméga vertical donnant la dimension infinie, Divine de la création.
Le principe Royal concrétise notre position dans le naturel en nous élevant dans l’acceptation à la fois du mystère Divin et de l’état humain de notre vie de tous les jours.
Là est le réel bonheur, dépourvu d’aigreur ou de stress. Aigreur d’une position inférieure, stress d’une position supérieure à notre capacité, bonheur d’équilibre instable dans  la société, d’une juste réalisation en accord avec notre capacité.
Le Principe Royal peut se décliner, s’appliquer dans toute la vie puisqu’il est vie ; notamment dans l’architecture dans la peinture.
Une différence, masculin, féminin ou de condition ou toute autre différence engendreront une élévation vers la lumière, vers le Divin
   
 Mon Dieu, Mon Roi, mes devoirs
 

L’Art dans sa conception grecque
doit savoir matérialiser le Divin
par la perfection de la forme,
de l’œuvre.
(une traduction charnelle du spirituel)

Le chef d’œuvre ou le tableau véritable,
lui, doit par l’Art grec plus la vie,
la profondeur, le mystère et la lumière
tendre vers l’incarnation du Divin
(une transposition spirituelle du charnel)

Un Parthénon s’élevant au dessus,
d’un mont Olympe irisé,
par le ciel d’une aurore méditerranéenne.

Un chef d’œuvre de :
l’assomption de l’incarnation du Divin

Définitions traditionnelles

Nation : Identité d’un même sol, d’une même langue, d’une même écriture, d’une même religion et d’une même manière d’enterrer ses morts.

France : Nation définie par la prophétie de Saint Rémy : « la France (la première utilisation de ce mot France dans l’histoire) sera heureuse et prospère tant qu’elle sera fidèle à l’église catholique, mais sombrera dans le malheur lorsqu’elle oubliera ses devoirs vis-à-vis de l’église ».

Eglise : L’Eglise de nos ancêtres de peut être que celle de la fraternité Saint Pie X (dernière phrase du testament de la Reine Marie Antoinette) car là l’église reste celle du Christ- Roi, fidèle au dogme du Corps Mystique du Christ. Là le sacre du Roi peut selon Saint Bernard devenir le 8ème sacrement de l’église catholique. Huit et aussi le chiffre mythique du Christ et également le chiffre de l’armée du Christ, l’Ordre des Templiers.

Pays : Identité géographique d’une ou plusieurs Nation.
Pays d’Auge =vallées de la Dives et de la Touques
Plat Pays (Belgique)=nation Flamande et nation Wallonne
Monarchie Française=royaume de France avec sa légitimité et sa catholicité plus la Navarre à la fois protestante et sans légitimité puisqu’il restait une branche cadette et légitime des Bourbons en Navarre écartée de ses droits.  (Bourbon Busset) 

Monarchie : Gouvernement d’un seul (Monos et ARKHEIN) illégitime ou absolue mais devenu héréditaire régime politique se différenciant de la royauté par son autorité ou la justice protectrice du faible est détourné pour assoir le pouvoir d’un homme.
-Empire Napoléonien
-Monarchie de Juillet : Louis Philippe d’Orléans « Roi élu des Français »
-Castro à la Havane qui passe son pouvoir à son frère.
-Différence de l’image populaire du ROI Saint Louis et celle de Philippe le Bel.

Royauté : elle est le respect des serments du Sacre des Rois de France.
Ce gouvernement d’essence divine est néanmoins le plus humain, l’écologie naturelle de la politique où le Roi père de la nation s’engage par le sacre à protéger le peuple.

Royaume de France : Nation de gouvernement absolu légitime et de droit divin par son affiliation mythique à la famille du Christ et par Sainte Ampoule ; intégriste (Fidel au dogme du Corps Mystique du Christ et aux serments du Sacre : lutter contre les ennemis de l’église …etc.

Souverain : Prince légitime le plus élevé d’une cour.

Roi : Souverain exerçant le Pouvoir Royal (souverain de Monaco ?)
 
Pouvoir Royal : définition mythique de Roi en vieux samaritain 6000 ans av JC (deux racines Râg et Rêg)
Râg=le soleil.  le Roi est seul au dessus de tous le monde : le phare pour l’humanité.
Rêg=justice venant de Dieu en ligne droite foudroyante, sans faiblesse
Le Roi ne peu disposer de la couronne dont il n’est le dépositaire de Dieu. Seule la loi salique règle les successions de la France. Louis XIV recommandant à son petit fils, futur Philippe V d’Espagne au moment de la séparation, malgré le traité d’Utrecht :   « n’oubliez pas mon fils que vous êtes un Prince Français. »
Un Roi un Prince un prétendant, un traité, nul ne dispose de la couronne et de la succession en France.
Le Roi ne peut être faible. Il a le devoir de gouverner dans la limite de ses capacités corporelles en assurant la justice, en étant à la tête de son armée et en luttant contre les ennemis de l’église, s’il ne veut pas être frappé de la Malédiction Divine pour lui et sa descendance. (Henri  III, Henri  IV, Philippe le Bel et Louis XVI.
L’éducation de l’Aristocratie bien que représentant le savoir et l’arbitrage du chef de clan n’eu pas la même valeur pour le peuple que le courage de la noblesse militaire sacralisée par le sang versé.
Toute forme de royauté parlementaire est donc exclue et tout verbiage « démocrate chrétien » ou Vatican II est donc naturellement indigne d’un Prince puisque par le Sacre le Roi s’engage à lutter et que lui Prince doit incarner cette tradition (Duc de Bordeaux)
Le Roi est un Père à l’intérieur et un Soldat du Christ pour l’extérieur.
L’apogée de la royauté est symbolisé par les guérisons surnaturelles des Rois Thaumaturges avec la formule : « Dieu te guérit, le Roi te touche ».

L’Aristocratie : classe gouvernante par les meilleurs.
Noblesse : Classe social élevée et généreuse. La petite noblesse de province devait être présentée au Roi pour faire partie de la cour, l’aristocratie.
L’éloignement de la noblesse du peuple vers la cour fut une cause de la guerre de l’Angleterre dite « révolution Française ».

Ordre : retour à l’Ordre Divin d’avant la chute Adamique par l’imitation de Jésus-Christ.

Droite : Position de celui qui par l’imitation de Jésus –Christ à l’espoir de venir s’assoir à la Droite de Dieu le Père selon le Credo catholique.

Gauche : position de celui qui par son comportement ne pourra revenir à la Droite de Dieu le Père.
=Républicains refusant le Droit Divin à la royauté Française
=Monarchistes illégitimes et nationalistes primaire du « politique d’abord » au lieu du « Dieu Premier Servi »
Maurras ou Le Pen et autres

 

                                                                             MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS   

 

« Deux Gaules »

La Gaule des Francs et celle des traitres :

Les Francs : Franc = Libre (homme affranchi = homme libéré)
                      Hommes libres assujettis à aucune puissance étrangère, seulement à Dieu par le                                                          La France : La terre des Francs
La  « France » mot inventé par la prophétie de Saint Remi :
« La France sera heureuse et prospère chaque fois qu’elle sera  fidele à l’Eglise Catholique, mais sombrera dans le malheur chaque fois qu’elle oubliera ses devoirs vis-à-vis de l’Eglise. »
La France « zone franche » , zone libre n’a perdu sa liberté que depuis  « la révolution dite Française » mais surtout chaque fois que le lien catholique s’est  distendu : Napoléon I, Napoléon III, 1914, 1945 et les traités d’Evian et de Maastricht.

Etre Français : Etre hommes libres.
Voilà pourquoi les Français de souche ont voté NON à l’Europe, l’Europe protestante, l’Europe des seuls liens du commerce international

A 1ère lettre de l’alphabet : Amour, le melli fleus  de Saint Bernard, le suc de la religion catholique.
L’Amour Catholique de son prochain fait de la France une terre d’accueil du prochain (celui qui est proche et partage une même communauté d’idées, de mœurs, de civilisation et de religion depuis le honteux traité d’Evian de la « Raie-publique » gaullienne. Honteux mais criminel par le génocide ordonné par l’Etat de nos fideles Harkis.
Le tribunal international de La Haye est là bien amnésique.
En 1942 De Gaulle changea le nom de « la France-libre » en « France –combattante » et depuis la France avec lui ne fut plus jamais libre, prisonnière de son approvisionnement énergétique, satellite communiste Russe, puis Européenne.
Espérons qu’un jour elle redevienne pour nos pécheurs, nos agriculteurs et nos ouvriers « France-combattante » pour réincarner la terre des Francs, la terre des hommes libres. Libre de pouvoir travailler en France.
De Gaulle porte l’entière responsabilité de nos problèmes actuels et futurs de l’Europe, de ses délocalisations, mais surtout de l’échec d’un carrefour du monde méditerranéen par une accession progressive des Algériens à la nationalité Française par un pont du monde Franc, d’un monde libre de l’autre coté de la méditerranée  sans intégrisme et sans voile
De plus la vision d’une victoire, seulement étatique sans victoire militaire (tous les membres du FLN étaient sous les verrous dès 1961) par une minorité bien loin du géni Arabe du moyen-âge d’un AVERROES, sans culture, sans éducation va fortifier et exporter d’intégrisme, d’abord contre l’état d’Israël mais par tache d’huile vers l’Iran, le Pakistan, vers l’Afghanistan et les anciens satellites de l’union soviétique ainsi que bientôt peut être sa distillation, vers la Chine, la Turquie et enfin de l’Europe.
De Gaulle est ainsi le père de l’Al-Qaïda  et si les Russes lui ont rendu un majestueux hommage sur la place rouge, l’intégrisme musulman lui doit son expansion.
De Gaulle voilà pourquoi « DEUX » lorsque l’on est  traitre à la Gaule, terre des Francs par les deux traités d’Evian et de Maastricht.  

LA TOLERANCE EST LA JUSTIFICATION DU LACHE

 

La Nation Française immortelle

La Nation Française est immortelle, car elle n’est pas seulement physique, idéologique  et vivante, ou moribonde aujourd’hui, mais toujours est-il qu’elle a été durant des siècles et qu’elle s’est voué à Dieu par le Baptême de Clovis ainsi que toute la Nation Franc en 498 en communion totale avec leur chef, leur Roi.
1512 années ne s’effacent pas par la seule volonté d’hommes « politiques » irresponsables, se gavant du suc de la Nation comme de vulgaires « Tiques ». N’oublions pas que dans la nature ces parasites une fois gorgés tombent d’eux même et que s’ils sont nombreux, ils devraient s’écrire : « poly-tiques ». La savane Africaine en est remplie, mais elle reste la savane.

 

REPU-blicain
REPU-gnant
Sont les deux frères siamois
de la
« POLY-tiques »
à
REPU-dier

 

Mon DIEU Mon ROI Mes DEVOIRS

 I Origine inconsciente de la royauté

Au début de l’humanité l’homme s’est naturellement tourné vers le soleil, pour sa lumière libératrice des craintes de la nuit, pour sa chaleur seule bienfaitrice avant la domestication du feu, et pour sa direction seule guide, seul chemin dans l’immensité terrestre.
Lorsque l’homme s’est séparé des animaux en acquerrant la possibilité de croire à quelque chose de supérieur, Dieu, cette conception encore diffuse, touffue se caractérise par le polythéisme.
Dans cette pluralité divine, le soleil partie intégrante de l’humanité depuis son origine prendra de plus en plus d’ampleur et le monothéisme règnera par la perception d’un Dieu supérieur et mystérieux. L’homme a déifié sa relation primitive avec le soleil.
Ce Dieu supérieur n’est pas encore Amour Chrétien mais un Dieu manifestant ses colères par ses calamités et sa foudre.
Doit-on y voir l’origine des vieilles racines samaritaines du mot Roi : Rag et Reg
Rag, le soleil, l’élévation vers le divin.
Reg, gouverner en ligne droite comme l’éclair, manifestation d’une juste correction Divine  
Ne retrouvons nous pas ici le rôle d’une Monarchie de Droit Divin (la royauté), Légitime et guidée par les recommandations de l’église.
Voilà la forme de gouvernement la royauté de droit Divin Française, la plus naturelle et dont son origine remonte au début de l’humanité.
Voilà le meilleur des gouvernements le plus légitime puisqu’il s’appuie sur notre plus profond inconscient jusqu’à l’homme des cavernes, le plus légitime parce qu’il est guidé par la justice et l’Amour Divin du christianisme ; la nouvelle manifestation du Divin qui n’est plus éclair mais amour par la naissance et par la Royauté du Christ.   

II Rag et Reg

Nous avons vu  la définition héraldique du mot Roi.
Un Roi est un souverain (le Prince légitime le plus élevé d’une cour) qui lui exerce le Pouvoir Royal.
Cette définition peut correspondre à celle antique de RAG et REG, ou Râg serait le Souverain  et REG le Pouvoir Royal.
Sur le plan Naturel et Divin, Râg le soleil, lui seul, donne la vie par sa lumière sa chaleur du haut du ciel ou il est inaccessible, mais visible de toute part durant la vie de la journée.
Il concrétise la vie et le mystère incommensurable que nous avons tous en nous.
REG l’énergie du Pouvoir Royal, l’énergie résultante d’une différence de potentiel (de charge électrique) engendre une manifestation Naturelle d’un pouvoir assumant par sa force l’équilibrage des différences lorsqu’elles deviennent insupportables.
Après l’éclat de l’éclair il n’y a plus de différence de charge électrique. Tout est rentré dans l’ordre naturel.
REG serait donc la justice Naturelle Divine du Roi.
Cette dualité RAG et REG naturelle originelle de la vie a été représenté dans une autre civilisation préchrétienne par  « Phôs et Bios »  ou là aussi nous retrouvons la lumière et la vie, la vie jusqu’au fond des abîmes marins, dans un alpha - oméga vertical donnant la dimension infinie, Divine de la création.
Le principe Royal concrétise notre position dans le naturel en nous élevant dans l’acceptation à la fois du mystère Divin et de l’état humain de notre vie de tous les jours.
Là est le réel bonheur, dépourvu d’aigreur ou de stress. Aigreur d’une position inférieure , stress d’une position supérieure à notre capacité, bonheur d’équilibre instable dans  la société, d’une juste réalisation en accord avec notre capacité.
Le Principe Royal peut se décliner, s’appliquer dans toute la vie puisqu’il est vie ; notamment dans l’architecture dans la peinture.
Une différence, masculin, féminin ou de condition ou tout autre différence engendreront une élévation vers la lumière, vers le Divin
   
 Mon Dieu, Mon Roi, mes devoirs

III Divinité de la Royauté

Les rois de France n’ont pas été crées par le Christ.
Ils sont les descendants de notre seigneur Jésus Christ et participent de l’origine du Christ, par leur Naissance et du Saint Esprit par la Sainte Ampoule.
La Notion de Roi est depuis la création, naturelle et Divine.
Un peuple n’existe que par son Roi et sa foi, les deux seuls garants contre l’orgueil, la désintégration originelle.
L’orgueil de l’être n’est plus une élévation d’une réalisation constructive vers le divin mais une descente infernale vers le plus profond abîme humain, sa perte par implosion.
Le Roi est à la fois la voie d’élévation, le phare vers le Christ par son origine mais aussi son Evêque Temporel, son glaive (REG : en ligne droite comme l’éclair)
RAG et REG antiques origines du mot Roi.
Si le Christ n’a pas été crée mais procède du Père; la Royauté du Christ et le Principe lui-même de la Royauté, puisqu’il y a aussi la Royauté de Notre Sainte Mère ; procède aussi du Père.
Le Sacre du Roi, le 8ème sacrement de l’église d’après Saint Bernard et par la confirmation, par la volonté du Saint Esprit avec la Sainte Ampoule, est partie intégrante du Corps Mystique du Christ.
Ce Phare Divin nous permet de nous élever (sans faiblesse puisque le Roi jure lors du sacre de lutter contre les ennemis de l’église) et nous donne l’espérance de pouvoir venir s’asseoir à la Droite de Dieu le Père.
Voici la Droite Naturelle, Divine, tout le reste ne peut être qu’à gauche, chemins vers les enfers
Mon Dieu, Mon Roi, Mes Devoirs
Les Francs (hommes libres) libres depuis leur Baptême d’échapper au Péché originel par le Corps Mystique du Christ par l’histoire ou le mythe de l’origine Davidique de leur Roi Mérovingien, ont fondé la France depuis la Prophétie de Saint Remy.
La cérémonie du Sacre concrétise la Royauté de la France
L’assimilation de la Navarre Protestante élargie notre Royauté en Monarchie de la France et de Navarre car celle-ci est non seulement Protestante mais le Roi de France n’y est pas légitime car il reste une branche des Bourbons aînée en Navarre; d’où l’origine du mot Monarchie (gouvernement d’un seul illégitime devenu héréditaire)

IV La Réalisation divine de l’être

Le roi n’est pas, il est vrai le soleil, mais le fait de pouvoir accepter qu’un être, le Roi, à une position naturelle au-dessus de tous les hommes, nous redonne une situation dans la nature : un avenir une direction, un devoir : nous élever vers la création, vers Dieu.
Entreprendre cette route, l’élévation de notre Moi dans la création Divine, la réalisation de notre être, à l’image de Dieu, ne peut se faire qu’en abandonnant notre orgueil.
Cela passe par l’acceptation que nous ne sommes qu’une créature créée avec sa longue lignée ascendante ; nous n’existons que par nos ancêtres, depuis l’origine.
Nous ne sommes pas un tout par nous même, mais qu’une infime partie de la vie qui a la possibilité elle de s’élever vers une réalisation.
Délestons nous de notre orgueil, nous ne sommes pas une créature finie, mais vivante qui peut s’élever comme une plante vers la lumière, vers le haut de la société, vers le Roi et vers le Divin.
Une créature vivante qui aura peut être aussi une descendance.
Elever un enfant dans le mythe de l’égalité est une castration. La vie est une conséquence de l’inégalité. Pas de différence, pas de vie.
L’homme a besoin de jalons, de rêve, d’idéal, pour gravir les échelons de la société jusqu’à la réalisation de ses possibilités. Là est la seule paix intérieure, le seul bonheur si l’on a pu s’élever jusqu’au mystère, jusqu’au Divin et que l’on a pu accepter que cette dimension supérieure, Divine est en nous comme une énergie, un soleil intérieur.
S’élever vers Dieu c’est nous rapprocher de la partie la plus éloignée de nous même, nous accepter globalement puisque nous sommes créés à l’image de Dieu.
Le Christ par son « Corps Mystique » sont leg de la hiérarchie de l’église et de l’échelle des sacrements, nous donne par « l’Imitation de Jésus Christ » cette élévation et la possibilité de venir s’asseoir à la droite de Dieu le Père.
N’est ce pas là les plus beaux jalons de la vie.
N’est ce pas là, la plus juste réalisation.
N’est-ce pas là, la plus belle définition de « la droite »

V Le Roi Lieutenant du Christ

Rois de France, Lieutenants du Christ, ont toujours été chef de guerre de la nation Française.
Ils ont toujours défendu l’intégrité du royaume de France dont ils ont toujours essayé d’agrandir et d’affirmer la gloire.
Il est vrai quelque fois avec de retentissants revers.
De François Ier à Pavie en Italie, Philippe VI De Valois à Crécy contre les Anglais et de Jean Le Bon à Poitiers, contre la Bourgogne .
Fontenoy fut le dernier fait d’armes de Louis XV, Roi bien aimé qui par la suite s’éloignant de ses armées perdit son aura.
Le peuple ne suit que le courage. Un Roi chef d’Etat comme Louis XVI  ou Louis Philippe perd l’amour du peuple.
Si Louis XVI par sa très grande bonté ne voulut jamais être responsable d’une seule goutte de sang versée de son peuple, il ne sut prendre la décision de faire entrer les troupes dans Paris pour ramener l’ordre. Pas plus à Varenne ou par un seul mot, il aurait pu faire la jonction avec les armées des immigrés.
Le peuple malheureusement ne vit pas bonté, mais faiblesse et traîtrise.
N’oublions pas la cérémonie du Sacre où le Roi jure de lutter contre les ennemis de l’église.
Le Roi est le chef de guerre chanceux ou vaincu, au cours des ages, mais lieutenant du Christ devant ses armées, inspirant l’amour de ses sujets par son seul courage.
Le Roi ne peut pas être qu’un gestionnaire de l’Etat. Il est l’Etat par son glaive, remis lors de son sacre .
Un Roi détaché de son armée, perd le respect. Sans une providentielle, Jeanne D’Arc il perd également son trône et plonge son peuple dans un terrible bain de sang.
Ce martyre des peuples se renouvellera aussi bien en Allemagne, en Russie, que maintenant au Vietnam  au Cambodge en  Ethiopie, jusqu’à aujourd’hui au Srilanka.

VI Le 15 Août fête de la Nation Française

Notons au passage que la France est le seul pays qui par décision de son assemblée Nationale décréta l’éradication complète de toute vie de trois départements.
L’Etat Français donneur d’exemple dans le monde par sa position pour le génocide Arménien, et la Shoah, n’a toujours pas reconnu le génocide Français de la Vendée.
La statue du bourreau Vendéen, le général Thureau trône toujours sur la façade de la mairie de Paris.
Louis XVI n’a  toujours pas été canonisé.
La France, l’inventeur, du modèle de génocide, l’a exporté dans le monde entier.
Nous avons bonne mine vis a vis de la Shoah puisque nous sommes l’inventeur des atrocités par la terreur de la convention Française et que l’Etat n’a toujours pas reconnu les faits : guêtres faites avec la peau des Vendéens pour les armées révolutionnaires, les fiançailles de Nantes, les incendies d’églises remplies de villageois et le meurtre à coups de hache de bébés dans le ventre de leur mère et bien d’autres atrocités.
Les Russes ayant sanctifié le Tzar et sa famille nous sommes devenus plus bolchevique que la Russie moderne qui elle a su demander pardon de ses massacres et réhabiliter son Tsar.
Comment respecter une France moderne qui fait défiler tous les ans ses militaires le 14 Juillet le jour anniversaire de l’assassinat de ses vétérans invalides de la Bastille qui avaient perdu bras ou jambes au combat pour la France et qui furent ce jour là dépecés au couteau par une populace ivre, en remerciement d’un repas offert quelques heures auparavant par ces pauvres militaires invalides.
Le 14 Juillet devrait s’appeler le jour de la honte nationale d’un Etat plus rouge que la Russie Bolchevique.
Quelle mascarade étatique que de faire défiler des militaires Français ce jour là.
La prophétie de Saint Remy disait :La France tombera dans le malheur le jour ou elle oubliera ses devoirs vis à vis de l’Eglise.

 

Pas de lieutenant du Christ, c’est le sang du peuple qui coule et
la misère qui règne.       

VII La malédiction divine

Constatons que chaque fois qu’un Roi de France, par ambition, stratégie, faiblesse ou bonté est parjure au Serment du sacre (le Roi jure de lutter contre les ennemis de l’église) il meurt chaque fois et ses enfants sont sans postérité.
Henri IV qui protège les protestants, meurt sous le couteau du Moine Ravaillac ainsi que Philip le Bel qui détruisit ignominieusement l’armée du Christ qui avait pour patronne Notre Sainte Mère, et Louis XVI notre Bon Roi par bonté avait donné l’état civil aux juifs et aux protestants, fût décapité.
La royauté si « RAG » le soleil, le phare, le roi est au dessus, seul et Divin il y a avec « REG » le devoir de diriger en ligne droite.
Comme l’éclair avec une justice lumineuse mais foudroyante. Un Prince de sang Royal ne peut être tolérant (il est lieutenant du Christ) sans encourir la Malédiction Divine des parjures au principe Royal : gouverner et lutter.
Monseigneur Notre Prince bien aimé soyez sans tolérance, le chef de la tradition en Espagne et en France en éliminant tous ces orgueilleux et tous ces faibles démocrates chrétiens qui n’ont rien avoir avec le principe Royal. Restez lieutenant du Christ, de sa seule église traditionnelle la même que celle de nos Rois, l’institut Saint Pie X
N’oublions pas les dernières paroles de Notre Reine Marie Antoinette « on m’amènera peut être un prête, mais je proteste ici que je ne lui dirai pas un mot et que je le traiterai comme un être absolument étranger »
L’affaiblissement du Corps Mystique du Christ Vatican II, est contraire au principe de la Royauté .Un constat n’est plus un dogme, n’est plus notre église, n’est plus Notre Seigneur Jésus Christ chassant les marchands du Temple.
Notre tradition et Monseigneur le Duc de Bauffremont sont bien fatigués.
Notre Prince prenez la relève de la tradition des légitimistes de France et d’Espagne et de notre seule église de nos Rois, l’institut Saint Pie X.
                    
  Mon Dieu, Mon Roi, mes devoirs.

VIII De la castration du droit Romain

L’essence républicaine, issue du pragmatisme du droit Romain, basé sur la seule jurisprudence des rapports entre les hommes dans la cité, devient en écartant toute loi naturelle, l’instrument livré à l’opportunisme, docile et efficace du bon plaisir, sans éthique et borné d’un esclavage collectif, en dehors de tout Ordre providentiel de la création et de toute élévation humaine vers le Divin
L’homme devient là, individu hors nature, sans raison d’être, sans intégration et sans devoir. En fait il s’agit d’un système matérialiste d’exploitation des peuples qui les avilit en leurs inculquant la primauté du matériel
Louis Lallement dans « la vocation de l’occident » disait que la coupe de l’éloquence offerte par la rhétorique latine est un gobelet d’illusionniste, fait pour piper et non pour servir. Elle ne se voile pas, mais au contraire se prostitue. Elle ne donne pas à chacun ce qu’il lui convient, mais un seul s’en sert, afin de soutirer à tous pour son propre bénéfice. La rhétorique n’est qu’une technique du superficiel, l’art d’utiliser tour à tour la raison et le sentiment, au service de n’importe qu’elle cause, un ensemble de recettes captieuses, qui parent du prestige de l’inspiration des roueries calculées. En elle, ne réside pas la puissance du vrai, mais cette séduction d’un usage faussé de la raison.

De même la rhétorique de l’Action Française, comme le droit Romain et la « Pax Romana » furent la carence du génie Romain  dans l’ordre religieux, est une castration de l’essence de la tradition royaliste dans sa conception Française du «  Roi Très-Chrétien »,  par la mise en avant d’un discours athé de la réorganisation de l’Etat républicain. Une réaction contre le désordre républicain dans la continuité d’un comportement réorganisateur bonapartiste, et pourquoi pas Vatican II bien loin de Saint Rémy et de Saint Bernard l’apogée du catholicisme ou les fidèles étaient encore tournés vers Dieu, et non pas vers les hommes comme Saint Louis lavant les pieds des pauvres.
L’Action Française minimise le réalisation primordiale divine de l’Etre par l’imitation du « Roi Très-Chrétien » au profit de la restructuration de l’Etat.

 

En 313 l’Empereur Constantin converti annonça le ralliement de l’Empire au Christianisme, et en 1313 l’abolition de l’Ordre du Temple sonna la mort de l’idéal Catholique (sauver en priorité son âme par le service) avec la disparition des Ordres Militaires au profit de l’inquisition. 

IX La société médiévale
(Louis Lallement : la vocation de l’occident)

L’éthique chevaleresque du Moyen Age relevait en son principe de la conception sacrale du chef chrétien qu’incarnait la Monarchie Franque de Droit Divin.
Le chevalier devenait vassal avant tout de Dieu.
Il faut aussi voir l’expression du sacrifice de la vie mystique consentie à l’image du Sauveur.
Une sagesse profonde passait en actes dans la vie quotidienne du chevalier, et la culture de sa personnalité, son développement spirituel, s’accomplissaient de pair avec son insertion dans l’harmonie de l’univers
La chevalerie fut l’institution dans sa réalité la plus haute qui fut vécue par d’innombrables hommes avec la sincérité de la foi qui fait accepter la mort, comme on le voit dans les croisades, rien de moins en son principe qu’une épreuve demandant à l’homme de prouver selon son état, qu’il est bien fait à l’image du Dieu créateur.
Moines, chevaliers et compagnons se retrouvaient d’ailleurs sur les chantiers, tous étant grands bâtisseurs. Ainsi se trouvaient solidement liées les trois armatures qui dans la société médiévale assumaient en quelque sorte les fonctions de l’esprit, de l’âme et du corps dans l’être humain. La société était conçue en tous ses rouages pour hausser l’homme de l’existence brute, à la conscience morale et subsistance naturelle à la vie spirituelle, d’aider les hommes à devenir de véritables chrétiens, c’est à dire des images du Christ.  

X Le roi « très-Chrétien »

Au sommet de l’édifice social de la France, modèle et miroir de la Chrétienté, le roi consacré est qualifié de « très-chétien » selon une appellation pleine de sens qui devait devenir un titre traditionnel.
« Soyez glorifié avec Jésus-Christ dont vous êtes dit, porter le nom et tenir la place ; que Celui qui est médiateur entre Dieu et les hommes vous établisse médiateur entre le peuple et le ciel »
Le Roi dûment sacré, auquel il appartient de réaliser en soi-même la vertu de son sacre représente Dieu devant son peuple et son peuple devant Dieu.
D’autre part il est clef de voûte de la construction sociale, dont il résume en sa personne le double principe spirituel et charnel.
En lui se noue les liens de la grâce et du sang qui unifient la multitude. D’autre part, il est par excellence l’Homme uni au Dieu vivant selon la nouvelle Alliance.
Par suite du caractère éminent de cette union en lui, descendant et successeur de Clovis, il participe à la Sainte Humanité du Christ, incarnant la Loi et traçant la voie du salut commun. Il doit être tout à tous comme par vivante Eucharistie. Sont cœur doit être calice ou communie son peuple, et près de lui la reine du Lys, Dame Souveraine, image de la Médiatrice universelle, est vase d’élection de la grâce d’amour et de sang royal.
Comme le Fils de l’Homme son modèle, le roi de France ayant été élevé, doit attirer à lui tous les hommes. Tel est le sang supérieur de cette autre formule capitale de la liturgie du sacre :  « prenez la main de Justice et de puissance, par laquelle sachez remettre en droit chemin les égarés, secourir ceux qui sont tombés et relever les humbles »
Princes, chevaliers ou compagnons, chacun avait alors à cœur d’honorer son état, et respectait l’éthique de sa fonction, quelle fût comme une règle de vie, annexée à l’Evangile dans un ordre spirituel en cours d’incarnation.     

         XI De la scission, fruit de l’anarchie

L’école de pensée de l’Action - Française, école des chefs, porte dans son fruit le ver de la scission.
Cette culture musclée, d’une élite imbue de la supériorité d’une culture, de son savoir politique, n’est qu’une réaction méprisante, une anarchie, une analyse d’un Etat peu glorieux incluant une révolte de blousons noirs armés de matraques et de morgue.
En fait une révolution explosive contre les acquis d’une triste société d’un pouvoir incompétent, corrompu et surtout traître à sa propre Nation.
Maurras une réaction contre le désordre étatique devient un « gauchiste » car il n’y a là aucune imitation de Jésus Christ nous ramenant par le « Corps Mystique du Christ » à la « Droite » de Dieu le Père.
Cette école de pensée imbue de son orgueil d’avoir la seule vérité contre l’établissement, implique par sa nature une rébellion des jeunes générations envers leur propre encadrement.

La perte de la notion de sacré, de la tradition, du devoir, de l’exemple, implique que le chef s’il n’est plus combattant mais seulement maître intellectuel, devient poussiéreux car la jeunesse bouillonnante ne suit hélas que le courage et non pas « le dogmatique ».
Le maître devient alors bien pâle par rapport à n’importe quel nouveau chef providentiel entraînant à sa suite toutes les nouvelles troupes. Nous avons vu l’engouement soulevé par les Napoléons et autres dans la masse populaire.

En opposition à la souveraineté et à la royauté, la monarchie (gouvernement d’un seul devenu héréditaire) n’est pas obligatoirement légitime. La porte est là, ouverte à une supériorité d’action par rapport à la continuité d’une légitimité naturelle.

C’est un manque de Mystique, de Divin, un excès d’orgueil, une course en avant, aveugle de toute réalisation Divine de l’Etre.
                                           Du roi soleil humain
                                           Du roi le divin sur terre
                                           Du roi thaumaturge  
                                           Du roi sacré pour tous
Du sacré, du légitime, du respect, du devoir d’exemple, d’une cité de Dieu, de l’imitation d’un Christ Roi dans la vie de tous les jours ou plus modestement d’un idéal de chevalerie, d’un idéal de noblesse ; que reste- t- il ?
Le drame de la royauté Française, la révolution, fut que nos Reines bien souvent n’ont pas su incarner l’Amour de leur peuple et que nos Rois ne furent pas toujours devant leur armée. Un peuple désemparé n’est enflammé que par le courage et n’est touché que par l’Amour qu’il ressent.
Que reste-t-il donc comme impact d’une telle école de pensée dans un peuple profondément inculte ? Une réaction instinctive d’une peur et d’un mépris savamment conditionné par un Etat toujours révolutionnaire.
                                        « Les cranes rasés, les fachos »
Quelle piètre vision, quel piètre résultat, pour tant d’énergie, tant d’heures consacrées à la survivance d’un journal de référence qui se veut exemplaire et éducateur, auquel n’est attaché qu’un groupuscule de tradition familiale qui hélas se rétréci de jour en jour par le vieillissement de ses membres.

Les relèves s’éparpillent, s’installent dans leurs ambitions personnelles  de chef, dans la première opportunité malheureusement bien trop souvent en dehors de la pensée Maurrassienne. L’âge venant, l’école de pensée de l’Action Française  ne devient malheureusement plus que pour ses jeunes membres que le moteur d’une « carrière »

Un fait aggravant dans l’Action Française c’est aussi qu’il n’y a pas de formation avec un enseignement progressif. Chacun lit selon son envie, tel ou tel ouvrage, sans aucun fil conducteur, sans encadrement philosophique. Chacun se fait dans un climat, une pensée anarchiste dont les Maîtres sont Monarchistes souvent pour une finalité d’ordre National. Mais ces élites provenant souvent d’un contexte familial favorable se font pratiquement seul, dans une atmosphère de copains et à une appartenance à une bande en dehors d’un système d’éducation académique.

La bande est là, prête à prendre son envol par un manque physique de maître à élèves. Pas de programme pas de polycopie, pas de professeur, rien pour se projeter dans l’avenir.
Un self politique bien garni, avec du Maurras toujours en promotion, mais pour s’identifier à qui ? Voilà ici la quête du nouveau chef de la future scission.

Ce copinage , même des jeunes élites politique reste une démarche d’adolescents prêts à se rebeller.
Pourtant l’idéal d’engagement serait bien là mais le ciment, du respect, du devoir d’exemple, de l’ordre social Chrétien, ne peut prendre, dans l’anarchie et le désordre civique.

J’aimerai tant remplacer le cri de guerre :
             
                                « Action Française » par « Exemple Français »   

 

Joseph de Maistre disait :
                                La noblesse n’est pas une caste qui dirige
                                Mais une caste vers laquelle on se dirige

XII La fraternité de la tradition Française Saint Pie X

La Nation Française n’a plus actuellement de mouvements politiques représentatifs, qui tous se sont éteints ou expirent par la guerre du « politiquement correct » de l’Etat mondialiste.
Seule la fraternité Saint Pie X encore et hélas pour combien de temps, est la catholicité exacte de nos ancêtres, par le respect du dogme catholique.
Malheureusement le Front National, très présent dans une partie de la fraternité a non seulement faussé son image,  mais provoqué aussi les trahisons de la fraternité Saint Pierre puis de l’institut du bon pasteur. Elle ne représente plus malheureusement pour la masse populaire, qu’une église de cranes rasés et de soit disant « fachos » de la dialectique du politiquement correct de la république. Et pourtant si un grand nombres de démunis sont membres de cette église, le peuple n’y voit que bourgeois suspects, puisqu’ils revendiquent d’être  « catholiques Français toujours »
Il est vrai que si la fraternité gère de multiples associations caritatives et divers services d’entraides, elle n’est perçue que comme groupuscule d’élites bourgeoises, hautaines et heureuses de vivre entre elles, dans un cercle fermé. Elle a perdu sa justification Divine et l’élan populaire, par l’arrêt des « prises d’églises » La fraternité manque aujourd’hui à la foi de prosélytisme et à la foi de moyens de communications. Tout est fait pour enfermer ces Français dans un ghetto (et ces fideles ne sont pas fâchés d’être dans cette position). Aucune église donnée par le ministère de l’intérieur, nous ne sommes pas musulmans. Chaque nouvelle paroisse doit acheter ses locaux, avec ses propres deniers alors, que ce sont nos ancêtres qui ont batti les cathédrales. Les écoles de la fraternité ne sont pas suffisamment nombreuses pour remplacer les anciennes générations. L’enseignement traditionnel va se perdre. Le drame est que la fraternité n’a jamais mis en forme, un dictionnaire de livres à lire obligatoirement de l’apprentissage de la lecture, à l’apogée de « l’homme réalisé » de l’âge de 33 ans, l’âge de notre sauveur. Un ouvrage de la sorte grandement diffusé dans les masses, pourrait malgré la désaffection de la lecture dans les nouvelles générations, ramener certains Français à une prise de confiance de leur état de moutons de Panurge de la « Raie-Publique » . Par correspondance beaucoup de listes orientées essaient de se maintenir commercialement, mais rien n’est programmé, selon les différentes disciplines de l’enseignement traditionnel en fonction de chaque année d’âge. Cela aurait put être une nouvelle croisade de l’éducation traditionnelle, mais les dirigeants sont trop installés dans leur bourgeoisie pour voir le long terme d’une reconquête, dont ils ne sentent pas l’urgence. Un autre moyen de reconquête, aurait été de créer une paroisse mobile partant de Paris vers la totalité du territoire de la France. Chaque commune depuis longtemps sans prêtre, aurait put demander le passage pour une messe dominicale de cette paroisse itinérante. Le problème évoqué n’est pas de trouver des fidèles , une chorale où des cars de transport, nous en avons constaté l’engouement et le succès pendant la période des « prises d’églises »,mais l’affectation d’un prêtre car tous, dans la fraternité sont déjà bien trop occupés.
Les acquis présents de la fraternité, leurs sont bien suffisants alors que pour se maintenir au pouvoir « le ménage gauche droite » naturalise tous les jours à tour de bras. L’assimilation était réussie avec les nations Polonaises, Italiennes, Espagnoles, et Portugaises, toutes Nations catholiques. Mais qu’en sera - il  dans vingt ans, ou moins lorsque l’Etat mondialiste imposera l’entrée de la Turquie dans l’Europe et lorsque l’Islam y deviendra majoritaire en France. L’Islam n’est pas qu’une religion. C’est également un Etat totalitaire par la Charia. De toute manière, si les délocalisations continuent, les Français seront déjà partis aller travailler dans les pays sous développés.
Alors peu importe, si l’Islam noyaute la pauvre France, les Français n’existeront plus dans l’ancien phare de l’occident. Mais que de haines programmons nous, à la place de l’Amour chrétien de l’occident. Quel monstre de civilisation, les mondialistes construisent-ils. Des numéros d’ordinateurs, avec des bracelets électroniques, des esclaves modernes tremblants de peur de perdre leur travail, le tout pour une nomenklatura, assoiffée d’argent et de pouvoir qui hélas, dérivera vers un fachisme international. Pauvre douce France qu’est-il arrivé à l’ancien foyer des Dieux Celtiques, la terre du coucher du soleil, des anciennes civilisations près chrétienne. Tant de traditions cristallisant l’intelligence humaine pour incarner un Amour Divin, réduites à néant pour la seule ambition totalitaire d’une nomenklatura  politique sans aucune légitimité sociale. Donner le pouvoir à l’homme, il deviendra, soit un tiran sanguinaire pour assoir sa durée, soit un mégalomane à la limite de la folie, ou indiscutablement avec le temps, à la foi mégalomane et tiran. L’homme sans Amour n’est pas fait naturellement à l’image de Dieu, mais hélas mercenaire sanguinaire du Diable. L’homme n’est pas naturellement bon, la copie de Jean Jacques Rousseau était plus que douteuse. Seul l’éducation d’une tradition profondément ancrée, dans les gènes de toute une société, peut par l’exemple l’effort et le devoir, guider l’humanité vers la seule véritable démocratie, le respect, la justice et l’Amour, ou l’amour doit se retrouver dans une naturelle pyramide de la famille, de la paroisse, du clan, de la province, de la nation, le tout, vers son Roi-Très-Chrétien, et un Dieu catholique Amour.

Voilà la véritable, la naturelle « écologie humaine »

XIII L’idéal catholique de la Nation Française

Q’est devenu l’idéal de la nation Française, après les deux catastrophes des empires Napoléoniens.
La franc-maçonnerie continuatrice de la révolution « dite Française » avec Clemenceau et tous les gouvernements socialistes successifs, vouent une haine à la nation catholique aussi bien en France, qu’en Allemagne et en Autriche.
Rappelons qu’une Nation, est une grande communauté humaine ayant la même terre, la même langue, la même religion et la même manière d’enterrer leurs morts. Un pays peut être pour son malheur (l’histoire nous a montré que cela se termine toujours par une guerre civile) composé de plusieurs nations. (Roi de France et de Navarre)
Staline en 1918 ayant ordonné à la gauche, d’envahir tous les séminaires catholiques, la France va être livrée totalement à l’internationalisation de la révolution par soit le national socialisme Allemand ou le fascisme Italien et Espagnol ou la dictature franc-maçonnique en France.
Quelques idéalistes s’enrôlèrent dans les légions hitlériennes, pour lutter contre les Bolcheviques Russes, mais l’Allemagne n’était déjà malheureusement plus dirigée par une élite de la noblesse catholique prussienne de la génération du maréchal Rommel mais par une manifestation luciférienne de la nation de Luther, bon élève de la révolution « Française » païenne, bon élève de ses génocides et de sa terreur. C’était manifestement se tromper de cheval, pour aller à la guerre contre l’international communiste.
Mais avec le recul de l’histoire, d’une succession ininterrompue de traîtres de l’Etat de la Nation Française, qu’elle analyse visionnaire de la politique et du devoir !
L’Allemagne est aujourd’hui l’ami de l’Europe ou elle y pèse de plus en plus de son grand poids de « grosse Berta », semant la ruine chez nos agriculteurs et nos pêcheurs.
Les deux hégémonies, c’est celle du communisme Russe, Chine et Corée du Nord, discrète mais mafia tentaculaire souterraine, et celle des Anglo-saxons impérialistes industriels qui manipulent l’intégriste musulman pour se légitimer, toutes deux prouvent que l’idéal mal chanceux « des divisions de Charlemagne » et autres, avaient bien compris l’évolution politique du monde, et la future disparition des nations Européenne, fruits mortels de la sape communiste et de la franc-maçonnerie Anglaise. Triste constat, la France aurait gagnée la guerre, mais aujourd’hui n’existe plus et est occupée sur son sol largement plus, que ne fut la France pendant la deuxième guerre mondiale, les gouvernements successif ayant toujours besoin de nouveaux électeurs, pour les soutenir dans leurs œuvres de mort de la France.
L’idéal de cette manifestation de la Nation Française était mu par le constat, qu’il était plus important pour la France, de détruire le Bolchevisme qui noyautera chez nous tous les rouages de la France après guerre (politiques, administratifs, industriels, religieux de l’art et de la culture et même la bourgeoisie) que l’Allemagne nazie, car tout dictateur pour se maintenir au pouvoir détruit ses ennemis et ce faisant, se rend impopulaire, et perd sa légitimité  de la masse populaire qui est toujours d’essence inconstante, sans compter que la vieille noblesse militaire Allemande, avec les continuités de l’Ordre du Temple et la continuité de l’Ordre teutonique aurait du entre temps se charger d’éliminer Hitler par divers attentats.
Sur le sol de la patrie les idéalistes de la Nations Française crurent eux aussi avec la Milice pouvoir relever la tête après la défaite, et protéger du moins avec la zone libre une partie de la France. Mais si le gouvernement socialiste alla chercher un Maréchal de 84 ans pour assumer le dialogue de la France vaincue avec l’envahisseur, le seul qui avec son aura de vainqueur de Verdun pouvait incarner l’espoir de la France, certains socialistes et certains communistes hélas trop nombreux partent travailler bénévolement pour l’Allemagne socialiste. Forfaitures cachées d’un idéal anti Français, qui se continuera jusqu'à nos jours par le Gaullisme, fausse droite d’inspiration trotskiste, jusqu’à l’imposition aux Français de la disparition de la France par le sacre giscardien de l’Europe, totalitarisme idéologique de la franc-maçonnerie. Après 1941 lorsque l’Allemagne, déclara la guerre à la Russie une partie de la gauche collaboratrice des usines Allemandes réussie à entrer en France créant une nouvelle vague de maquis de gauche, car ils étaient pourchassés comme anciens collaborateurs, par le gouvernement Français ainsi que par la milice, et devaient se cacher dans les bois. Guerre des maquis, dénonciations, la nation Française n’existe plus. Il faudra un nouveau maréchal Philippe de Hauteclocque  dit le Maréchal Leclerc succédant à un maréchal Lyautey, pour réanimer la flamme de l’idéal Français. Mais aujourd’hui combien de généraux osent braver la toute puissante fraternelle maçonnique militaire, en allant le Dimanche à une messe traditionnelle avec un missel à la main. Bien peu hélas! Mais justes honneurs à eux !
Après guerre les mouvements Français, Occidents, Œuvres Françaises mais surtout l’Action Française, elle trahit par le comte de Paris qui voulu imposer le gauchiste Renouvin et imposer à certains de ses supporters d’aller gonfler les rangs de la SFIO socialiste, sombrèrent dans un néant par manque de relève.
Les années 55-80 eurent quelques frémissements d’idéal par une prolifération de petits faux ordres de chevalerie. Les chevaliers de France, l’Ordre de Montréal Saint sauveur, l’Ordre d’Alibert, l’Ordre de Saint Géréon et jusqu’à une centaine de faux ordres Templiers. Profusion cristallisant un vide de la société, vide de révélation, vide d’incarnation, vide d’un Roi-très-chrétien devant ses armées catholiques. La suppression du service national militaire (la seule véritable égalité républicaine) en sera le cri d’agonie de la nation Française.
Des volontaires Français d’Indochine seront à leur retour ridiculisés. Les socialistes et les gaullistes trotskiste dépècent l’empire Français, porteur de tant de civilisation et de paix, pour ne laisser derrière eux que massacres et génocides, en Indochine, au Cambodge, au Liban, au Soudan, en Algérie et en Afrique noire. Un dernier sursaut des élites dans l’OAS lutèrent en vain pour le bonheur d’une Algérie civilisée et sans massacre, aujourd’hui dirigée malheureusement par des hommes peu scrupuleux téléguidant les massacres des intégristes musulmans pour se maintenir au pouvoir et remplir largement les coffres de la Suisse. 
Malheureusement l’OAS d’esprit, est réactionnaire, voir révolutionnaire et cette insurrection ne s’appuyant pas sur une église devenue elle aussi gauchiste, ne sut pas transmettre à la masse populaire noyautée par le communisme et le socialisme, l’importance pour la France de garder ses colonies et son pétrole, et pour les peuples de l’empire, garder la civilisation d’ordre et de paix, sans le cancer de la corruption. La France fut à nouveau déchirée en deux. La nation entra dans l’OAS et l’international socialiste et communiste alimenta en faux papiers, argents et armes le FLM pour tuer nos jeunes militaires.
Puis ce fut la tradition de la nation Française elle même qui fut à nouveaux scindée en deux. L’église de la nation Française, celle exacte de tous nos ancêtres ? se regroupa autour de Monseigneur Lefèvre. Hélas le Front National miroir aux alouettes, fourre tout pour nationalistes primaires, sans éducation sur la vocation de la nation Française, aura son chef député Européen. La seule action de cette mascarade sera de couper la tradition en deux, lepéniste et royaliste, fraternité catholique Saint Pie X fidele aux dogmes de nos ancêtres et une première félonie, la fraternité Saint Pierre, proche des lepénistes. Ridicules pèlerinages de Chartres en l’honneur d’Etienne de la Ferté, créateur de l’armée du Christ, l’Ordre du Temple, ou chaque faction partira une de Paris, et l’autre de Chartres, comme si l’on pouvait reconstruire en divisant une nation.
Une étoile de l’Esprit Saint, brilla avec l’institut royaliste légitimiste avec Monseigneur Alphonse Duc d’Anjou. Une grâce incarnée, que ressentait toute personne approchant ce seul prince légitime Français. Hélas sa mort  « accidentelle » le 30 Janvier 1989 en pleine commémoration de la révolution ainsi que plus tard celle « subite » de son frère le Duc d’Aquitaine, laissa la nation pétrifiée d’effrois. Son fils aujourd’hui âgé de 35 ans, comprendra t-il que s’il veut échapper à la malédiction Divine qui frappa sa famille, doit s’incarner en Roi-très-chrétien devant ses armées de la tradition, sans aucun tiède entourage démocrate chrétien ou pire encore Opus Dei. L’amour de la nation Française aura t-il un secours de notre bien aimée Sainte Mère, pour motiver notre Roi en France et même en Espagne, ou là aussi la nation Espagnole est bien malade. Aura –t-il comme son père la révélation de son devoir de chef des légitimistes Français et Espagnols, et de son destin de lieutenant du Christ. Nous donnera –t-il la joie d’engendrer un petit prince dauphin, pour que notre nation survive.

    XIV Jour du Miracle

Lorsque les Français comprendront que la gauche à intérêt, à appauvrir matériellement et surtout intellectuellement le peuple, pour s’assurer un clientélisme, la France criera
« oh ! Miracle » et fait un grand pas :
Elle fera également un bond salutaire lorsque nos bien braves électeurs (brave en patois Provençal est un mot bien gentil pour désigner le « couillon » ) réaliseront que notre soit disant Droite, pour se maintenir au pouvoir à tout intérêt, de financer la gauche et à la titiller pour qu’elle instaure le désordre financier et social, de manière à être le seul recours (pire dans la continuation)
D’autre part c’est si confortable de se présenter comme socialiste, lorsque l’on est milliardaire et que l’on envoie ses enfants dans les meilleures écoles de France.
Les deux parties ont donc intérêt à mentir et  à jouer du quadrille de l’alternance en invitant le mondialisme et le tiers monde.
D’ailleurs nos politiciens des deux camps deviennent eux aussi des immigrés, car ils déménagent  leur argent noir de la blanche Suisse vers des soleils plus lointain, plus juteux, japonais ou modestement asiatique ou africain.
L’argent détourné ne profite même plus à l’Europe.
Le fruit du commerce de la drogue est le seul réel moteur de l’économie mondiale (et non pas le dollar). Les pays sous développés achètent des armes, de la technologie et de la nourriture avec l’argent de la vente de la drogue, aux pays riches. Les bénéfices de ces échanges internationaux devenus mon grata vont s’épanouir eux aussi sous des cieux plus lointain. Nos banques ne sont plus alimentées et pourtant les frais des campagnes électorales explosent : Quelle belle crise…de rire.
Les capitaux fuient la France qui se meurt au bénéfice d’un lointain mondialisme, plus discret et moins réglementé.
L’alternance nous amène toujours de nouvelles poches vides, mises en place toujours par la même hiérarchie, les mêmes groupes financiers, pour une éternelle représentation de guignol.
Au nom du sacré dogme de l’égalité supprimant tout élitisme, toute émulation, tout effort, le cerbère du ménage « gauche-droite », l’éducation nationale (ou plutôt l’abrutissement national)
tient tout le peuple en otage.
Plus de dictée plus de récitation, bientôt plus de lecture et plus de devoirs.
La méthode globale devient « ignare global »
L’idiotie collective est bien programmée et tenue bien fermement par la milice gauchiste de l’éducation de l’internationale.
« Etudiants allez manifester pour justifier nos subventions de la Droite.
Dissertez sur tout et sur rien, ridiculisez la religion, la famille et la société mais surtout remplacez le devoir d’analyse et le bon sens populaire par la dialectique anti-impérialiste, le nouveau chewing-gum Du manipulé »
Faire des aigris à vie, des moutons de panurge rivés devant la télévision.
Des Don Quichotte contre le capitalisme, rien de tel pour manipuler les foules.
Rien de tel pour nos élites : Faire carrière et surtout ses affaires, hors de France, discrétion oblige.
La France sans frontière disparaît. Mise en concurrence avec le mondialisme, nos lois sociales, nos salaires deviennent exorbitants.
Plus nos industries se délocalisent, plus les ressources de l’Etat disparaissent alors que l’espérance de vie augmente.
Peu importe, l’Etat, pour exister à court terme détruit nos hôpitaux, plus d’infirmière plus de médecin ,il faut bien lutter contre l’allongement de la vie. Le gouvernement vend de la tour Eiffel aux bâtiments du ministère de la culture, en passant par nos autoroutes, nos industries et même jusqu’à l’or de la banque de France. Autre solution à court terme, emprunter au delà du raisonnable.
Peu importe nos politiciens se seront bien trouvés une retraite dorée dans un prestigieux organisme constitutionnel et ne seront pas obligés eux, d’aller travailler pour 100 euros en Roumanie ou en Chine.
La mascarade continuera ; tout est bien ficelé en France, par un gauchisme totalitaire bien pourvu et soutenu par une fausse droite trotskiste.
Tout est bien ficelé, un peuple Français apprêté comme un vulgaire rôti pour le ménage « Droite-Gauche »
Actuellement nos frontières protectrices tombées à l’adhésion à l’Europe, nos lois sociales et nos salaires ne sont plus compétitifs. Toute notre industrie va se délocaliser.
Au lieu de s’engouffrer dans une course irresponsable de l’augmentation de nos salaires, étudions comment les Roumains peuvent vivre avec des mensualités de 100 euros. Inversement recherchons pourquoi les entreprises Hollandaises et Allemandes peuvent offrir des salaires bien supérieurs à leurs employés alors que nos entreprises sont, elles au bord de la faillite.
Analysons le montant des charges et de l’imposition dans chaque pays.
Nous constaterons que le rôti « du ménage droite-gauche » baigne dans une sauce bien grasse.
Bien grasse pour qui !
Il faut bien subventionner les partis politiques, les syndicats, les associations gauchistes (ni pute ni soumise et autres)
Les subventions , primordiales, vu le montant par carte d’adhésion, sont celles des syndicats étudiants.
L’Etat privilégie l’élevage des moutons de Panurge. A quand les manifestations des maternelles ? Elles sont déjà il est vrai bien manipulées par l’enseignement global et autre.
Voilà de bien tendres rôtis d’agneau.
Quelques Ames bien…niaises rétorqueraient que les subventions sont la démocratie. Là j’ai bien compris la voyoucratie, car cette soi disant démocratie est à la foi orientée et totalitaire.
Au nom de la démocratie je n’ai jamais vu de subvention pour les royalistes ou pour les Français de souche en voie de disparition ou pour encore les catholiques traditionnels. La justice républicaine est de construire des mosquées et d’interdire d’église les catholiques traditionnels. Le libre choix des Indiens des Etats unis est de pouvoir vivre entre eux dans des réserves. Toutes démarches dans cette direction seraient taxées de racisme et jugées hors la loi en france.
Les massacres de la révolution furent ignobles et sanglants, mais leurs continuités actuelles totalitaires et iniques. Les Français ont voté « démocratiquement » contre l’Europe et contre la disparition de notre pays. L’Etat international est passé outre, nous imposant ses directives de destruction de la France et de son industrie.
La révolution internationale : l’agrandissement du troupeau des moutons de Panurge, sans limite sans frontière est la seule finalité.
Il est vrai qu’ainsi ces moutons n’ont plus besoin de cloches pour les singulariser. Ils sont singulièrement eux même cloche, tintant à volonté et opportunément pour nos seuls dirigeants droite-gauche internationaux. 

XVI « Deux Gaules »

La Gaule des Francs et celle des traitres :

Les Francs : Franc = Libre (homme affranchi = homme libéré)
                      Hommes libres assujettis à aucune puissance étrangère, seulement à Dieu par le                                                          La France : La terre des Francs
La  « France » mot inventé par la prophétie de Saint Remi :
« La France sera heureuse et prospère chaque fois qu’elle sera  fidele à l’Eglise Catholique, mais sombrera dans le malheur chaque fois qu’elle oubliera ses devoirs vis-à-vis de l’Eglise. »
La France « zone franche » , zone libre n’a perdu sa liberté que depuis  « la révolution dite Française » mais surtout chaque fois que le lien catholique s’est  distendu : Napoléon I, Napoléon III, 1914, 1945 et les traités d’Evian et de Maastricht.

Etre Français : Etre hommes libres.
Voilà pourquoi les Français de souche ont voté NON à l’Europe, l’Europe protestante, l’Europe des seuls liens du commerce international

A 1ère lettre de l’alphabet : Amour, le melli fleus  de Saint Bernard, le suc de la religion catholique.
L’Amour Catholique de son prochain fait de la France une terre d’accueil du prochain (celui qui est proche et partage une même communauté d’idées, de mœurs, de civilisation et de religion depuis le honteux traité d’Evian de la « Raie-publique » gaullienne. Honteux mais criminel par le génocide ordonné par l’Etat de nos fideles Harkis.
Le tribunal international de La Haye est là bien amnésique.
En 1942 De Gaulle changea le nom de « la France-libre » en « France –combattante » et depuis la France avec lui ne fut plus jamais libre, prisonnière de son approvisionnement énergétique, satellite communiste Russe, puis Européenne.
Espérons qu’un jour elle redevienne pour nos pécheurs, nos agriculteurs et nos ouvriers « France-combattante » pour réincarner la terre des Francs, la terre des hommes libres. Libre de pouvoir travailler en France.
De Gaulle porte l’entière responsabilité de nos problèmes actuels et futurs de l’Europe, de ses délocalisations, mais surtout de l’échec d’un carrefour du monde méditerranéen par une accession progressive des Algériens à la nationalité Française par un pont du monde Franc, d’un monde libre de l’autre coté de la méditerranée  sans intégrisme et sans voile
De plus la vision d’une victoire, seulement étatique sans victoire militaire (tous les membres du FLN étaient sous les verrous dès 1961) par une minorité bien loin du géni Arabe du moyen-âge d’un AVERROES, sans culture, sans éducation va fortifier et exporter d’intégrisme, d’abord contre l’état d’Israël mais par tache d’huile vers l’Iran, le Pakistan, vers l’Afghanistan et les anciens satellites de l’union soviétique ainsi que bientôt peut être sa distillation, vers la Chine, la Turquie et enfin de l’Europe.
De Gaulle est ainsi le père de l’Al-Qaïda  et si les Russes lui ont rendu un majestueux hommage sur la place rouge, l’intégrisme musulman lui doit son expansion.
De Gaulle voilà pourquoi « DEUX » lorsque l’on est  traitre à la Gaule, terre des Francs par les deux traités d’Evian et de Maastricht.  

LA TOLERANCE EST LA JUSTIFICATION DU LACHE

XVII La Nation Française immortelle

 

 

La Nation Française est immortelle, car elle n’est pas seulement physique, idéologique  et vivante, ou moribonde aujourd’hui, mais toujours est-il qu’elle a été durant des siècles et qu’elle s’est vouée à Dieu par le Baptême de Clovis ainsi que toute la Nation des Francs en 498 en communion totale avec leur chef, leur Roi.
1512 années ne s’effacent pas par la seule volonté d’hommes « politiques » irresponsables, se gavant du suc de la Nation comme de vulgaires « Tiques ». N’oublions pas que dans la nature ces parasites une fois gorgés tombent d’eux même et que s’ils sont nombreux, ils devraient s’écrire : « poly-tiques ». La savane Africaine en est remplie, mais elle reste la savane.

 

REPU-blicain
REPU-gnant
Sont les deux frères siamois
de la
« POLY-tiques »
à
REPU-dier

 

Mon DIEU Mon ROI Mes DEVOIRS

XVIII L’idéal des révolutions

 

 

 

Non seulement les révolutions (France, Russie, Chine, Iran, Ethiopie, Yougoslavie, Roumanie…) ne se sont faites que dans le sang des élites et surtout des peuples, mais elles n’amenèrent chaque fois au pouvoir que de sanguinaires tyrans privant les peuples de toutes les libertés et sécurités.
Combien de morts, combien de prisons criminelles, combien de goulags des nouveaux états. Les peuples endoctrinés, formatés par une nouvelle histoire réécrite, mensongère et destructive, sont abrutis par une éducation misérable faisant de pauvres hères aigris, esclaves de l’idéologie de la continuité du pouvoir révolutionnaire.
Un pays sans roi, étant comme un corps sans tête, les nations martyres vont au fur des ans rétrécir et disparaitre, soit occupées par des forces étrangères, soit se désagréger par des scissions ethniques (éclatement de l’empire Français, de l’union Soviétique de l’Ethiopie, de la Yougoslavie…)
Les révolutions sont non seulement la mort des nations, mais la mort intellectuelle, la mort du libre arbitre des hommes, à la fois par le sang, par les emprisonnements arbitraires et les lavages de cerveaux.
Devenus de misérables robots bien serviles ou zonards aigris,  les peuples coupés de leurs racines sont poussés vers l’alcool, la drogue, et les suicides.
Chômeurs, moutons de Panurge, aigris à vie, exclus de la société, ils ne sont que pour légitimer une nomenklatura apatride mais « bien pensante », à remplir leur seule, panse.

XIX Le goulag « Français »
La RAIE-PUBLIQUE

Un compagnon de goulag de Soljenitsyne disait que les trois dangers pour l’humanité étaient :
                                                                     L’ignorance
                                                                     L’abrutissement
                                                                     et la nullité
Que de plus représentatif de l’état actuel de la jeunesse aigrie par le mythe mortel de l’égalité.
L’ignorance de ses racines et de son histoire, abrutissement par l’endoctrinement républicain suppriment tout libre arbitre toute analyse donc tout projet et toute programmation de leur avenir.
L’inégalité engendre la vie,
L’inégalité, la non vie se résume dans la mort
L’éducation, l’instruction impliquent que certain on un savoir qui n’est non seulement pas acquit à la naissance mais pas accessible à tous.
L’instruction, l’éducation, dons élitiste de Dieu impliquent par l’Amour Catholique des devoirs envers ceux qui en sont démunis.
Notre Seigneur Jésus Christ à choisi douze Apôtres, douze élus pour répandre la parole Divine.
Il est universel que chaque nation a eu sont Dieu, un ange pour faire la liaison avec son « Prophète » et un peuple instruit par ses apôtres, le tout dans une éducation verticale ou la Hiérarchie en découle « Divine », Naturelle et où la Raie-publique idéologiquement « égalitaire » est un abime infernal vers la non vie, la mort.
Notons que la nomenklatura républicaine ne conçoit l’égalité que pour la masse dont elle se repait en toute légitimité par l’élection populaire qui l’a portée au pouvoir.
Nivelés vers le bas, sans aucun exemple de l’éducation et de la sélection naturelle, nos enfants n’ont que la seule perspective de se noyer dans leur unique univers : LA NULLITE.  

XX Les derniers souffles de courage et d’honneur  de la Nation Française


La nation Française est moribonde. Devrait-on écrire « Maure-y-Bonne ?
Non. Car si une partie des Maghrébins refusent de s’intégrer dans la Nation Française, les Harkis et leur descendants ont par le sang versé pour la France droit un autre respect une autre protection que la France Gaullienne honteusement leur refusa en ordonnant de les désarmées et même de les faire descendre des bateaux militaire où ils étaient venu se réfugier, les livrant ainsi à une mort honteuse : se faire égorger.
Honte pour l’éternité des siècles à cet état « rouge » se disant Français, mes frères criminels des goulags staliniens.
Le dernier souffle de courage de la Nation Française fut celui du colonel Jean-Bastien Thiry, l’inventeur des SS5 et SS10 les ancêtres de nos missiles  modernes. Certaines lettres trahies par le chef de l’état au profit de l’Union Soviétique, il organisa l’attentat du petit Clamart avec une poignée d’irréductible Français ; Condamné à mort il écrit un testament que chaque Français à le devoir de lire comme le fruit du dernier souffle du courage de la Nation Française.
Quant à l’honneur de la Nation Française complètement banni pour des siècles par la lâcheté du chef de l’état lors de la première guerre mondiale et lors de la deuxième quand il refusa par sa désertion de prendre son commandement sur la Loire avec une unité de char et préféra de fuir son devoir pour Bordeaux, et surtout par le génocide qu’il ordonna de nos soldats Harkis.
Heureusement un autre général, lui un vrai, le général Edgard de Larminat nous donna le dernier souffle d’honneur de la Nation Française.
Refusant la mission du chef de l’état de présider « la cours militaire de justice » et le commander le peloton d’exécution du colonel Jean Bastien Thiry après l’échec de l’attentat du petit Clamart, il opta de donner sa démission au chef de l’état pour ne pas cautionner cette infamie. Au refus du « général »d’accepter sa démission, il préféra se suicider plutôt que d’accepter cette mission criminelle pour sauver son honneur et celui de la Nation Française.

Honneur au colonel Jean Bastien Thiry
Au général de Larminat
Et à tous les morts de l’OAS,
L’actualité leur a donné raison
Vive la Nation Française
                                                                                      La Nation des Hommes libres
                                                                                      Celle des Francs, de l’honneur et du courage.

XXI L’intégration, vaste fumisterie étatique,
D’une droite trotskiste

Nous avons vu qu’être Français c’est être Homme Libre, dans la continuité du baptême de Clovis et de la prophétie de Saint Remi.
Cette Nation Française depuis la révolution dite « Française » doit vivre en clandestinité sur son propre sol si elle ne veut pas être emprisonnée pour fait « d’intégrisme » ou pire encore de soi-disant « fasciste » quand on sait que les véritables fascistes nazis ou Italiens étaient des socialistes. Quelle insulte d’être assimilé à des socialistes qui ont financé le FLN.
La loi de 1905 séparant l’église de l’état enterra la Nation Française et le traité de Maastricht la souveraineté de ce nouvel état caméléon.
Comment peut on être intégrer à une masse informe qui n’ayant plus de religion n’a plus d’identité et n’ayant plus de souveraineté (un état souverain est celui qui a la possibilité de battre sa propre monnaie) n’a plus d’existence.
Nous sommes devenus « Européen » alors qu’aucun pays n’est d’accord pour une définition de l’Europe.
 Comment intégrer, comment être l’ancienne terre d’accueil, la France des Hommes Libres quand les Français de souche sont marginalisés et traqués sur leur propre sol.
Personne n’a le droit d’être Français, Homme Libre, personne n’a le droit de parler librement sans se retrouver devant un tribunal. Personne n’a le droit de défendre l’intégrité de son sol comme le fit José Beauvais. L’ironie de l’histoire fut que José Beauvais devenu homme libre se retrouva député « Européen ». Pauvre France. Il est vrai que certain Lidder de la soit disant « droite », miroir aux alouettes pour nationalistes primaires  est lui aussi député « Européen ».
Quelle trahison du bout à l’autre de l’horizon de cette pauvre martyre, la France.
Il est vrai que déjà Jeanne D’Arc fut trahie par la politique du roi Charles VII. La politique de Philippe le Bel, de Charles VII, la politique tout cour est la mère de l’infamie et celle d’un certain « Général » fut l’apogée de la traitrise.
Comment intégrer de nouvelles bonnes volontés qu’elles fussent honnêtes quelque fois, ou ayant un grand cœur plein de générosité, quand il n’y a qu’infamie et aucune référence d’intégrité d’un état devenu caméléon suivant l’humeur du temps, traitre à sa propre Nation et à son propre sol.
Intégrer c’est apprendre la langue, l’écriture et la religion de la Nation.
Mais notre « éducation » « nationale» est la plus grande industrie communiste de destruction de notre Nation. Méthode globale, suppression de toutes sélections de toutes émulations et de tout effort. Machine révolutionnaire à faire des ignares aigris.
Intégrer c’est expliquer notre idéal  chevaleresque Français, notre foi religieuse. Intégré c’est donner les moyens de vivre honnêtement dans le cadre de nos traditions alors que combien de Nations n’ont pas le droit de travailler sur notre sol. Parler d’intégration mais confiner ces arrivants dans des ghettos sans aucun Amour Catholique de son prochain. Je ne parlerai pas par charité de tous ces gens qui justement ne veulent pas s’intégrer en revendiquant de vivre sur notre sol selon leurs coutumes  et leurs religions.
Mais je parlerai de tous ces camps de Roumains de plusieurs centaines de personnes autour de Paris : Saint Gratien, Saint Denis, Saint Ouen, Aubervilliers, Bondy  et autres vivants dans ces cabanes de deux mètres carré faites de portes d’armoires , de tôles et de bâches, quelque fois sans eau , sans WC et grouillant de rats. Est-ce là l’intégration pour des humains qui n’ont même pas le droit de travailler en France. C’est alors bien facile de les taxer de « voleurs ». Mais qu’elle générosité de l’état ! Il est vrai qu’il n’est plus catholique, qu’il est « Européen » mais qu’est ce que c’est d’être Européen ?

INTEGRER,
Intégrer
À
QUOI ?
La France est bannie interdite, surtout aux Français.
La véritable intégration se fait par l’Amour Catholique.
Mais quand l’Amour est rejeté du sol Français que fait-on ?
Une MASCARADE POLITICIENNE
UNE RAIE-PUBLIQUE.

XXIILa carte d’identité de l’état

La carte d’identité Française de l’état ne fait pas l’assimilation à la France de souche, la Nation Franque, la Nation des Hommes Libres.
Malheureusement beaucoup de Français de l’état républicain ont en eux par les souffrances passées de leurs ancêtres des blessures plus lourdes que des chaines. (Esclavage, colonisation, shoah.)
D’autres malgré une présence plus ancienne revendique une différence, un rejet de la religion catholique. Les protestants, les sectes, les hindouistes…) Mais se sentent malgré tout intégrés dans un état laïque mais surtout dans un état non catholique.
D’autres plus discrets (Chinois…) par tradition resteront toujours des  « communautés », mais malheureusement vampirisant nos commerces et investissant l’argent gagné en France que dans leurs pays d’origines, saignent ainsi notre économie.
Le plus triste sont ceux qui revendiquant ou non la position Française de l’état civil, refusent de s’intégrer, soit par une identification à une nation étrangère ou à une religion sectaire soit encore par la seule haine de l’histoire de la France et des Français (Tchador, Burka) vont jusqu’à renier les lois républicaines.
La France ne pourra pas toujours être seule à s’endetter lourdement pour financer l’élévation du niveau de vie des pays émergeants et surtout ceux n’ayant aucun rapport avec notre ancien « Empire Français ». Aider notre « prochain » celui qui nous est proche c’est notre devoir de catholique lorsqu’on en a les moyens.
Loin est le temps ou les blasons affichaient fièrement l’identité de la Nation Franque.
Mais un pays sans bannière, sans service militaire, sans éducation civique scolaire, sans éducation morale familiale, mais surtout sans roi, est un corps sans tête, informe, une bombe à retardement dans les banlieues, une grenade dégoupillée pour extrémistes solitaires dans les villes.
La France de la drogue, la France des voitures brulées les soirs de réveillons,  la France scandaleuse des guets-apens contre nos pompiers et nos « forces » de « l’ordre » est la terre d’une France, franc-maçonne et d’une « droite » trotskiste apatride, européenne, qui a besoin d’une gauche remuante pour se faire élire.
Heureusement que nos jeunes générations depuis 1962, aigries, endoctrinées par une histoire réécrite, et « bien pensante »  n’ont plus aucun ressort pour réagir.
1962, et 1968 ont moissonné tous les Français. Le danger est, qu’un tel marasme social, peut nous induire l’arrivée par réaction d’un nouveaux tyran sanguinaire, un Napoléon,  un « général » : du
                                                                           « Français, je vous ai compris »
Justement nous souhaiterions ne pas être :
                                                                            « Pris », « généralement » pour des « C ..s » et
                                                                            Pouvoir rester « Français »
                                                                            En France
                                                                            Dans une véritable « France »
                                                                            D’intégration et d’Amour de son Prochain.    

 

XXIII DGSE

DGSE : définition guignolesque des socialistes endoctrinés.
INSE : intentions nuisibles de sélection de l’endoctrinement.
ENA : Endoctrinements nuisibles autorisés.
Science-Po : Sciences des partisans de l’oppression.
Ecole HEC : Ecole des hommes entièrement concupiscents.
EUROPE : Elucubrations unanimes des ratés et d’oppressions des putes endoctrinées.
FMI : Fornication des menteurs indélicats.
UNESCO : Union nuisible d’endoctrinements socialistes des clowns olympiques.
OTAN : Outil des tantes asservissant les nations.

                            Les poly-tiques internationales
                            Sont les jeux olympiques du mensonge

REPUBLIQUE : Ramassis d’élucubrations des putes ubuesques battant librement identité des quidams unanimement endoctrinés.
  

XXIV

Bonne Année à nos élites                         Bonne Année à nos élites           Bonne Année à nos élites
Bien pansantes                                           Bien pansantes                                                              Bien pansantes

Sous le haut patronage                               -La démocratie est le fantasme            -Nos politicards ne font plus de politique,
                                                                        de la voyoucratie                                                        que de la formule 1 de l’ambition avec
                                                                                pour seule ligne d’arrivée : Le pouvoir                                                                                                                                                             pour leur seul enrichissement personnel
             -La démocratie est l’institualisation                           -Peu importe le peuple
-de la Merveille tueuse                                    de la corruption                  -Peu importe  le pays de la morale                                                                                                                   
-de la Mèreauprix fossoyeuse                    -La démocratie et sa corruption                                 -Politicards traites au peuple, traites au pays,        de l’économie     font le lit du totalitarisme                                           traites à la Nation Française,  
-du Père Pinard le père      
       de la prostitution                                 -La mondialisation est le secret coffre-                                          Bonne Année
                                                                         fort de la corruption                                                               et une bonne crise…
-de Giscard, Mitterrand et Chirac             
       Ribouldingue Croquignole                  -La tolérance est la justification du lâche                                                                                                                                                          et Filochard                                                                                                                                                    …d’hémorroïdes…   

 

                  Sac aux sigs et Puce                   -L’éducation, le sang de la vie sociale,
                                                                      Se doit sans tolérance

 

XXV LA BETE EST MOURANTE

 

 

                                                                                 Dieu                                         Mon Dieu
Ils ont déjà  appelé,
en deuxième Personnage                                               Premier                                   Mon Roi
de la gueuse, un Bon…
VETERINAIRE                                    Servi                                        Mes Devoirs
                                                                             

A QUAND
             
               L’EQUARRISSEUR ?

XXVI

 

Ce Dimanche sur Antenne II à 14H30 dans une émission
EH- CULS- mais ni queue (ta maire),
                            un démon-né « DE LA MORVE DANS LE NEZ»
a proféré d’ignobles mensonges.

Il est  vrai qu’il prétend avoir été blessé par des coups de barre de fer.
Il est évident qu’il lui en reste des séquelles certaines (un peu frappé sur les bords)
Jusqu’à lui faire oublier ce qu’est un prête.

Peut être prêche t il pour son avancement (vers l’enfer)

Comment un serviteur du CHRIST peut il incarner tant de haine et oser porter une soutane.
Il est vrai qu’avec
VAH-THI   CAMP D’EUX
(Night-Braille et autres) on est plus tourné vers Satan que vers ses devoirs d’Amour Catholique.
En fait pas très Catholique ce
DE LA MORT EN DAIS

 

Dimanche prochain nous prierons pour lui, pas sur Antenne 2 ,
Mais dans une Bonne Eglise .

Qui rempli son cœur

XXVII

 

La négation de la Royauté Naturelle est la conséquence d’un manque de culture et d’éducation, mais surtout d’une Bêtise latente mêlée à un incommensurable orgueil, sources de tous les maux humains.

 

La Royauté est la forme de gouvernement
La plus naturelle :

« L’écologie de la Politique »

Ecologie de la politique, parce que l’inégalité et la hiérarchie, toutes deux fondamentalement naturelles sont les deux moteurs, les deux secrets de la vie

Jacques SERRE

XXVIII Monsieur le Président de la République

Etant viscéralement royaliste mais simple Français, devant le crise je vous prie de bien vouloir considérer une possible solution au dopage de notre croissance.

Comment lutter contre la  crise ?

Libérer l’amortissement de l’investissement d’un jour jusqu’à dix ans au libre choix des entreprises.
Réévaluer avant chaque exercice comptable le montant de l’investissement restant à amortir au minimum du niveau de la dévaluation

Ainsi une entreprise en fin d’année avant de boucler son bilan pourrait faire des investissements et les amortir en partie ou en totalité avant l’exercice comptable et payer moins d’impôts si elle amortissait en totalité ses travaux.
Pour l’Etat le montant d’impôts ne serait que déplacé puisque le bénéfice serait reporté sur l’autre entreprise réalisant les travaux.
Malheureusement actuellement si l’on investi on augmente ses impôts car on ne peut amortir la totalité des travaux que sur plusieurs années.
Cette liberté d’amortissement amorcerait une nouvelle activité des entreprises, créerait des emplois et en plus l’encaissement des charges par l’Etat, ainsi que la diminution des versements d’allocation chômage.
Ce principe de reporter sur autrui le montant de ses impôts moyennant investissement pourrait faire boule de neige pour votre industrie contre la crise.  
Pour autant les entreprises désirant conserver une partie de l’investissement comme crédit d’impôt ou comme une réserve financière vis à vis de l’Etat, il serait juste que cette masse financière soit réévaluée au minimum de la dévaluation annuelle pour ne pas les pénaliser en acceptant de payer dans l’immédiat plus d’impôts en n’amortissant qu’une partie de leur travaux.
Un indice de réévaluation de l’amortissement pourrait être publié chaque année.

Monsieur le Président vous remerciant à l’avance de bien vouloir faire examiner les conséquences de ce mécanisme fiscal par vos services compétents.
Je vous prie de croire à mon attachement à la seule France.

 

Mr Serre Jacques
54 rue de Montreuil
75012 Paris

L’Art dans sa conception grecque
doit savoir matérialiser le Divin
par la perfection de la forme,
de l’œuvre.
(une traduction charnelle du spirituel)

Le chef d’œuvre ou le tableau véritable,
lui, doit par l’Art grec plus la vie,
la profondeur, le mystère et la lumière
tendre vers l’incarnation du Divin
(Une transposition spirituelle du charnel)

Un Parthénon s’élevant au dessus,
d’un mont Olympe irisé,
par le ciel d’une aurore méditerranéenne.

Un chef d’œuvre de :
L’assomption de l’incarnation du Divin

« L’art vit de contraires, meurt de libertés ».
Michel Ange
« L’art est une démonstration dont la nature est la preuve. »

XXX Oui, la royauté

Oui, la royauté est la forme de tous les gouvernements permettant à l’homme, en tant que phare de l’humanité, de pouvoir réaliser par émulation, élévation, un équilibre intérieur personnel conduisant non seulement au bonheur mais à la prise de conscience des devoirs vis-à-vis de la société pour tendre vers une harmonie universelle.
Le roi est aussi le lien mystique d’une nation vers des idéaux supérieurs humains et religieux mais aussi la tête la colonne vertébrale, la bannière d’un pays à l’intérieur, mais également avec quelle force à l’étranger.
Les engagements d’un roi auprès des autres nations est une garantie immuable alors que celle d’un président, fusse du pays le plus puissant au monde n’est qu’une orientation éphémère de quelques années. Les gouvernements passent, les rois restent et perdurent dans leur descendance assurant ainsi l’identité, la parole et la fierté de leurs nations. 
Le roi est aussi par sa nature humaine, sensible, une nature de cœur et d’amour de son peuple, une garantie de justice et de recours. La justice coutumière, l’ancêtre de la jurisprudence actuelle était non seulement pleine de bon sens, de naturel mais ouverte à tous. Les cas humains prévalaient sur la rigidité des lois étatiques. Quoi de plus barbare que les expropriations modernes avec des compensations ridicules des états républicains qui défendent leur budget au mépris de toute équité.
Seul le recours, le fait du Prince peut assurer une justice devant des circonstances exceptionnelles alors que la justice des états modernes est figée, impersonnel et d’une lenteur d’un rouleau compresseur.
Le roi est aussi le vécu des traditions qui représente le contexte sécurisant des peuples. Quoi de plus stressant que les changements, l’inconnu, l’incertitude du lendemain. L’incertitude du devenir de la sécurité présente, du travail, incertitude des moyens de santé, incertitude de la retraite. Seul une société encrée dans ses traditions de vie de communauté, de clan, de paroisse, permet un épanouissement où l’homme connaissant son passé peu jouir du présent et espérer de l’avenir.
La continuité du pouvoir ou les Princes sont élevés dans l’exemple du roi et où le futur est déjà régler par une coutume sans aucune lutte sanguinaire de succession assure une prolongation de la paix permettant une réalisation des projets de l’avenir d’ne nation. Rien de solide n’est fait dans la précipitation. Le temps est nécessaire à toute réalisation qui a besoin d’être aussi encadrée d’une continuité économique pour en assurer l’énergie nécessaire à son accomplissement. Ainsi les grands travaux de l’histoire les cathédrales, les châteaux, les canaux, les assèchements des marais, les aménagements des territoires, tout ne fut  programmé que par le génie et réalisé par l’excellence. Le canal du midi est encore hors service, le château de Versailles est toujours une incomparable vitrine du savoir faire. Les visites de ces chefs d’œuvres assurent la continuité des traditions de la Nation Française. Non seulement l’éclat, la renommé, la concrétisation du génie en assure les valeurs pédagogiques pour le futur mais la réalisation seul assurait le travail et la formation dans l’excellence. Combien d’ouvriers pour les constructions mais combien encore pour le fonctionnement mais combien encore pour l’entretien. Si chaque roi voulu pour marquer son règne la réalisation exceptionnelle d’un chef d’œuvre imprime son nom et celle de son peuple chaque nouvel édifice réalisait la continuité de la vie de la Nation.
Le roi s’il représente une sécurité de continuité de l’économie il est aussi une nappe phréatique de la richesse d’une nation. Le trésor royal était le trésor de la nation. Combien de rois dans l’urgence, dans la famine ont puisé dans le trésor royal jusqu’à faire fondre leur argenterie personnelle pour couvrir les dépenses devenues indispensables. Le trésor royal, le peuple tout était la nation et le roi en devait assurer pour sa sécurité l’épanouissement, la vie, dans un effort collectif, dans une vision d’ensemble jusqu’aux frontière de l’état. Quelle différence avec nos hommes politique qui doivent d’abord se compromettre pour être candidat, et mentir pour se faire élire. Leur court passage au sommet n’assurant qu’une relève aussi fugace que la leur. Combien cette fluctuation est préjudiciable à la recherche. Bien Loin du professionnalisme de cœur de Louis XVI qui sur l’échafaud demanda si l’on avait des nouvelles de l’expédition de monsieur La Pérouse. De plus leurs enrichissements souvent spectaculaire et incompréhensible font qu’ils doivent expatrier vers des paradis fiscaux ou des horizons lointains comme le Japon, la Chine, Taïwan, Hongkong, Macao…, pour être moins visible, mais par là l’énergie des nations est saignée à mort avec des déficits irresponsables répercutés sur les dirigeants suivant. Mais les dirigeants suivant sont obligés de continuer cette fuite en avant si non ils deviennent impopulaire trop rapidement avant la fin de leur mandat.
L’élection par ailleurs simplement très onéreuse est donc la condamnation au malheur des peuples par essence par sa source de querelles et par sa finalité, la mis en place d’un gouvernement dû à la seule intrigue mais surtout sans réel pouvoir. Mouvement perpétuel d’alternance du menteur et de l’escroc, battement de cœur de la mort, où la démocratie n’est que la voyoucratie. Voyoucratie heureusement éphémère, rapidement remplacée par l’autre, du camp opposé.
Un pays sans roi est un corps faisandé destiné et là sans aucune alternance, au hachoir à viande.
Un Roi construit sa nation,
Un politique assure la seul prolongation de son pouvoir et celle de sa nomenklatura sur le dos des pays.
             Français financez vos politiques
                                                                    Vos syndicats
                                                                    Vos partis
                                                                    Vos chaines
                                                                    Et vos cloches de moutons de Panurge nourris aux OGM
                                                                    OGM : (Organisations gâteuses des menteurs)
                                                                    Longue vie au bétail.
                                                                   
                                                                                                            La RAIE -PUBLIQUE
  

XXXI La Poly-Ethique des Poly-Tiques

Le fait de l’alternance créait une surenchère de la démagogie, creusant le déficit par l’absence d’une orientation continue.
L’image que les politiques veulent donner d’une amélioration de la société, contre la réalité de la seule préoccupation  de la continuité de leurs pouvoirs induit tout au long de la variation des sondages un yoyo économique des plus désastreux.
La droite voudrait remettre de l’ordre dans les finances et par là devient impopulaire. Le peuple versatile qui l’avait mis au pouvoir ne voyant que son intérêt immédiat se met en grève. Par réaction la gauche reprend les reines du pouvoir et pour justifier son élection creuse encore plus le déficit d’un pauvre bateau dont la ligne de flottaison est déjà bien engloutie.
Au bout de l’alternance au constat de la faillite de l’incompétence naturellement démagogique de la gauche nos politiques réunis de droite et de gauche n’ont plus que deux alternatives : la guerre d’un Clémenceau ou un tyran impossible « salvateur » :Napoléon, Staline, Hitler, Saddam Husayn, Pol-Pot, Mao Tsé Toung (tout en dehors de, « ses tongs »)dont les génies se limitent à se faire porter au pouvoir par le « peuple » (en réalité par les seuls nantis) mais dont l’action ne peut s’intégrer devant l’impasse économique dans laquelle il se trouve pour se maintenir au pouvoir que dans un bain de sang à la fois intérieur comme la Terreur  Révolutionnaire mais également à l’extérieur du pays pour détourner l’attention du peuple sur l’origine et la finalité de sa tyrannie, rend un pays exsangue ruiné, meurtri au bout de la folie de l’ancien « sauveur ».
Heureusement que nos politiciens n’ont la mémoire que de leurs ambitions et que si tout le peuple à projeté un homme au pouvoir il est prêt à encenser immédiatement de tout son ensemble son adversaire. L’histoire ou plutôt l’absence  de la connaissance de l’histoire se répète au détriment du seul bien être du peuple, toujours saigné de la sueur de son labeur et du sang de ses fils. Le danger est que vous trouverez également chez les socialistes toujours un descendant idéologique de la Terreur. Un Robespierre du moment, une hyène haineuse et sanguinaire. Donner lui le pouvoir, les « guides » des quartiers aidés de la délation populaire et les exécutions sommaires reprendront, se multiplieront. La lutte même légitime et l’aigreur mènent toujours au sang versé des peuples (listes rouges de Mai 1968).
L’alternance infernale de l’incompétence et de l’inconstance du peuple privé de la seule notion salvatrice, le devoir, font les guerres. Seul le devoir, de la base au sommet qui n’est pas la réaction épidermique d’un moment fugitif mais l’implication d’une juste analyse pour  le présent et le lointain avenir, suivi d’un  effort  volontairement consenti, fait les nations.
L’écologie active et salvatrice de la politique: LE DEVOIR
                                                                                  LA ROYAUTE

 

XXXII La culture révolutionnaire,  l’arrachage du savoir.
L’éducation nationale  ou l’abrutissement national.

 

Les révolutionnaires conquérants le pouvoir toujours par les armes contre un ordre établi, leur premier grand chantier est d’assurer le désordre pour diviser leur nation et d’instaurer la terreur dans le sang des représentants de l’ordre et du savoir.
La terreur « Française » guillotinant Antoine de Lavoisier, un des plus grands chercheurs Européens de son époque (il est le père de la chimie moderne) les Goulags  de Staline, la révolution « culturelle » de Mao-Tsé-toung, le génocide des Khmers de Pol-Pot et bien d’autres atrocités ne sont que les fruits de la « culture » révolutionnaire. La liste est longue des élèves de Robespierre et de la « France » révolutionnaire exportée d’abord par Napoléon puis par la Franc-maçonnerie.
Il est incompréhensible que la religion juive vénérant le Roi David, bon nombre de révolutionnaires en Europe bien que athées furent de cette origine (en Allemagne en Russie, en Autriche en Yougoslavie, en Roumanie…) Le mépris des religions Chrétiennes, l’appartenance à la Franc-maçonnerie, le ressentiment d’être exclu de l’ordre établi sont peut être les causes que ce peuple soit ainsi tourné vers la gauche la plus extrémiste.
Là est leur faiblesse et le danger pour l’existence  de leur pays, l’Israël, qui va être confronté avec une montée de la natalité Arabe sur leur sol. Un Roi seul peu amener la paix et l’unité dans un pays. La Belgique sans roi se scindera en deux. Tant qu’il y aura une droite Israélienne les deux formes de gouvernement mondial actuel  (la franc-maçonnerie athée type Grand Orient de « France », Rockefeller et la maçonnerie Anglaise, celle des Princes et d’Otto de Habsbourg ne pourront prendre officiellement le pouvoir car ce peuple est largement représenté dans les deux camps depuis la deuxième guerre mondiale.
Toujours est-il que les révolutionnaires de quelques Nations fussent-ils, leur premier grand chantier est d’instaurer un bain de sang, et la délation populaire des milices sanguinaires pour se maintenir au pouvoir. Se sachant illégitimes ils détruisent en premier, tout savoir, surtout l’histoire écrite de leur nation, puis toutes formes intellectuelles et toutes élites pouvant représenter, mémoire, logique et sagesse.
Le génocide est toujours brutal et sanguinaire lorsque les révolutionnaires ont le pouvoir, mais larvé, insidieux, lorsqu’ils n’ont que l’espérance. Détruire la nation, les familles, l’ordre militaire et social mais surtout la religion de la nation et encore fausser l’histoire pour endoctriner la jeunesse, naturellement manipulable à l’adolescence, par une rhétorique sourde et aveugle.
Noyauter l’  « éducation nationale » ou plutôt l’abrutissement national où leur travail de sape détruit tout (méthode globale, suppression du Grec et du Latin les fondements de notre langue, plus d’émulation, plus de sélection, plus d’élitisme, tout un nivellement par le bas pour formater des robots, aigris, tournés vers la drogue et le suicide, manipulables à souhaits, le plus éloignés possible de l’éducation de la famille. (la pilule accessible dès douze ans par une écolière à l’infirmerie de l’école sans information aux parents)
Plus de sagesse, plus de logique plus de référence à l’expérience, plus d’éducation, plus de développement de la mémoire, mais des phrases toutes faites d’un seul vocabulaire révolutionnaire. La gangrène remontant jusqu’à la nomenklatura dirigeante, la corruption, le cynisme, l’arrivisme se cachent sous un masque de « droite » trotskiste, « bien pensante » donnant facilement des leçons de civismes.
                                                                              Quelle tartufferie
                                                                              (Tartuffade en provençal)  

XXXIII L’athée révolutionnaire

L’inégalité et la mort sont des volontés de la nature, l’Amour notre lumière Divine de la vie.
L’athée ne peut atteindre le véritable Amour mais seulement le désir ou la seule jouissance humaine.
En cela aigri, égoïste l’athée est un homme dangereux toujours à la recherche d’une plénitude dans la violence par une continuelle recherche inconsciente de compensation de la castration de sa partie la plus intime, sa prolongation infinie vers le divin. Sans humilité et sans Amour pour lui-même, il n’est que volcan assoupi, prêt à exposer.
La plénitude, l’excellence, l’humilité, le don de soi ne sont que dans l’Amour, le naturel et le Divin. Malheureusement l’homme né inégal et méchant, voir raciste, seule l’éducation peut nous orienter vers la noblesse de cœur, l’Amour, l’Amour de son prochain.
La révolution et son fruit, la haine, est hors nature, une explosion de l’ambition, de l’égoïsme, de l’orgueil humain en dehors de tout Amour Divin.
Aussi avec le dénuement, le renoncement, la misère, la douleur où l’homme se sent abandonné et s’il ne tombe pas dans la révolte, peut retrouver n’ayant plus aucune forme d’orgueil, l’Amour Divin.  

XXXIV La Raie-Publique et le ver de son fruit

La république porte en elle le germe de ses limites. Chaque gouvernement au début de son très court mandat, plein de bonnes intentions essaye par des mesures impopulaires de couper court à la faillite de l’état de ses prédécesseurs. Hélas les mécanismes de rejet et les grèves sont mises en avant par la gauche qui à besoin d’électeurs et doit donc cultiver les revendications de l’immédiat. Les gouvernements ayant comme seule finalité de se faire réélire doivent céder devant les grèves et finissent d’enterrer les mesures nécessaires laissant la France mourante à d’autres vétérinaires. (Les camelots du Roi n’ont plus besoin de lancer « à mort la gueuse ». Les politiciens en bons vampires ont déjà non seulement pompé tout le sang mais également toute la moelle de la nation. Le cataclysme est  que malheureusement avec le « politiquement correct » il n’y a même plus de camelot du Roi pour reconstruire le pays.
Pour sortir de la faillite et des délocalisations des industries il est donc impératif de se remettre au travail. Mais se remettre au travail dans une France où l’industrie nationale est morte et où les multi- nationales étrangères y ferment également les usines, implique de rendre à nouveau attractif l’espace industriel Français. Il faut donc revenir à des lois d’un progrès social compétitif, sinon les Français se crispant sur leurs acquis passés vont tout perdre car il n’y aura plus de travail sur notre sol.
Le Français est comme un ours en mer du Nord sur un glaçon qui est entrain de fondre. Si l’ours ne fait pas de lui-même l’effort de rejoindre la banquise il devra le faire forcément dans l’urgence lorsque son glaçon sera fondu.
Il faudra bien en France pouvoir financer les retraites et la santé. Il faut donc des cotisants actifs et du travail pour tous.
Les élections, les partis politiques, les syndicats tous financés par les gouvernements doivent revoir leurs comportements irresponsables.
Si les grèves du littoral Français veulent revoir à nouveau  le débarquement du travail sur notre sol, elles doivent justement se départir de toutes grèves « sociales ». On ne peut continuer à revendiquer  ce que l’on ne pourra plus nous donner. Il faut accueillir l’emploi. Lorsque le Titanic coule il n’est plus temps de festoyer et de danser. Il faut sauter dans les canots de sauvetage pour survivre d’abord,  pour vivre après.       

XXXV Les douleurs de l’effort nécessaire

Les mesures nécessaires pour sortir de la faillite de l’état « Français » sont extrêmement douloureuses. Mais nous ne pouvons pas rester égoïstes et grever toujours indéfiniment l’avenir de nos enfants. Reporter sans fin cette amère nécessité c’est faire preuve d’incompétence, d’irresponsabilité mais surtout de lâcheté devant l’effort que toute une nation doit réaliser du plus haut au plus humble. Faire son devoir et le faire jusqu’à l’entier remboursement des dettes de l’état républicain, voilà une pilule bien impopulaire. Autant le faire rapidement car la faillite gonfle tous les jours et plus tard l’explosion en serait encore plus douloureuse, mais surtout pour les plus humbles. Nos parents ont bien fait l’effort de reconstruire la France après chaque guerre. Pourquoi pas nous qui avons eu la chance de ne pas connaitre ces malheurs. Sortons du comportement d’enfants gâtés et des caprices des pleureuses syndicales.
Mesure d’orientations :
L’énergie d’un pays doit viser au progrès social dans une mesure réaliste et concurrentielle mondiale. Les efforts de la société ne doivent pas léser ni la santé, ni l’éducation, ni la recherche, ni le bien-être justement acquis de ses retraités d’une longue vie active. La vitalité de la nation doit tendre entièrement au développement d’une économie fleurissante car c’est elle qui finance les devoirs de l’état vis-à-vis de la société. La sécurité, la paix, le réalisme économique sont les trois moteurs pour permettre à la justice sociale de revendiquer, par un effort de toute la nation du plus haut au plus bas, une amélioration justement acquise en conséquence de résultats réels, indépendant de toutes formes de crédits vis-à-vis de l’économie des pays concurrents.
La forme la plus révolutionnaire de l’histoire, celle des pirates, ne distribuait que  le butin acquis. Il est à constater aussi que depuis plus de deux cents ans nos politiciens ont voulu rajouter lois sur lois, mais nous ont précipités dans la faillite économique. En cela ils sont tous nuisibles et doivent être tous supprimés .Voilà de la véritable écologie !
Quelle est l’industrie qui maintiendrait des cadres avec d’aussi désastreux résultats qui ne font qu’empirer depuis plus de deux siècles. Liberté, égalité, fraternité : voilà le trio d’Arlésiennes. Pas d’opéra. Tout au plus du guignol où toujours les mêmes reçoivent les coups de bâtons  et où les Nantis sont toujours au balcon.

Mesures écologiques :
L’écologie ne doit pas être seulement à l’assemblé « nationale » pour en assurer le commerce d’hommes politique. Elle doit être active, toujours et de tous : solaire, éolienne, forets, eaux, sous- sols et océans. Naturelle et obligatoire l’écologie passe par un état d’esprit, une volonté, une énergie humaine et économique du pays, nécessitant une refonte totale de la nation pour en avoir les moyens de sa mise en place.                                                                                                                                 .

Mesures internationales :
Retrouver notre souveraineté en sortant de l’Europe et de l’OTAN.
Recréer nos frontières.
Economiser en sortant du FMI et de toutes les autres organisations mondiales grevant l’effort national.
Diminuer les frais d’ambassade sauf dans les pays francophones et les anciens pays de l’empire Français. Beaucoup de dossiers peuvent aujourd’hui à l’ère de l’internet, êtres résolus de la France.

Mesures fiscales :
Pour les entreprises Françaises et étrangères sur notre sol, liberté totale d’embauche et de licenciement. Les délocalisations exclues de ses mesures n’ayant plus aucune utilité, chacun retrouvera facilement du travail ce qui n’est pas le cas actuellement avec les lois d’un soit disant progrès n’aboutissant qu’au contraire du but affiché de la démagogie, la désertification industrielle.
Diminution de dix pour cent par mois de tous les hauts salaires et reversement direct de la différence par les employeurs à l’état pour financer les grands travaux écologiques.

Travaux écologiques :
Bassins de rétention d’eau à la source des rivières. Pisciculture de fourrage et de production d’espèces nobles (esturgeons, saumons…jusqu’aux écrevisses).
Epuration de l’eau jusqu’aux rejets en mer. Recyclage de l’eau et des ordures jusqu’aux petites unités ménagères.
Développement de l’énergie solaire et des éoliennes seules ou éoliennes productrices d’eau jusqu’à l’utilisation du simple particulier.
Développement de toutes les recherches géothermiques et de l’utilisation des masses biologiques à des fins multiples, épurations, engrais et notamment absorption du CO2. Remplacement biologique des pesticides et des engrais chimiques.
Suppression des médicaments dangereux pour la santé et l’intégrité physique (pilule contraceptive diminuant la fertilité masculine et provocant des difformités chez les fétus de la femme.
Suppression de l’utilisation abusive du plomb, du mercure, des plastiques et des matières radio actives.
Recréation d’une masse forestière et fruitière sur tous les espaces disponibles même si l’on doit y produire l’eau nécessaire par éolienne et autres techniques.                                                                     ..
Mesures législatives :
Etre inflexible sur l’ordre civique car les destructions (combien de véhicules brulés le soir de la Saint Sylvestre) sont des gouffres financiers préjudiciables. Après une deuxième condamnation grave assignation à résidence à la campagne comme exploitant agricole. Notre sol manque de bras. Avec une troisième récidive bannissement comme exploitant agricole en Guyane Française avec surveillance électronique. Participation financière des prévenus aux frais d’incarcérations par eux- mêmes ou par défaut par leur famille.

Mesures civiques :
Retour à la majorité à vingt et un ans pour les femmes et vingt cinq ans pour les hommes pour protéger l’adolescence et la maturité des mariages.
Service humanitaire pour les femmes d’un an (hôpitaux, crèches, écoles, cantines, maisons de retraite…).
Service civique pour les hommes d’un an par trois stages de quatre mois (pompier, sécurité civile, force de l’ordre…) suivi de deux stages de six mois chacun, d’aménagement du territoire puis de défense nationale, les deux au sein de l’armée. Les hommes ainsi muris et rendus responsables pourront  rentrer dans la vie active avec déjà une expérience professionnelle et  fonder une solide famille.

Mesures éducatives :
Retour à la sélection, aux dictées, aux récitations, au Latin et au Grec pour la connaissance du Français et le développement de la mémoire.
Pour les garçons dès la classe de sixième, visite le samedi et stages en entreprise dans le métier choisi pour acquérir une expérience professionnelle avant la sortie des études.
Pour les filles obtention de CAP ménager, cuisine, couture, puériculture… parallèlement aux études le samedi donnant droit plus tard à un salaire de l’état pour les femmes mariées et mères restant à domicile, dès le premier enfant et d’une retraite à soixante cinq ans de femme au foyer.

Mesures économiques :
Pour que nos industries redeviennent compétitives et que le travail retourne dans nos frontières chacun doit faire un immense effort jusqu’à éponger des dettes et le rééquilibrer les recettes finançant  nos retraites par un renouveau du nombre de cotisants.
Sortir de l’Europe mais rester concurrentiel au niveau mondial pour le retour des multinationales.
Suppression des  quatrièmes, voire cinquièmes semaines de congés payés désorganisant les entreprises.                                                                                                                                                          …
Retour aux quarante huit heures pour les ouvriers, cinquante deux heures pour la maitrise et les fonctionnaires et de soixante heures pour les cadres jusqu’au nivellement du progrès social des pays anglo-saxons et des pays émergeants nous concurrençant car là le mondialisme à un devoir d’assurer le même progrès social planétaire.

Mesure familiale :
Il faut ressouder les familles, source de l’éducation notamment par des allégements fiscaux lorsqu’un foyer à la charge soit d’un handicapé soit d’une personne âgée.
Reformer également les paroisses basées sur l’entraide et la vie sociale.
Reconstruire les camps, familles, parents, amis, patrons, employés, tous mus par un même intérêt général.
La reconstruction de la vie des paroisses pour le suivi des coutumes, les chants de groupes, les danses de salon et de folklore, les sorties collectives seront autant de bains de jouvence psychologique.
                                                             ETRE FIER ET HEUREUX D’ETRE.
 Les traditions le chant, la musique, la marche, l’effort, le travail, l’exemple, la vie collective étaient les moellons de la personnalité.
                                         
                                                            RECONSTRUISONS
                                                                                RECONSTRUISONS LA FRANCE
   

XXXVI La démocratie, la voyoucratie et sa gangrène la corruption

Les hommes politiques devant se faire élire sont obligés non seulement de mentir pour plaire pour incarner au maximum les aspirations des électeurs, mais également ils doivent s’imbriquer dans tous les réseaux, les clubs, les cercles existants, devenant par la suite des réseaux de pressions, pour s’assurer des acquis électoraux.
Ayant en plus l’obligation d’avoir des soutiens financiers pour réaliser une campagne électorale plus onéreuse que celle de ses concurrents, nos politiques, baignent donc bien avant leur candidature dans la plus grande corruption, ayant ainsi reçu le baptême de la voyoucratie dès leur aspiration « d’homme » « public ».
La  « fille publique » n’en n’est pas loin car il faut savoir se vendre jour par jour pour durer dans une démocratie toujours inconstante, suffisamment jusqu’à non seulement se faire connaitre mais jusqu’à l’élection par une majorité informe et changeante. La fin justifiant les moyens, l’arrivisme écrase toutes les valeurs, de morale d’honnêteté et de reconnaissance. Tueur en série l’homme politique avance vers le pouvoir, obstacle après obstacle, piétinant amis et parrains politiques. Il faut être le meilleur, une machine programmée pour l’ascension dans une terrible descente aux enfers.
Malheureusement une fois au pouvoir, s’y maintenir implique remercier ses soutiens, favoriser ses troupes, donc durer dans la corruption. Voilà les attributions des logements de Paris aux hommes politiques, à leurs familles, à leurs amis, tous déjà bien nantis. Ce fait du à la démocratie élective rejoint le comportement des tyrans de l’histoire passée et présente, se gorgeant eux aussi des peuples asservis.
Il faudrait donc aussi au niveau mondial une force, telle une douane morale, un tribunal de La Haye anti corruption. Il faudrait comme pour le SAMU un numéro d’urgence ou le peuple pourrait appeler dès qu’il subit une force corruptive, car cette gangrène a atteint toutes les nations de la plus primitive à la plus moderne, de la tyrannie à la démocratie. 
Seul un Roi, hélas lui aussi confronté à la corruption de ses représentants, peut être le pouvoir par naissance, sans corruption personnelle, dans l’Amour de son peuple.
Hélas face à la nature humaine le Roi ne peut faire le bien de son peuple que s’il en a le pouvoir. La lutte contre la corruption et des ennemis de l’intérieur de la nation font un exercice souvent difficile, mais où là il y a un espoir de paix et de développement  par un effort à long terme. Seul le Roi reçoit le glaive de la justice à son avènement et lui seul peut en faire bon usage dans l’Amour de son peuple, là où la royauté, toute serments du sacre, n’est justement pas, uniquement la monarchie.
Même un mauvais Roi est préférable à la démocratie car la pérennité naturelle des institutions permet d’espérer dans son fils l’espoir d’un redressement car la Nation est pour chaque Roi, son royaume, sa fortune, sa vie, son bonheur et son honneur.

                                                                                     LE ROI EST MORT, VIVE LE ROI

XXXVII A la recherche du progrès social

Le désir de progrès social est naturel et légitime. Qu’il est dur de constater que l’on n’a pas le nécessaire pour l’immédiat et que l’avenir est incertain. Qu’il est dur de souffrir du mépris des autres.
Mais l’amélioration de la société pour être enrichissante ne doit pas être une course de la reconnaissance ou de l’obtention de ce qui nous manque car le désir humain de la possession ou de la situation est sans frontière.
Plus constructif est le développement de notre propre connaissance, de nous même, la recherche du bonheur dans l’équilibre de notre effort avec le résultat de notre ascension dans la société.
Il n’y a pas de bonheur sans certitude de notre approche du Divin. Efforts vers le devoir, remerciements secrets à nous même de notre propre position social, de notre élévation, alors que la revendication nous met dans une situation d’aigri, la même où les résultats durement acquis n’auront plus que le gout de fruits pourris lorsqu’enfin on pourrait en jouir. Le progrès social pour être doit en passer par notre perception, notre satisfaction. Ce faisant nos efforts consentis sont moins lourds et dans l’harmonie la société peut se charpenter, se construire, s’humaniser.
La société civile doit se concrétiser dans un immense tableau de la nation où le premier aperçu doit être l’harmonie. La composition, la perspective, le volume ne doivent pas se détacher de la vie, du mystère et de l’élévation vers le Divin, si non le bonheur du progrès social sera toujours incomplet et inapprécié.
La lutte n’est pas une élévation, n’est pas l’ascension vers le bonheur mais une marche forcée et douloureuse vers l’incertain. Dans la misère du début de l’ère industrielle les compagnons  du tour de France ont su réaliser leur chef-d’œuvre personnel et enfin finir à se fixer.
La société des « droits de l’homme » n’est qu’une urgence à court terme, pleine d’embuches et de douleurs mais pas l’élévation des devoirs qui elle seule nous hissent vers l’équilibre, le bonheur.
Dans la paix civile la nation s’enrichie et peut reverser ses  fruits à des gourmets capables de les apprécier car le bonheur est illusoire dans la lutte, trop amère, trop proche de la haine.
Nous ne pouvons jouir des droits que des devoirs que nous avons librement consentis.
Le progrès social passe aussi par la capacité que nous avons personnellement d’aider les plus démunis que nous, l’égoïsme étant la plus grande des pauvretés.
Ainsi la chanson disait :
                                         « Il n’y a pas de ciel bleu au pays des cœurs blessés ».
 

XXXVIII L’énergie d’entreprendre

Si l’on veut reconstruire la France il faut regarder tout au long de l’histoire ses divers sursauts. La nation Française part avec un handicap de la tradition catholique où le commerce est mal vu. Sous l’ancien régime faire du commerce pour la noblesse s’était déroger, manquer à sa dignité, à son rang. Aujourd’hui encore qualifier  une personne de marchand est péjoratif avec  le sens de commerçant sans étique laissé aux protestants et divers clubs, Rotary ou Lions appelé ironiquement club cinq pour cent.
Le seul peuple qui a une vitalité exemplaire est celle du peuple Juif qui a été persécuté à différentes dates, et qui a peu près à tous les siècles subit une destruction presque totale dans un lieu. Malgré tout il a été la seule  ethnie qui tout au long de l’histoire à toujours pu après un massacre presque complet reconstruire en une centaine d’années sa puissance sociale jusqu’à réintégrer toutes les forces vitales du pays d’accueil.
C’est un peuple assurément intelligent et travailleur mais là n’est pas uniquement sa force. Le fait d’être éternel exclu à toujours raffermi son esprit de famille et de communauté. Ceci plus une facilité pour le commerce dû au continuel vécu avec d’autres peuples leur donne une grande force pour rétablir tout un maillage, tout un réseau d’associés par la coutume  de toujours privilégier un coreligionnaire. Une grande natalité, un travail minutieux, une épargne, une économie souvent discrète, le tout au service d’une grande intelligence font que rapidement  ils peuvent reprendre les rennes d’un pays, d’abords comme suspects puis rapidement comme associés, voire dirigeants. Cette facilité est due aussi  en partie parce qu’ils sont souvent élevés dans la langue hébraïque avec un autre alphabet tout en vivant dans un état dont ils n’ont pas les coutumes figées par la facilité. Loin est le temps où les élites Françaises d’avant la révolution lisaient couramment Grec et Latin. Eux ont l’obligation de s’adapter. Tous les peuples Arméniens, Libanais, Iraniens, Chinois, élevés dès la première enfance dans plusieurs langues sont de grands marchands  qui peuvent s’établir rapidement dans n’importe quel  pays. Il est même fréquent que certains parlent une dizaine de langues dans des pays de multi-sociétés avec de grandes villes cosmopolites comme Le Caire, Athènes, Beyrouth. Leurs réussites, les banques, l’immobilier, les métiers du spectacle et de la culture, la politique de gauche. Leur grande facilité d’adaptation leur ouvre la voie de la médecine, de la recherche et même des carrières du droit.
Ce fut dès 1962 par un même groupe la faculté d’entreprendre et jusqu’à épuisement de « filons » commerciaux des rapatriés du Sud de la Méditerranée dans le trousseau, l’adoucisseur d’eau, le chauffage par convecteur, les installations de cuisine, le tout en porte à porte puis les magasins de vêtements et enfin les superettes. Arrivés en France sans un centime ils firent tous fortune en moins de vingt années. Un tel phénomène migratoire pour échapper à la misère n’exista plus en France depuis le début du siècle avec « la montée à Paris » des Auvergnat dans la restauration et la livraison du charbon des Bougnats du coin.
Quelles leçons doit on tirer de la vitalité de ce grand peuple ? Recréer nos familles, nos paroisses, nos clans. Elever nos enfants différemment car le savoir des grandes écoles n’est réservé qu’à une élite, souvent d’éducation plus sévère, protestante, par un retour intellectuel d’avant la révolution « Française » où toutes les forces vives de la société « pensante » étaient élevées dans une connaissance globale avec une ouverture d’esprit totale. La facilité, la télévision, les jeux vidéo, le manque de lectures ont  abruti nos enfants.
L’  « éducation national » dans son grand œuvre de destruction a trahi notre pays. Il suffit de regarder la différence de niveau entre un livre d’histoire des années de l’entre deux guerre (A. Mallet et  J. Issaac  des classes de deuxième) et ceux actuels. Quelle chute. Quelle « éducation nationale » républicaine ! Comment est on arrivé à ce qu’un bachelier ne sache ni lire ni écrire par apport à l’ancien niveau d’un simple certificat d’étude d’il y a même pas une centaine d’années.
La date de la séparation de l’église et de l’état de 1905 dans l’enseignement est elle une simple coïncidence ? Le manque d’inspiration d’un niveau supérieur et divin va favoriser la paresse et le nivellement par le bas avec les idéaux de la franc-maçonnerie et l’implantation d’une nomenklatura manipulant et finançant les forces de la lutte du « progrès social » pour rester au pouvoir quelque soit l’orientation éphémère des gouvernements. Il faut recréer la soif du savoir du 18ème siècle dans la tête de nos enfants. La boulimie de lecture, celle des générations anciennes, la faculté d’adaptation, le développement de la mémoire et de l’esprit d’analyse.
Tout un grand chantier « National ». Prenons exemple sur la facilité d’intégration du peuple Juif qui s’est faite bien sûr dans une douleur certaine. Mais l’envie de l’effort n’est elle pas due à une réaction à la misère. Nos enfants n’ont connu aucune souffrance, aucune guerre, seulement le McDonald’s. Comment leur insuffler, volonté, effort et devoir.
Sans élévation vers le Divin « l’égalité » est elle la mort des civilisations nanties au profit des plus exclues.
Depuis la perte de notre Empire Français notre capacité d’entreprendre est-elle aussi morte par la perte du théâtre de nos opérations de civilisateurs. Est-ce par là aussi la fin de la civilisation Française ? Actuellement les soubresauts de notre énergie ne sont ils dû qu’à l’assimilation d’éléments vitaux venus de l’extérieur ? Il est à craindre que oui si notre « éducation nationale » noyautée par l’idéologie de mort communiste ne réagit pas et que l’ère des livres scolaires d’une synthèse  squelettique et destructive  ne laisse pas un retour aux livres de la culture où chacun pouvait faire sa propre analyse et développer ses facultés de synthèse. Quand il n’y a plus rien à trier, plus rien à rassembler l’esprit de culture et la faculté d’entreprendre meurt par manque d’exercices intellectuels.
Nos livres scolaires au lieu de donner envie de connaissances sont devenus de beaux hamburgers tous en couleur de l’idéologie égalitaire socialiste.
Plus de culture, le parti pense  rouge pour vous.
Rassurez-vous les moutons de Panurge peuvent s’élever en ressemblant, à des ânes.   

XXXIX L’affront « national »

Si la Nation Française découle de la prophétie de Saint Rémy et du baptême de Clovis  le 25 Décembre 498, il en résulte qu’être Français de souche n’est pas une couleur de peau ou une provenance, mais bien l’appartenance à une religion catholique, intégriste (fidèle au dogme) donc royaliste et royaliste légitimiste en ligne droite de Clovis par la loi de la coutume des Francs- Saliens, la loi Salique. Si le mot franc dans l’usage courant peut avoir un sens « Pur, sans mélange » d’autres  sens « loyal », « parfait ou accompli » sont préférables.
Monsieur F. Mitterrand d’origine orléaniste de l’action Française devant la montée de l’aura de l’ainé des Bourbons le Duc d’Anjou de la branche légitimiste va « induire » la réaction du Front « National » qui va aboutir au décès d’Alphonse II Duc  D’Anjou « accidentel » mais bien symbolique, décapitation par un câble sur une piste olympique américaine lors de la commémoration en France de la révolution dite « Française » en 1989.
Ce front « National » n’a eu de cesse de noyauter la jeunesse royaliste par un mortel miroir aux alouettes, mais surtout va détruire les familles de la tradition en brisant en deux l’église traditionnelle par la création de la fraternité Saint Pierre, version politique et front « national » de la fraternité Saint Pie X. Ce front d’idéologie plus proche du fascisme de Mussolini et bien loin de l’Amour catholique de la Nation Française. D’ailleurs son dirigeant divorcé serait remarié avec une protestante et la fraternité Saint Pierre est déjà vouée à l’idéologie des séminaires rouges de Staline, celle de Vatican II.
Les troupes du FN allant des communistes repentis aux anarchistes et aux fascistes, ne sont qu’une masse informe vouée à l’effondrement, de nationalistes primaires n’ayant aucune incarnation de la définition du mot « Nation ».
Le fascisme n’est pas loin de la haine et ses méthodes bien proches de certains tyrans qui ont approvisionné les goulags.
En cela ils ont détourné toute une génération de jeunesse de l’idéal de la  Nation Française, un idéal d’éducation, de devoir et d’Amour catholique, rejoignant ainsi les blousons noirs de l’Action Française  qui eux au moins possèdent une doctrine, anarcho-monarchique.
On ne peu rassembler avec une seule politique de ratissage des mécontents de tous les horizons. L’action du FN n’a été que la destruction de l’unité de nos familles et donner une image hautaine méprisante de la tradition qui aboutira au sens péjoratif du mot « intégriste » bien loin de sa beauté originale de fidélité à une religion d’Amour, intacte, celle de nos  grands –parents. Toute une génération de la tradition à été détruite par ce FN occultant ainsi les efforts de nombreux catholiques dans les associations humanitaire.
La France est bien au plus bas par l’éclatement de son noyau historique mais surtout par l’image que le FN a donné de la tradition Nationale. Comment rebâtir une France d’Amour, une France terre catholique, d’accueil et  de rayonnement intellectuel, une France devenue sans élite représentative, sans phare humain d’un chef incarnant non pas l’état mais la Nation.
Joseph de Maistre disant « la noblesse n’est pas une caste qui dirige mais une caste vers laquelle on se dirige » et bien loin.
Qui va représenter les valeurs de devoir et d’Amour ?
Comment va-t-on sortir de la faillite républicaine ?
Qui va payer les retraites de nos enfants dont le seul avenir sera le chômage ?
Sans idéaux notre pays n’a plus d’énergie, plus d’industrie, plus de travail.
Va-t-on nous imposer une guerre ou un tyran ?
De quelles  chaines étrangères sera fait l’avenir de nos enfants ?
                       
                                                                                                 Mon Dieu Mon Roi Mes devoirs.

A- Cuisiner Français

Si être Français est être un Homme Libre guidé par l’Amour Catholique de son prochain en continuité du baptême de Clovis et de la prophétie de Saint Rémi, être Français c’est aussi par tradition aimer les bons produits de notre sol et de les cuisiner aussi avec amour.

B- Crêpes flambées

Ingrédients :
250G de farine de blé ou 150G de farine de châtaigne et
                                             100G de maïzena et même si on veut,
                                             50G de noix ou de noisette (repasser de la poudre au mixer jusqu’à farine)
7 jaunes d’œufs (garder les blancs)
1 petit pot de crème fraiche.

Remuer en incorporant chaque œuf, un par un à la farine.
Versez 100G de sucre en poudre en remuant, puis la crème fraiche.
Incorporer :
 Au minimum 50cl de lait jusqu’à ce que cela fasse une pâte très épaisse, non liquide d’une consistance au moins aussi fluide que du Nutella.
1 pincée de sel, 1 pincée de cannelle.
Ecorces râpées d’1 citron, 1 mandarine, 1 orange et  1/4 de fève de Tonka.
2 sachets de sucre vanillé.
1 cuillère à soupe de : Grand Marnier, Cognac, Rhum et de liqueur de mandarine.

Montez les blancs d’œufs en neige bien ferme. Incorporez les dans la pâte qui devient mousseuse en la soulevant avec une spatule ou une Maryse.
Mette au frigo 3 ou 4 heures ou une nuit.
Avant de faire les crêpes incorporer de l’eau jusqu’à ce que la pâte devienne de fluide à liquide.
Graisser la poêle avec le bout d’un morceau de lard d’une épaisseur d’au moins 5cm, à chaque crêpe.
En cuisant la pâte doit faire de la dentelle sur les bords et des trous sur tout le milieu. Si non, c’est qu’il n’y a pas assez d’eau.
Si l’on veut, on doit faire des crêpes où l’on voit la lumière au travers.
Les crêpes sortent rigides comme du carton.
Les empiler les unes sur les autres, elles ramollissent en refroidissant.
En empilant les crêpes, on peu badigeonner les crêpes  avec un pinceau de cette pâte :
                                 75G de beurre, 5dl de : Cognac, Rhum, Grand Marnier et liqueur de mandarine, un peu de  fève de Tonka râpée, de cannelle, un zeste de : citron, mandarine, orange, le tout bien râpé sous forme de pâte et 2 sachets de sucre vanillé
Les crêpes refroidies, ou le lendemain, les pliées en 2, puis en 4 ou 6, en forme de cornets.
Les ranger debout dans un plat et réchauffer 5 minutes  au four.

Dans une casserole faire fondre une noisette de beurre, 2 cuillères à soupe de : Cognac, Rhum, Grand Marnier et liqueur de mandarine et 2 sachets de sucre vanillé.
Faire chauffer ce mélange et flamber.
Si le mélange ne s’allume pas vous devez rajouter soit du Cognac, soit du Rhum.
Verser sur les crêpes.
Servir ainsi les crêpes flambées,  nature, ou avec de la chantilly, ou une boule de glace ou avec les deux.


C : Foies gras de canards maison

Matériel :

1 bac de marinade environ 5L à 8L
1 plaque bain marie (plat creux métallique) 5 à 8cm de prof
2 terrines à cake en pyrex transparentes

Ingrédients :

3 foies de canards environ 500G à 600G
1 bouteille de bordeaux Sauternes ou Monbazillac
1 bouteille de Anjou (Layon)
1 bouteille de Muscat (Languedoc)
1 verre de Cognac
1 verre d’Armagnac
1 verre de Porto
1 cuillère à café de sel de Guérande
1 cuillère à café de sel de céleri
1 cuillère à café de fenouil en poudre
1 cuillère à café de Marjolaine en poudre (origan)
1 cuillère à café de cannelle en poudre
1 cuillère à café de muscade en poudre
1 cuillère à café de poivre blanc moulu
1 cuillère à café d’ail en poudre
3 clous de girofle
3 feuilles de laurier
1 cuillère à soupe de carotte râpée

Faire mariner les foies entier une journée et une nuit dans le bac à marinade (couvercle ou film plastique)
Egoutter les foies et les essuyer.
Ouvrir les foies, lobe par lobe par la face du dessous en forme de T renversé sur toute la longueur jusqu’à demi épaisseur du foie en évitant si possible de couper les filaments.
Déplier les foies.

Enlever tous les filaments en les tenant tendus et les soulever avec le pouce ou une pointe de couteau pour les extraire de la masse des foies.
Saler et poivrer l’intérieur.

Mettre une couche de foie dans la terrine le dos vers le bas.
Mettre des petits morceaux pour boucher les trous dans le fond de la terrine, puis en vrac.
Finir la terrine par un foies dis vers le haut, compléter si nécessaire cette couche par un petit morceau. Les couches de foies doivent dépasser la terrine de1 cm.
Rajouter sur les 4 cotés et le dessus quelques cuillères de marinade (6 cuillères à soupe maximum)

Conserver le reste de la marinade, dépôt compris dans 3 bouteilles.
Bien boucher et conserver pour utilisation ultérieur (coquillette, pomme cuites, déglaçage viande) – se conserve d’une année à l’autre.

Mettre la terrine de foies dans un bain-marie avec une hauteur d’eau de 3 à 5cm.
Lorsque l’eau du bain-marie commence à bouillir, enfourner le tout dans un four préalablement chauffé à 150 degrés.
Mettre la 2ème terrine remplie d’eau chaude sur la terrine de foies, elle même dans le bain-marie pour comprimer.
Laisser cuir selon le goût :
      10 à 20mn (pour peu cuit à cuit)
      12 à 15mn (pour mi-cuit)

Sortir le tout en faisant attention de ne pas faire tomber la terrine d’eau.
Laisser refroidir.
La terrine d’eau comprime le foie et la graisse tombe sur l’eau du bain-marie.
Récupérer la graisse des foies avec une cuillère à soupe au dessus du bain-marie dans un grand verre.
Laisser décanter et filtrer uniquement la graisse.
Après 1h enlever la terrine d’eau en maintenant les foies dans l’autre terrine avec une spatule ou le manche d’une cuillère à soupe.
Sortir la terrine de foies du bain-marie.
Nettoyer l’extérieur avec le coin d’une éponge et essuyer
Nettoyer l’intérieur avec le coin d’un torchon humidifié dans le bain-marie.

Verser la graisse des foies décantée et filtrée sur la terrine de foies à 1mm à 3mm du bord.
Conserver le reste de la graisse pour la cuisine.
Conserver l’eau du bain-marie pour coquillette ou riz.
Conserver la terrine de foies pendant 2 ou 3 jours dans le bas du frigo.

Le jour de l’utilisation démouler le foie sans le casser si utilisation totale.
Ou trancher 1 à 2cm si utilisation partielle, recouvrir le restant de graisse avant de remettre la terrine au frigo.
Utiliser la graisse restante du foie gras de la terrine pour a cuisine.

Utilisation ultérieure.

Noter la température du four, le temps de marinade et de cuisson que vous avez utilisé pour ajuster une préparation prochaine selon votre goût.
Si les foies gras vous a paru trop parfumés, diminuer le nombre de cuillères de marinade.
Vous pouvez diminuer également le goût en divisant le temps de marinade.
Visualisez également la quantité de sel et de poivre de l’intérieur et de l’extérieur des foies que vous avez utilisez avant la cuisson pour un futur réglage de l’assaisonnement.
Une demi cuillère à café de poivre mélangée à deux cuillères à café rases de sel semble une bonne base de départ pour à la fois l’intérieur et l’extérieur des foies.
Achetez les foies en dehors des fêtes de Mai à Août, le prix pouvant tripler et mettez les au congélateur en attendant l’utilisation future. Vous pourrez faire mariner les foies directement congelés.

Pour les gourmands :

Lors de la constitution de la terrine si les foies dépassent de plus d’un centimètre le haut de la terrine vous pouvez utiliser l’excédent cuit à la poêle, huit minutes de chaque côté, accompagné de pommes de terre persillées de coquillettes ou de pommes cuites dans la marinade dans une poêle. Ne mettre le foie qu’après mi-cuisson des pommes.
Si vous êtes gourmand achetez pour une terrine trois foies de 750G vous aurez un excédent suffisant pour manger le jour même et pour réaliser la terrine de foie gras pour deux ou trois jours plus tard le temps nécessaire à sa maturité bien filmée dans le réfrigérateur.

Les foies de 500 à 550G semblent les meilleurs. 

 

D- Coquilles Saint Jacques à la Provençale

Outils :

Une passoire
Une sauteuse
Un plat creux à servir
Une cuillère en bois plate
Un mixer
Une râpe fine
Film alimentaire

Ingrédients :

12 coquilles Saint Jacques
2 feuilles de laurier
Sel
Poivre
Ail en poudre
Fenouil en poudre
Sel de céleri
Cannelle
Noix muscade

2 cuillères à soupe de carotte
1 cuillère à soupe de céleri rave                        Le tout cru et finement râpé
2 cuillères à soupe de fenouil
1 tomate coupée en petits cubes

2 cuillères à soupes de persil haché
3 échalotes finement hachées
6 cl d’huile d’olive
20 cl de vin blanc ou de vermouth
4 cl de cognac
50 g de beurre

Salades de décoration (laitue, mâche, cresson, roquette)
Barbes de fenouil

Les coquilles :
Ouvrir les coquilles en coupant les noix au ras du couvercle (partie plate) puis la partie creuse.
Séparer les noix des manteaux, rincer les rapidement dans une passoire, égoutter.
Reprenez les manteaux, jeter les parties noires et l’estomac plein de sable.
Rincer le restant du manteau  dans une passoire, puis les mixer finement.
Réserver provisoirement dans un bol.

La préparation :

Dans une sauteuse verser l’huile d’olive.
A feu doux faire dorer les carottes râpées jusqu’à changement de couleur.
Ajouter le fenouil et le céleri râpé.
Après 5 minutes incorporer les échalotes. Lorsque les échalotes changent de couleur, incorporer les cubes de tomates, ajouter une cuillère à café rase de sel, une demie de poivre blanc moulu, une cuillère d’ail en poudre (surtout pas d’ail semoule). A défaut d’ail en poudre utiliser deux gousses d’ail, finement hachées puis écrasées.
Rajouter une pointe de couteau de sel de céleri, le fenouil en poudre, la cannelle et la, noix muscade.
Ne pas laisser cette garniture accrocher au fond de la sauteuse.
Si besoin est, rajouter de l’huile d’olive.

Les  ingrédients :

Pour ne pas brûler les saveurs, il est obligatoire de préparer à l’avance tous les ingrédients et les épices, et de les ranger dans l’ordre de la préparation pour ne pas avoir à chercher au dernier moment.
Sortir la préparation, et réserver là dans un bol.

La cuisson :

A feu vif, remettre dans la sauteuse une cuillère à soupe d’huile décantée de la préparation que vous aviez réservée dans le bol.
En deux fois (6 noix au maximum) dans la sauteuse faire caraméliser légèrement les deux faces des noix sur seulement 2 millimètres d’épaisseur.
Le milieu de la noix doit rester cru et les deux faces dorées.
Dans un plat mi-creux (2 cm de profondeur minimum) que vous avez tapissé de feuilles de laitue soit de mâche ou de cresson, dresser les noix.
Recouvrir aussitôt d’un film plastique.
Faire revenir l’autre moitié des coquilles, les dresser à la suite des premières, puis les recouvrir aussitôt du film alimentaire pour que les noix ne sèchent pas.

Le nappage :

Mettre dans la sauteuse la préparation réservée dans le bol. Lorsque la préparation commence à accrocher, verser le vin blanc ou le vermouth (Noily  Prat).
Avec une cuillère en bois plate décoller le fond de la sauteuse, laisser réduire à feu doux.
Rajouter le restant de persil cru.
Lorsqu’il ne reste plus que quelques cuillères à soupe liquides, verser le restant des manteaux des coquilles que vous aviez mixés.
Après 2 minutes goutter la sauce.
Corriger l’assaisonnement (sel, poivre, ail en poudre)
Arroser d’une cuillère à soupe d’huile d’olive.
Remuer la préparation en raclant bien le fond de la sauteuse avec la cuillère en bois.
Verser le cognac et flamber.
Eteindre le feu.
Rajoutez le beurre cru.
Dès que le beurre est fondu, verser le tout sur les noix.
Décorer le dessus du plat avec quelques barbes vertes de fenouil et remettre rapidement le film alimentaire.
Au bout de 3 à 5 minutes les noix doivent être servies

Variante :

Si après le repas il vous reste un peu de cette préparation, utiliser là pour y faire ouvrir quelques moules  ou quelques pétoncles sous un couvercle.
Dès que les moules commencent à s’ouvrir sortez les du feu et déguster aussitôt.
Vous pouvez utiliser la même recette une autre fois pour des moules, des crevettes, des gambas ou tous fruits de mer selon le même processus que les coquilles Saint Jacques.

 

E Choux farci royal en mille feuilles

Dans une grande marmite faire un bouillon avec trois litres d’eau, 2 carottes, 3 oignons, 3 gousses d’ail, le vert d’un poireau, les 2 première feuilles du tubercule d’un fenouil (garder à part les barbes vertes pour la décoration de la purée), le tout coupé en rondelles. Y adjoindre du persil, du céleri branche, 1 cuillère à soupe de gros sel, du thym, 2 feuilles de laurier, 6 baies de genièvre, 3 clous de girofle, 1 pointe de couteau de muscade, 1 cuillère à café de poivre, 1 cuillère à soupe de marjolaine, rajouter 1 cube ou une cuillère à soupe d’extrait de canard ou 1 carcasse de cette volaille.
Après 10 minutes d’ébullition faire blanchir un chou frisé d’où vous avez évidé largement le trognon. Retirer le chou après 15 minutes et laisser le refroidir.
Dans le liquide restant faire ébouillanter 3 tomates. Les peller, épépiner et hacher la chair jusqu’à obtenir une julienne de 5 millimètres. Blanchir 3 gousses d’ail et 2 oignons, et les hacher avec 8 grosses feuilles de basilic. Saupoudrer de muscade. Incorporer une valeur égale à ce mélange de poitrine de porc provençale ou à défaut de poitrine fumée. Réserver le tout dans un premier bol.
Blanchir un blanc de poireau et un cœur de fenouil. Hacher et saupoudrer de cannelle. Mélanger avec  une même valeur de filet de porc haché. Réserver dans un 2ème bol.
Blanchir 2 tranches de 1 cm d’un céleri rave. Hacher avec du persil. Râper un clou de girofle. Mélanger avec du plat de cote haché de bœuf entrelardé, déjà cuit en pot au feu, ou alors dans le bouillon. Réserver dans un 3ème bol.
Ebouillanter 4 cuillères à soupe de carottes râpées et la valeur de 2 échalotes émincées. Hacher ainsi que 2 cuillères à soupe de feuilles de marjolaine fraiche avec 6 baies de coriandre concassées. Mélanger avec la même quantité d’épaule d’agneau cru et hachée. Réserver dans un 4ème bol.
Hacher 4 cuillères à soupe de courgettes ainsi que la même valeur de champignons avec 3 baies de genièvre râpées. Mélanger avec la même quantité de chair de canard crue grossièrement hachée ainsi qu’une cuillère à soupe de peau de canard très finement hachée. Réserver dans un 5ème bol.
Faire blanchir la chair d’un potimarron. Hacher avec ¼ en valeur de feuilles de cèleri branche. Epicer largement de poivre de moulin. Mélanger avec du foie de volaille cru haché. Réserver dans un 6ème bol.
Faire dorer légèrement avec du beurre et de l’huile d’olive dans une sauteuse la chair de deux pommes coupées en quartier d’1 cm puis y verser une quantité égale de marrons stérilisés.Après 5min retirer du feu et saupoudrer de farine de noix (mixeur). Trancher la valeur d’une grosse mandarine, de foie gras cru. On peut y râper pour les gourmands une petite truffe. Réserver dans le 7ème bol.
Ajuster l’assaisonnement des 7 préparations.
Faire cuir dans le bouillon tous les légumes restants, pour confectionner, le choux farci étant fini, une purée avec également le reliquat des différentes préparations. Décorer de 4 grosses feuilles de basilic et des barbes vertes du fenouil.
Les légumes de la purée sortis rallonger le bouillon de vin doux d’Anjou dans une proportion de ¼ du boillon restant. Rehausser le goût par 1 cuillère à soupe d’ail en poudre et d’une d’extrait de canard.
Pour confectionner le chou farci. Défaire les feuilles. Garder les feuilles vertes pour les 1ères préparations et le cœur pour les dernières. Pour reconstituer le chou prendre un grand saladier et le tapisser de feuilles vertes les bases vers le haut du saladier. Les recouvrir de la première préparation. Puis choisissez 2 feuilles plus tendres pour la 2ème préparation jusqu’à finir ainsi avec le cœur du chou pour la dernière. Refermer bien le chou en partant de la dernière couche. Couper l’excédant des feuilles ou rajouter une feuille en couvercle si nécessaire pour que chaque couche soit étanche. Enrober le chou reconstitué d’une crépine de porc. Le placer dans une cocotte suffisamment profonde mais la plus petite possible en fonction de la grosseur du chou. Recourir du bouillon qui a été rallongé de vin blanc et cuire au four 30 min.
Servir chaud nature ou tranché froid avec une sauce girolle.
Vous pouvez utiliser le restant des  différentes préparations en remplacement de la purée en alternant dans une terrine feuilles de chou, préparation, pâtes à lasagne ou à raviolis chinois. Alterner les différentes  couches, recouvrir de sauce tomate,  d’un peu de bouillon, puis de chapelure. Cuire 20 min au four, saupoudrer de fromage râpé et laisser cuire encore 10 min.
On peu également dans le même esprit remplacer les viandes par des couches de saveurs différentes de poissons, allant du thon frais, de dorade, de lotte, de saumon, de raie, de crabe et d’un médaillon de langouste au centre. Il faut donc alors remplacer dans le bouillon l’extrait de canard par l’extrait de crustacé et pour les lasagnes remplacer la sauce tomate par de la bisque de homard.
Froid le chou farci de poisson pourrait s’accompagner d’une sauce hollandaise très légèrement safranée ou aromatisée par 1 cuillère à soupe de barbes de fenouil finement hachées en fin de cuisson.
Si vous désirez augmenter la beauté visuelle du chou farci, une fois tranché, ne mélanger pas lors du montage, le légume et la viande associée, de chaque couche. Sur chaque feuille de chou enduisez le légume approprié puis saupoudrez largement de la viande correspondante. Les différentes couches seront plus visibles.          

 

F.  Verrine bouquets de saveurs

 

numérisation0004.jpg

        Isocèles de kiwi
Tranche de kiwi (6 mm)
  


1 Crème chiboust

A Crème pâtissière (4 personnes)

6 jaunes d’œufs
1 gousse vanille
2 noix de beurre
40 gr de farine
80 gr de sucre en poudre
10 cl de lait

Faire bouillir le lait et la vanille à feu doux.
Dans un saladier blanchir les jaunes d’œufs et le sucre avec une cuillère en bois plate jusqu’à ce que le mélange mousse. Rajouter progressivement la farine.
Incorporer lentement  le lait bouilli en remuant avec la cuillère en bois.
Verser la crème dans une casserole sur un feu doux sans cesser de remuer en raclant le fond de la casserole jusqu’à ce qu’elle épaississe. Ne pas faire bouillir.
Retirer du feu, ajouter le beurre et couvrir.

B Crème chiboust (pour ½ litre)

30 cl de crème pâtissière
4 blancs d’œufs
75 g de sucre semoule cassonade
1 cuillère à café de sucre
La crème pâtissière doit rester en attente couverte et au chaud.
Battre dans une petite casserole à feu doux le sucre cassonade et 2 cuillères à soupe d’eau jusqu’à ébullition.
Monter les blancs d’œufs en neige bien fermes. Rajouter la cuillère à café de sucre. Verser rapidement le sirop bouillant au centre des blancs sans cesser de tourner.
Réchauffer doucement la crème pâtissière en tournant avec la cuillère en bois. Dès qu’elle frémit incorporer les blancs d’œufs. Mélanger pendant 1 min et verser dans un saladier.

C Dressage

Tapisser la paroi des verrines de fraises coupées en deux. Plaquer la face coupée sur la paroi. Remplir le centre de fraises coupées en 4.
Recouvrir de crème chiboust jusqu’à, selon les goûts, entre 1/3 à la moitié des verrines.
Couvrir les verrines d’un sous-bock et réserver au frigo.

2 Crème chantilly

20 g de sucre semoule
1 moitié de fève de TONKA râpée
30 cl de crème fraiche
1 cuillère à café de fleur d’oranger
Mettre au congélateur les ustensiles pendant 1 h (saladier, fouet, ou pales du robot).
Verser la crème dans le saladier bien froid.
Battre pendant 1 mn à vitesse intermédiaire puis à grande vitesse pendant 6 mn. Incorporer la fève de tonka râpée puis le sucre. Dès que la crème est prise et qu’elle devient mousseuse arrêter et verser la fleure d’oranger.
Incorporer les isocèles de kiwi de 6 millimètres d’épaisseur. Filmer et garder au frais. 

3 Crème d’amandes du NIRVANA

100 g de poudre d’amandes ou de poudre de noisettes (pour un goût plus boisé).
10 cl de lait
20 cl de crème fleurette
50 cl d’eau chaude
80 cl de sucre cassonade
½ cuillère à café de pistils de safran
½ cuillère à café de poudre de cardamone

Faire tremper les amandes ou les noisettes dans un peu d’eau chaude.
Portez à ébullition le mélange lait, crème, sucre et amandes. Dès que cela commence à monter baissez le feu à très doux. Remuez avec une cuillère en bois plate pour décoller le fond en tournant de temps en temps pendant 30 mn.
Faire tremper le safran dans une cuillère de lait. Versez dans la casserole ajoutez la cardamone. Remuez en raclant le fond de la casserole pendant 15 mn.
Versez dans un saladier. Saupoudrez très légèrement de cannelle. Grattez légèrement le zeste d’un demi-citron et le zeste d’une demi-orange.
Incorporez la pulpe de 2 fruits de la passion.
Filmez et réservez au réfrigérateur.

4 Dressage

Découpez dans un rhodoïd ou un carton ou un sous-bock un cercle du diamètre d’intérieur des verrines. Le découper sous la forme d’un Ying et yang. Cherchez approximativement le centre de gravité d’une moitié. Plantez un trombone redressé sous la forme d’un L. Vous obtenez ainsi un cache d’une moitié de verrine.
Ciselez très finement des feuilles de menthe et d’autre part des feuilles de verveine-citron.
Reprenez vos verrines refroidies au frigo avec la première couche.
Versez la crème chantilly pour la deuxième couche.
Lorsque la crème d’amande du nirvana est bien refroidie versez la dernière couche.
Avec le cache que vous avez confectionné saupoudrez légèrement le dessus de la verrine d’un côté de feuilles de menthe ciselées et de l’autre côté de feuilles de verveine-citron.
Décorez la séparation des deux sortes de feuilles par des framboises puis en décroissant de baies de cassis.
Remettre au minimum 1 h au frigo.

Vous pouvez pour les gourmands rajouter entre la couche de chantilly et celle de crème du nirvana une couche supplémentaire de glace ou de sorbet de votre choix ou vous pourriez incorporer des pépites de bananes, de poires, ou de raisins secs.
 

 

XXXX Français de souche

Français de souche, nous sommes contraints d’évoluer sous le joug des élites qui détiennent le pouvoir, mais nous savons ce que nous sommes, conscients de l’alternative que nous pourrions incarner pour notre pays.
La Raie-Publique nous extermine comme les Américains ont décimé les Indiens, les seuls Américains de souche, mais Marie notre sainte Mère la protectrice de notre nation nous protège et nous enverra bien un jour une nouvelle Jeanne d’Arc pour nous libérer des Anglo-Saxons et autres, de notre nomenklatura.
Le 14 Juillet fête de la honte, celle des parricides, des assassins et dépeceurs au couteau d’invalides de guerres, fait défiler des soldats en commémoration du martyr des anciens héros qui avaient perdu un membre, au service de la France puis leurs têtes découpées, par les couteaux républicains et exposées au sommet des piques révolutionnaires.
Heureusement que dans le cœur des Français de souche la fête de la nation reste le 15 Aout, fête de notre protectrice, la Vierge Marie, notre Sainte Mère et laisse l’infamie du 14 Juillet aux ennemis de la France, à ceux qui ont trahis en votant Oui au traité de Maastricht, favorisant ainsi les délocalisations de nos emplois par la suppression de nos frontières.  

                                                                         MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS
                                                                                    TOUJOURS ET QUAND MEME

 

                              XXXXI Tradition et ancêtres

 

La tradition étant la transmission des coutumes des doctrines des usages établis et reconnus d’une nation, le long des siècles, elle devient l’écrin psychologique d’un peuple, la coquille de la noix, l’abri, la promesse d’une continuité de vie, le mythe du scarabée égyptien.
Quoi de plus sécurisant que d’évoluer dans la vallée de notre passé vers un renouveau, le tout dans une élévation d’une certitude millénaire du Divin. La vie devient toute simple toute naturelle, toute Amour.

Dans un sol enneigé il est sécurisant de marcher dans les traces de prédécesseurs et libéré de toute inquiétude, qu’elle liberté de gouter au paysage de la vie.
Stress et inquiétude du devenir d’un monde moderne incertain conduisent eux à la drogue et aux suicides, à la baisse de la natalité, à la mort progressive des peuples par manque de vitalité mais surtout par disparition du terrain fertile et sécurisant de la tradition. Les contextes des guerres n’ont jamais été profitables aux peuples, même vainqueur qui vont se faire assimiler sociologiquement ou économiquement par les vaincus.

Seul l’ordre, l’Ordre Divin, le graal mythique, l’assurance pour chaque homme d’une renaissance auprès du Divin affirme par la tranquillité de la foi une vie en toute quiétude où l’imitation de nos ancêtres, élevée de notre effort personnel nous assure la continuité d’un bonheur terrestre, de la vie, de l’Amour. Une plénitude, toute d’une certitude du mystère Divin, comme partie supérieur humaine.

L’homme à la supériorité sur les animaux de pouvoir croire en Dieu. Qu’il est triste que le monde moderne décapite l’homme en bête athée, craintive ou féroce.   
La position royale représente le mystère Divin par une affirmation sacrée mais concrète, humaine, la voie d’une élévation, un phare pour un effort personnel dans l’humilité, dans un Ordre naturel, représentation théâtrale magique de la vie.
Même les simples jardiniers n’oublient pas de tremper les racines des nouveaux rosiers dans un bain de boue avant de les planter, enduisant ainsi par le « pralinage » la future vie d’une enveloppe sécurisante, l’équivalant de la tradition chez les humains. Nous avons aussi l’avantage dans la nature d’avoir des repères tout au long de notre vie, les exemples de nos ancêtres dont l’histoire n’est pas seulement éducation mais également rêves et idéaux car la mémoire du temps favorise, glorifie, l’exceptionnel, les héros. Il est plus facile à un arbre de s’élever droit, à la recherche de la lumière s’il est entouré de vieux chênes.
L’homme doit se construire, s’élever, dans un contexte d’exemple, d’éducation allant de la vie de nos ancêtres à nos rêves d’un futur des plus glorieux. Honorer nos ancêtres c’est bâtir notre propre voie, notre devenir. Pour toute base solide, il faut des fondations, nos ancêtres, mais aussi un terrain favorable, l’éducation dans la tradition et encore une lumière, un idéal l’Amour Divin, le tout étant l’accomplissement de l’homme.
                                                                                           MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS 
Protéger nos traditions, honorer nos ancêtres par la vénération de nos rois, c’est prolonger nos vies dans le naturel terrestre, dans le surnaturel céleste et surtout dans l’Amour Divin.
                                                                                                   TOUJOURS ET QUAND MEME

 

 

 

XXXXII PAR CE SIGNE TU VAINCRAS

CROIX.bmp

 

Les « forces de l’ordre » républicaines ont un avenir bien difficile. Les Français souhaitant des réformes mais ne voulant jamais faire les efforts nécessaires, l’état pour se maintenir au pouvoir doit réduire aussi son armée et ses forces de maintien de l’ordre alors que la société républicaine va droit à l’émeute.
Si elle maintient ses fonctionnaires, à terme la république ne pourra plus les payer et devant la faillite de l’état, le désordre des banlieues explosera. Par contre si elle réduit le nombre de fonctionnaire, elle sera vite débordée. Peut importe les hommes politiques n’ayant qu’une vision à court terme de leur mandat électif, l’avenir au delà de dix années n’est plus de leur intérêt.
Pourtant l’école, d’éducation moderne, l’athéisme, la politique immigratoire font un  font un cocktail détonnant, insurrectionnel qui couve déjà dans les banlieues, notamment toutes les nuits de la Saint-Sylvestre mais qui va s’intensifier avec les difficultés financières de l’état et économique de la société.
Le fait d’inculquer chez les enfants dès leur plus jeune âge le mirage de l’égalité au lieu de les motiver par une saine émulation va indure chez les laissés-pour-contre une aigreur, un sentiment d’injustice, une révolte contre l’état et même contre la famille.
Elevant nos enfants en dehors des traditions et de la vénération de leurs ancêtres, fait en plus, que nos enfants aigris deviennent perdus, sans repère, sans savoir d’où ils viennent, quel sera leur avenir et que le bien et le mal sont des notions pour eux dépassées. L’implication « il faut », n’ayant plus connu de guerres ni de services militaires, est à leur yeux superflue, ridicule. La banalisation de la drogue augmentant le problème ainsi que la majorité à dix huit ans font des enfants désemparés au moment de l’adolescence, période critique où ils auraient besoin d’être encadrés mais où l’avenir très proche d’une majorité légale, n’en fait que des contestataires sûr de leurs droits de futur adulte. La vie moderne, l’exode rural, fait que de plus en plus nos enfants ne reconnaissent plus ni ancêtres ni coutumes, même plus leurs parents  éloignés. Le clan ne fonctionne plus. Les enfants n’ont plus de références, ne savent plus se qu’ils sont, ne savent plus à quoi se raccrocher.
Seule la religion dans certain pays, dont l’histoire à été aussi troublée que la notre, à su maintenir par la ferveur une unité, un chemin, un idéal. Malheureusement en France la loi de 1905à détruit tout d’abord la Nation puis les paroisses, puis les familles et maintenant nos enfants. Seul un retour à une éducation découlant de la religion pourrait éviter l’explosion future des masses.
Mais nos hommes politiques de gauche ont besoin des masses immigrantes et ceux de droite n’existent que par la peur du désordre des masses de gauche. Chacun à besoin de l’autre et nul ne veut sortir de ce système fondamental de l’alternance républicaine. Gare à l’explosion des masses et gare au sauveur de l’état en faillite, le tyran.
Sans religion l’homme est rabaissé au rang d’animal avec en lui toutes les horreurs les plus inconcevables, prêtes à surgir. Nos hommes politiques sont là responsables et coupables ainsi que tout le pays dont la mémoire est bien courte surtout lorsque l’histoire officielle est modifiée, bien pensante,  par l’état. 
Qui veut se rappeler que le Maréchal Pétain  a été mis au pouvoir par la gauche et plébiscité comme sauveur par tout le pays. Qui veut se rappeler que De Gaulle a été mis au pouvoir et a gouverné avec la gauche, celle-là même qui a aidé et financé le FLN alors que nous étions en guerre. Combien de mort en Algérie pour rien. Qui a voté pour l’Europe et la destruction de nos emplois. Qui a voté pour notre président actuel…        
Mais qui veut faire l’effort nécessaire pour redresser la France. Personne. Mieux vaut attendre un sauveur, un dictateur qui fera lui l’effort à notre place. Quel triste pays ne sachant que manifester, faire grève et ne jouir que de l’immédiat, en perpétuel adolescent. Quand seront nous capables d’analyser, de nous impliquer, de devenir adultes et faire notre devoir.
Le mythe de l’égalité à détruit non seulement la Nation Française, mais tous les Français.
Dans la forêt chaque arbre lutte pour atteindre la lumière, puis meurt en laissant une place libre pour les générations futures, place fertilisée de l’arbre de mort dans une continuité naturelle.
                                 
                                                                               MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS

                          La démocratie, elle, restera toujours, la louve romaine des tyrans.
  

 

XXXXIII Etre et faire savoir

Le premier combat est de faire savoir.
La France est la terre coutumière des Francs.
Le mot « France » a été inventé par la prophétie de Saint Remi. Le premier usage de ce nom est indissoluble de « la vérité du Royaume de l’Eglise du Christ ». Voici le texte exact.
« Apprenez, mon Fils, que le ‘’ROYAUME DE France’’ est prédestiné par Dieu à la défense de l’Eglise Romaine qui est la seule véritable Eglise du Christ.
Ce Royaume sera un jour grand entre tous les royaumes.
Et il embrassera toutes les limites de l’Empire Romain !
Il durera jusqu’à la fin des temps !
Il sera victorieux et prospère tant qu’il sera fidèle à la Foi Romaine. Mais il sera justement châtié toutes les fois qu’il sera infidèle à sa VOCATION ». (Flodard : Hist.Eccl.)
Clovis devenant alors le bras de Marie contre l’hérésie construit le « royaume de France » par les armes. Il a vaincu les derniers Romains, puis les Alamans, les Ariens, les Wisigoths. Son baptême et celui de ses guerriers le 25 Décembre 496 après la victoire de Tolbiac fut le départ de sa protection du Catholicisme jusqu’à sa mort après le concile qu’il avait réuni à Orléans.
Ses actions militaires succédant à celles de Clodion puis de Mérovée sur les Huns libéra le royaume de France et ses guerriers, les Francs, « Hommes Libres » prirent comme coutumes les lois des Francs Saliens, la loi sadique (508) réglant aussi les successions du royaume de France.
Etre Français, est être un homme libre par toutes les successives victoires de nos rois qui bâtirent le royaume de France dans le respect de la prophétie de Saint Remi, dans l’épanouissement du Catholicisme, selon les lois coutumières des Francs Saliens, sous la protection de l’Archange Saint Michel et de notre très Sainte Mère Marie.
Malheureusement actuellement le Christ Roi et le Royaume de Marie sont contestés. Mais les héritiers des guerriers Francs sont aujourd’hui  « justement châtiés toutes les fois qu’il (le Royaume de France) sera infidèle à sa vocation ».
De plus « la France » n’étant conçue que selon une Nation « Royaume de France » disparait dans un état républicain athée, précipité dans une agonie d’une continuité de guerres civiles ou de tyrans sanguinaires par la loi de 1905 où la louve républicaine n’allaitera toujours que deux vampires apatrides nommés : Démocratie et Voyoucratie.

       MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS     


Savoir

La DEMOCRATIE, le fantasme de la nomenklatura pour le peuple et le cheval de Troie de la voyoucratie, l’institutionnalisation de la corruption.
La seule finalité à terme de la démocratie et de sa corruption, est de faire le lit de la guerre ou du totalitarisme.
La TOLERANCE est la justification du lâche.
L’EDUCATION, le sang de la vie sociale se doit sans tolérance, mais Amour Chrétien où le pardon est le fruit du repentir.
LES VOYOUCRATES DE LA RAIE-PUBLIQUE AU TRIBUNAL DE DIEU, pour une Sainte Epuration et
Un juste retour au Gouvernement Divin.

LA MONARCHIE est le gouvernement d’un seul, devenu héréditaire. Bien souvent totalitaire elle est l’instrument pour la gloire et la puissance d’un seul homme.
LA ROYAUTE, elle est la Nation d’un Souverain (le Prince légitime le plus élevé d’une cour), la hiérarchie naturelle et Divine du peuple à Dieu, régie par les serments du Sacre, les coutumes, la justice et son Eglise.

Rendons un Drapeau sans tâche a l’état Français,
La bannière immaculée de la Nation Française.

QUE NOTRE SAINTE MERE LA VIERGE MARIE,
Guide la NATION vers un choix judicieux.

                                                                 MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS    

 

  1. Réalisation de l’écologie par l’action (REA)

 

L’écologie ne doit pas être un tremplin pour politiciens, un mensonge supplémentaire pour se faire élire, pour se créer une carrière à vie, avec une auréole et un dictat de « bien pensant », mais plutôt une manifestation d’un devoir librement consenti vis-à-vis de la nature, de la société, de nos enfants et des générations futures.
Un devoir sous tendu par un naturel Amour induisant bonheur général et personnel
            Pas d’amour, pas d’écologie, pas de bonheur.
Notre Amour du prochain doit irradier vers un Amour plus large, il doit englober  aussi l’environnement de son prochain, une vision paradisiaque naturelle, avec des arbres, des fruits et de l’eau pour tous.
Si la création Divine selon la Genèse a été réalisée en sept jours, l’homme est indissociable du reste de l’œuvre Divine. Les non croyants Darwiniens constateront eux aussi que l’évolution a toujours été vers une amélioration, une évolution lente vers l’excellence, d’autant plus spectaculaire qu’elle était naturelle, dans un environnement sans nuisance.
Des arbres, des fruits, des fleurs, des animaux et de l’eau avec des poissons pour tous.
La nature est régie par la circulation atmosphérique, mystère là encore aussi incommensurable pour nos savants, que le Divin. Mais si nous ne maitrisons pas encore les interactions des jet-streams non plus que l’évolution des courants marins, pas plus que l’impact des éruptions solaires ou terrestres, où la simple attraction lunaire, nous sommes par contre à même de constater la désertification croissante au niveau planétaire, due aux déboisements.
Les méfaits du déboisement sont multiples. Perte d’une matière première naturelle non renouvelée, le bois, perte d’une source alimentaire, végétale, et fruitière, perte d’une faune sauvage, perte d’une future évolution de nos médicaments, perte d’une valeur des sols devenus sans humus, stériles par l’érosion, perte de la création d’eau directe par l’évaporation de la forêt  et indirecte par la modification de la circulation atmosphérique.
Les déserts sont ils les moteurs de la circulation atmosphérique actuelle ?
Toujours est-il que l’air saturé d’eau au-dessus des forêts en s’élevant par la chaleur se refroidit en altitude et ne peut plus contenir autant de particules d’eau et nous cède donc cet excédent sous forme de pluie.
Pas d’élévation, pas de pluie, pas de vie.
Aussi constatons que le réchauffement climatique non seulement assèche les sols, mais permet à un air plus chaud également de pouvoir retenir une masse d’eau au niveau mondial qui ne nous est pas rendue sous forme de pluie, car le pouvoir d’emmagasiner de l’eau par l’air est proportionnel à la température. Il faut absolument diminuer cette chaleur terrestre, recréer une circulation atmosphérique plus humide, plus froide car si non la fonte des glaces aux pôles modifiant l’axe de rotation de la terre, le phénomène de réchauffement va s’amplifier, d’autant que les glaciers ont un pouvoir réfléchissant conséquent. 
N’oublions pas que tous nos déserts actuels ont été soit des océans soit de riches étendues humides. Il faut absolument reboiser car les arbres sont générateurs d’oxygène et absorbent le gaz carbonique, mais surtout « Arbre de Vie » par l’évaporation de l’eau de leurs feuilles vers une circulation atmosphérique vitale pour la pluie et pour la diminution de la chaleur planétaire car l’évaporation de l’eau induit un refroidissement. La surface de l’évaporation et du refroidissement est maximale par la quantité de feuilles d’un arbre, bien plus qu’une prairie d’une même surface de référence car l’arbre est développé en trois dimensions : longueur et largeur d’une projection au sol, mais également hauteur, donc non plus une surface mais volume d’évaporation et de refroidissement qui en plus n’interdit pas un couvert herbeux du sol.
Tout est lié car s’il y a refroidissement par évaporation, l’air plus frais nous rend l’eau par la brume et les nuages des forêts. Mais tout ce processus de réalisation des forêts n’est possible que si nous apportons de l’eau à nos futurs arbres en attendant la recréation naturelle d’une circulation atmosphérique pluvieuse.
Il faut donc de l’eau sur terre pour recréer cette pompe universelle, qui ira en deuxième temps se charger d’eau au dessus des océans et nous déverser cette masse vitale sur l’ensemble de la terre. Cette eau de recréation de nos forêts nous pouvons la créer, non pas par synthèse car sa production deviendrait trop chère financièrement et écologiquement, peut être par dessalement de l’eau de mer, technique insuffisamment utilisée mais qui a l’inconvénient majeur d’être au niveau de la mer et qu’il faudrait élever d’une manière écologique jusqu’au haut plateau de notre planète. Par contre la simple gravitation de l’eau de nos rivières et de nos glaciers est plus facilement contrôlable. N’oublions pas non plus que bien des régions terrestres sont au dessous du niveau de la mer et pourrait constituer de vastes réservoirs d’eau douce.
Il faut des cartes de l’eau existantes à tous les différents niveaux d’altitude, la capter par une succession de bassins générateur d’aquaculture et redistribuer l’eau avant qu’elle ne se perde dans les océans car l’évaporation totale de la mer ne sera que peut affectée par un manque temporaire d’approvisionnement par les rivières car la surface d’évaporation des océans en serait pratiquement constante.
La solution temporaire en attendant  la recréation d’une circulation atmosphérique plus favorable serait donc le piégeage de l’eau du sol par gravitation ou de l’air par éoliennes mixtes, pour une plus grande utilisation, une plus grande évaporation induisant par elle-même sa régénération naturelle, la pluie.
Le combat se situe par une volonté d’une énergie de reboisement et une distribution suffisante d’eau  temporairement jusqu’à maturation des arbres. Ce reboisement serait aussi la seule protection possible contre les futures tempêtes dues au réchauffement climatique par leur affaiblissement au contact d’une surface plus froide.
Si les arbres peuvent également être générateurs de fruits  pouvant compenser en valeur nutritive une agriculture au niveau du sol, les retenues d’eau peuvent elles être valorisantes pour une faune sauvage de gibiers mais également pour une pisciculture noble ou de fourrage apportant là aussi une opportunité d’un rendement nutritif supérieur au mètre carré de l’agriculture traditionnelle car là aussi la dimension verticale, la profondeur nous fait passer de la surface au volume.    
Tel le vieux dicton «charité bien ordonnée commence par soi-même », il nous faut planter des arbres autant que possible utiles pour un artisanat écologique ou un rendement fruitier, ou les deux.
Planter chez nous, pour donner l’exemple, chaque mètre carré disponible. Le chêne pour remplacer le fer dans les constructions, les châtaigniers pour les charpentes de nos toits, les merisiers, les noyers pour nos ébénistes, les poiriers, les tilleuls, les frênes, les ornes, les cèdres pour nos menuisiers, les buis, les houx et les oliviers pour le bois dur, les ormeaux, les sapins pour le bois de chauffage…
Encadrons chaque arbre planté, si possible, par des peupliers gourmands en eau mais dont la croissance très rapide permettrait à l’arbre de pousser très droit. De plus la maturité du peuplier en une quinzaine d’années permettrait par un rapport presque immédiat un soutien financier, une assurance anti tempête à nos actions tout en libérant un volume nécessaire par leur coupe à la croissance d’arbres plus volumineux comme le chêne ou le cèdre.
Il nous faut planter en bordure de routes, de champs, de terrains communaux, en pleine campagne et dans les garigues avec des essences d’arbre correspondant aux micros climats actuels et futurs.
Des peupliers dans les abords de marécages, des cactus dans les déserts. Combien de pentes rocailleuses, de pentes herbues sont inexploitées. Combien de terres dénudées par l’érosion de la déforestation nous attendent. Tant de terres pourraient revivre par l’eau et par une reforestation fruitière. Des arbres à pins, des manguiers, des avocatiers qui pourraient abriter des bananiers, des caféiers, des cacaotiers, des papayers et une multitude d’autres fruits exotiques ou agrumes plus petits. Les arbres fixant la terre une culture vivrière de légumes serait à nouveau possible entre les arbres.
Qu’il est triste de constater une famine de plus en plus mondiale alors que bien des peuples n’ont pas d’arbres fruitiers à leur disposition et pas d’humus sur leur terre pour une agriculture maraichère. Nous avons la possibilité et le devoir d’agir, pour nous, et pour ces peuples défavorisés si non, nous seront bientôt défavorisés à notre tour. Certains arbres sont directement comestibles (sagoutiers, palmiers…) mais la grande diversité provient des arbres fruitiers. Il est navrant que par paresse ou égoïsme la plantation de ceci ne soit pas généralisée soit pour l’homme soit pour les animaux qui s’en nourrissent également. Les haies (églantiers, pruneliers, aubépines, ronces…)  fournissent un abri et une alimentation pour une faune sauvage ou de gibiers appréciables et quelque fois indispensable pour la dissémination des graines.
Il faut donc non seulement reboiser facilement mais encore protéger nos arbres par tous les moyens et ne les exploiter qu’au terme d’une vie raisonnablement maximale en prévoyant surtout leur renouvellement. Nous devons donc développer les énergies de remplacement de la consommation du bois. Seule une production massive de réchauds solaires pour la cuisine et de fours à pains avec une courte autonomie d’utilisation et d’appareils de chauffage avec un plus long fonctionnement peut arrêter le déboisement d’origine ménagère dans les pays sous développés. Le cout doit en être abaissé, pour être accessible aux populations démunies, les plus utilisatrices de bois.
Les énergies doivent être éoliennes solaires ou biologiques dues à la fermentation de végétaux et d’algues ou de lisiers, d’animaux domestiques ou humains. Il faudrait éviter le développement d’agriculture à des fins de remplacement du pétrole, solution de facilité qui ne pourrait qu’aggraver la famine des pays pauvres, en privilégiant l’énergie sur la production alimentaire ou écologique des forêts, qui sera de plus en plus cruciale tant que l’on ne maitrisera pas l’explosion démographique mondiale.
Le problème du reboisement sera contrarié par la raréfaction de l’eau. La terre au niveau mondial est contaminée par les engrais, les pesticides, les médicaments et les rejets industriels. Catastrophe des sols des bananeraies en Guadeloupe ou la terre est actuellement interdite d’utilisation non seulement pour l’agriculture, mais également pour l’élevage ; catastrophe en Inde au Pendjab ou le sel remonte à la surface de sols devenus stériles ; catastrophe à Bornéo et au Brésil d’une déforestation sauvage ; catastrophe à Madagascar ou les sols sont lessivés, ravinés et instables…
Il faut créer des bassins d’eau pour une pisciculture qui non seulement fournira une masse nutritive mais également une eau de vidange naturellement enrichie d’éléments favorables pour les cultures, si évidement nous avons la sagesse de nourrir les poissons d’une manière écologique, par des poissons de fourrages.
Le développement d’une masse forestière  si possible à majorité fruitière ne peut se faire qu’avec le concours des insectes polinisateurs ou générateur d’humus. Il est donc impératif de supprimer à l’échelle mondiale pour nos arbres et l’eau, tout engrais chimique.    
Il faut également mener une guerre impitoyable à tous les rejets dans nos rivières. L’industrie devrait réfléchir à la création d’unités de traitements des eaux usées, des plus gigantesques, aux plus petites d’utilisations ménagères pour les familles des pays défavorisés avec peut être l’exploitation énergétique et agricole des excréments humains  et du bétail.
Il ya fort à faire quand l’on constate que déjà dans la proche ceinture de Paris certains camps de Roms,  faits de bois de récupération et de tôles disparates n’ont ni eau ni toilette pour plus de deux cents personnes avec une majorité d’enfants où grouille une population encore plus nombreuse de rats de toutes longueurs sur des communes d’élus écologiques. L’Europe ouvre ses frontières mais ne donne pas le droit ni de mendicité ni de travail à des ces gens démunis, tous proches, à moins de cinquante kilomètre de Paris Notre Dame.
Il serait également idéal que chaque village ait un réservoir d’eau de pluie ou de rivière pour ne pas puiser dans les nappes phréatiques, le capital eau du futur. Ce réservoir construit selon les normes anti sismiques devrait être suffisant pour une consommation annuelle ainsi que pour l’alimentation d’un ou plusieurs bassins de pisciculture. Les eaux usées du village et de la pisciculture devrait être traitées pour ne pas souiller, même en cas d’orage, les rivières et être utilisables pour une saine agriculture sans engrais chimique ou pesticide, pour ne pas contaminer les nappes phréatiques réservées en secours pour les années d’exceptionnelles  sécheresses.
Les productions intensives des exploitations agricoles étant source de pollutions, il faudrait revenir pour chaque unité paysanne à ce qu’aucun revenu de la ferme ne soit supérieur au 10% du chiffre d’affaire total. Cela limiterait les nuisances et assurerait aussi une diversité sécuritaire, financière et anti-catastrophe naturelle. Cela supprimerait aussi les honteux élevages industriels de porcs, de volailles où les productions, de lait ou de viande intensives au détriment d’une qualité biologique. Une agriculture non plus industrielle mais familiale, recréerait également des emplois. Une telle orientation permettrait également de pouvoir supprimer les aliments industriels dans les élevages avec tous leurs risques alimentaires pour les humains. 

2. Production de l’eau, écologie

Production Physique

-L’électrolyse : Elle ne semble pas actuellement écologique car son bilan énergétique en est très lourde.
-Le dessalage de l’eau de mer par une usine à énergie atomique parait plus rentable mais risqué. Il serait souhaitable de réaliser de petites unités de dessalage en bordure de mer alimentées par une énergie solaire ou éolienne.
-Les éoliennes : Elles peuvent produire de l’électricité et de l’eau par refroidissement du flux d’air ambiant, donc condensation. C’est une solution d’avenir, surtout dans les pays chauds où l’air est le plus chargé en vapeur d’eau. Si chaque éolienne peut actuellement produire cent litres d’eau par jour cela est suffisant pour la consommation ménagère et potagère d’une famille où pour le reboisement d’une parcelle. 
-La condensation : La condensation naturelle de l’air ambiant dans des lieux géographiques favorables, peut être réalisée par des capteurs mais ne représente que des solutions locales.

 

  1. Production chimique

Comment peut-on à partir de produits carbonés, oxydés et de produits hydrogénés, réaliser de l’eau.
-Tout d’abord il faut établir une liste  actuelle des deux familles de produits, et sélectionner ceux qui sont écologiquement disponibles
-Expérimenter les méthodes possibles :
Physique : vitesse, pression, chaleur, combustion, électrique, centrifugation ou centripettation.
Chimique : Chimie seule ou physico-chimie.
Animale : Déshydratation du sang, des urines, de la chair animale ou de poisson par de l’air déjà asséché par éolienne. Les excréments des animaux peuvent produire du biogaz pour les populations déshéritées. Pourra-t-on aussi à terme en obtenir de l’eau directement ou indirectement à partir du biogaz ou absorber le méthane CH4 par des bactéries des profondeurs sous marines. L’étude des fourmis et des termites est à développer.
Végétale : Production d’eau par déshydratation d’algues, de bromélies, de cactus, de lianes… Productions de nouvelles sources alimentaires, exploitation des algues envahissantes de la méditerranée
Mycologique : Utilisations de champignons naturels ou de cultures étant susceptibles de produire écologiquement de l’eau par synthèse de produits hydrogénés et de produits carbonés oxydés.

 

A quand la synthèse de l’eau

 

        A partir de :
      CO2                                               Gaz carbonique            (combustion)
+    CH4                                               Méthane                        (décomposition)
 ------------
tC2  O2H4                                                                                    2C  +  2(H2O)

 

        Par le végétal ou la biomasse ?

Cette réaction s’est-elle déjà réalisée à l’état naturel au cours des âges ?
Est-ce là une origine possible de la vie ?

 

3. L’écologie préventive

L’écologie c’est aussi la prévention du risque des catastrophes humaines, pollutions, nucléaires et naturelles de l’eau, de la mer, des rivières, des ruptures des barrages hydroélectriques, des digues, des glissements de terrains, mais surtout des tremblements de terre dans le Sud et le sud Est jusqu’à Cluny complètement détruite au Moyen-âge.
Les sommes considérables pour se prémunir sont souvent moindres que les indemnisations et les dépenses dues aux secours, la gestion des catastrophes, les frais de reconstructions, les décès, les douleurs et toutes les épreuves en moins.
Chaque départements devraient avoir des moyens de secours conséquents, toujours disponibles ou réquisitionnables, des volontaires entrainés à se déployer à proximité ou en renfort pour toute la nation, de jour comme de nuit, avec des moyens de transports, d’éclairages par groupes électrogènes, de pompes, de canots de sauvetages, d’ambulances…
Si l’écologie est l’amélioration de l’impact humain sur la nature, sachons protéger l’actuel, la propriété, le patrimoine de la nation en maitrisant tous les risques de catastrophes, petites ou grandes , de tremblements de terre d’effondrements de mines ou carrières, des sous-sol des villes, de la neige, de l’eau douce, de l’eau de mer, du feu, des dangers liés à l’industrie lourde ou simplement de la pluie, de la grêle, du vent et des tempêtes. Pour les tempêtes il faut implanter au large de nos côtes des bouées reliées aux satellites météo capables de mesurer une élévation du niveau de la mer, de la houle et de déclencher directement des alertes à la protection civile de chaque département.
Autre prévention d’urgence serait de supprimer le gaz source d’explosions mais également d’aggravation des dommages liées à d’autres catastrophes. Les fils à hautes tentions aériens sont eux dans une moindre mesure aussi, causes de danger. Les catastrophes aériennes sont quand à elles amplifiées par le carburant des aéronefs et les accidents de la route par le brouillard, la pluie, la neige, le verglas, la vitesse, l’alcool et les drogues.
Les drogues sont les dangers modernes liés à la destruction de la cellule familiale, des précarités morales ou physiques. C’est là l’écologie active la plus urgente car la drogue c’est celle qui fait le plus de ravages à l’intégrité humaine, peut être la moins visible, mais la plus vaste dont les effets perdurent dans le temps ; mélanges de corruptions, de criminalité, de laxisme électoral, d’asservissements des masses, de destructions volontaires des nations, plus sournoise que le terrorisme et surtout s’attaquant au futur de la société, nos enfants. Il faut être là inflexible car non seulement elle détruit par intoxication à long terme, mais les revenus générés financent tous les conflits mondiaux et la prolifération des armements dans des mains irresponsables et souvent manipulées. La drogue à détrôné la référence internationale du dollar et est devenue le moteur de l’économie de bien de pays, par sa seule  vente ou par le financement de  l’exportation d’armes des pays moralisateurs.
Nous avons des croisés anti-OGM, combat louable, responsable mais où sont les croisades anti drogues, l’engagement personnel des citoyens ? Il est glorifiant de débarrasser certains quartiers de la prostitution, phénomène seulement déplacé, il sera plus difficile sans volontés politiques de supprimer la drogue devenue phénomène de mode ou pire, arme révolutionnaire dans certaines instances du pouvoir républicain.
La drogue, énergie des conflits sanglants est aussi la guerre d’asservissement des masses à des fins de destruction ou à des fins électorales pour supprimer volonté et libre arbitre de la jeunesse. Les drogues deviennent les nouvelles prairies des moutons de Panurge. Cette volonté économique et politique de banalisation de la drogue doit être combattue avant la préoccupation de l’intégrité biologique des carottes ou autres légumes.      
Le bio doit être en premier pour nos enfants, représentant notre avenir, notre nation.

                                                                                                       A mort la gueuse

 

XXXXIX La Justice Divine

 

Philippe IV le Bel 1285-1314.
Il détruit l’armée de l’Eglise, l’Ordre des Templiers en 1314.
Clément V 1305-1314 fut le premier Pape exilé en Avignon. Après les trois fils de Philippe IV sans postérité, suivant la prophétie c’est la fin des Capétiens directs pour les Valois directs. La malédiction Divine c’est abattue sur la dynastie royale mais aussi la même année sur la lâcheté du Pape.
Louis XI 1461-1483.
Il fait assassiner Louis de Bourbon évêque de liège (branche cadette de la branche issue de Pierre de Bourbon, branche ainée des Bourbons, la branche légitime à la place d’Henri IV. Parjure au principe de justice du sacre Louis XI meurt également dans l’année mais n’a qu’un fils Charles VIII sans héritier. Son successeur Louis XII le seul Valois de la branche Orléans est aussi sans héritier. La troisième branche Valois devient les Valois Angoulême avec François Ier.
Mais son petit fils Charles IX favorisa les protestants et il n’eut pas d’héritier.
Son frère cadet Henri III fait assassiner le Duc de Guise chef de la ligue catholique et Henri III l’homosexuel n’a pas d’héritier. Il choisi d’écarter la branche ainé des Bourbons pour la branche cadette les Bourbons Vendôme, celle du roi de Navarre le futur Henri IV le protestant. Justice divine Henri III comme Henri IV seront poignardés mais l’édit de Nantes de 1598 installera la puissance commerciale des protestants en France et leur haine de la dynastie royale jusqu’à la révolution et même jusqu’à aujourd’hui.
Louis XVI donnant par bonté l’état civil aux Juifs et aux protestants est en cela lui aussi parjure au sacre (serment de lutter contre les ennemis de l’église). Il meurt tragiquement sans postérité ainsi que toute sa famille et ses deux frères Louis XVIII et Charles X n’ont qu’Henri V comte de Chambord come héritier posthume dont la naissance en 1820 est suspecte étant en dehors de la procédure coutumière.
La naissance en 1773 de Louis Philippe roi élu des Français, soldat révolutionnaire, a été avant celle du comte de Chambord entachée d’une possible substitution par l’affaire Chiappini.
Aujourd’hui la branche des Bourbons Vendôme d’Henri IV doit remonter au petit fils cadet de Louis XIV, Philippe V jusqu’au Bourbon duc d’Anjou à ce jour Louis XX né en 1974.
Qu’il soit fidele aux symbolismes du sacre des rois de France, celui de justice et  celui de lutter contre les ennemis de l’Eglise, et qu’il soit aussi fidèle au dogme de l’Eglise Catholique, celle de ses ancêtres pour ne pas tomber lui aussi sous la malédiction Divine.
Intégrisme signifie fidèle au dogme et modernisme n’est qu’un effet de mode, de mode dans la continuité révolutionnaire.
N’oublions pas que le dogme catholique est le Corps Mystique du Christ, la double échelle de la hiérarchie de l’église et des sacrements où Saint Bernard y a promu le sacre des Rois de France.
Puisse un jour l’œuvre de Monseigneur Lefèvre, prophétisée par la dernière phrase du testament de notre Reine Marie Antoinette, reconnue et sanctifiée.

                                                                                                                       DIEU LE VEUT     
  
   

 

 

XXXXXII  Etat apatride, déchéance de nationalité et insurrection programmée

 

Etat : Entité politique arrivée au pouvoir d’un territoire délimité par des frontières sur le sol duquel vivent une ou plusieurs Nations.
L’Etat Français : est aujourd’hui composé de plusieurs Nations disparates
Les Nations : Communautés humaines homogènes d’un même territoire, d’une même religion, d’une même origine, d’une même écriture, d’une même langue, d’une même tradition et d’une même vision de la mort et de l’avenir.
La Nation Française : elle est issue de l’alliance du Baptême de Clovis et de la prophétie de Saint Remi, entre les anciennes populations de la Gaule et les nouvelles tribus Franques-Saliennes. L’alliance de la tradition celtique et Gauloise où l’Ouest était la terre des Dieux le foyer du soleil après sa course de l’Est vers l’Ouest, avec le Christianisme, le nouveau alpha oméga, par le sel  symbole de l’alliance Divine que nul ne pourrait scinder, celle du baptême de la naissance de la nouvelle Nation liant les anciennes peuplades et les nouvelles Francs-saliennes mythiquement issues de la famille du Christ par les rois Pharamond, Clodion , Mérovée, Childéric  Ier  et des rois Troyens descendants de Priam et de la lignée sacrée de la Vierge Marie, les liants par une même écriture, le latin de Saint Rémi, et une seule religion catholique sur tout un même territoire.
Intégration : Aucune réelle intégration ne peut se faire sans unité d’écriture de langue et de religion.
Voici le drame actuel de la Belgique et de l’Etat républicain dit « Français ».
Le mensonge de l’égalité d’une idéologie doctrinaire sur une diversité effective de plus en plus réelle. Nos rois ont veillé tout au long de l’histoire de la construction de notre Nation, à cette unité en dédiant leur Royaume de France à la Vierge Marie. Par les péripéties de la politique ils ont du  marquer  l’entité Française par le vocable : Roi de France et de Navarre (France Catholique et Navarre protestante) passant  de royaumes à l’illégitimité d’une monarchie bicéphale non viable par l’assassinat de Louis de Bourbon Prince évêque de Liège et par le Sacre de la branche cadette celle d’Henri IV. Cette dualité est responsable de la révolution dite « Française » mais acte de guerre de l’alliance Anglaise et protestante où seuls les véritables Français vont en payer un sanglant tribut par la Terreur, mère sanglante de tous les futurs génocides, ainsi que par l’hégémonie bonapartiste.
L’état actuel du « politiquement correct dit Français », Etat sans frontière, Etat sans souveraineté est composé d’une multitude de Nations disparates : Française (la seule interdite de citer), protestante, juive, arabe, africaine, chinoise…
Nations bien différentes des Nations Polonaise, Italienne, Espagnole et Portugaise du début du siècle toutes  aujourd’hui biens intégrées mais qui ont enrichi la France par leurs diversités dans une homogénéité de culture et de religion.
Le danger pour l’avenir est que beaucoup de nouveaux Français de l’Etat républicain actuellement au pouvoir par les seuls mensonges entre leurs promesses et leurs actes, refusent l’intégration tout en revendiquant le droit à l’égalité. Cet état sera forcément  dépassé à la fois de l’intérieur mais également ayant détruit nos frontières débordé de l’extérieur.
Le marasme économique dû  aux délocalisations va enflammer les insurrections. Le désordre institutionnel d’un Etat « égalitaire » sans ordre national et religieux ne peu que nous conduire à une catastrophe dépassant largement nos anciennes frontières dont on nous a imposé par d’iniques référendums les abolitions contre la volonté des Français. Plus de frontière plus de service militaire, plus de souveraineté, l’Etat républicain même avec  sa bombe atomique ne pourra endiguer une insurrection sur notre territoire ayant des ramifications mondiales. Nous sommes désarmés devant une guerre à caractère de guérilla d’une religion extrémiste, extérieure foncièrement étatique par essence ou la récitation du par cœur rejette toute analyse intelligente et humaine mais, religion manipulée à des fins d’hégémonie économique visant à une suprématie d’un gouvernement mondial et commercent sans rivalité pour les marché de la Chine, de l’Inde et de l’Afrique.
Quel triste ironie lorsque  actuellement cet Etat dit « Français » mais n’ayant qu’une préoccupation, la disparition de la France par sa complicité à cet Etat mondial, veut retirer la « nationalité Française » à des délinquants qui malgré une carte d’identité de citoyen « Français » refusent toute intégration et son délibérément en guerre contre les institutions étatiques.
Il faut bien faire peur à la masse élective par une gauche insurrectionnelle pour obtenir une majorité pour une droite trotskiste mondialiste.
La déchéance de la nationalité Française n’incombe t’elle pas  en premier directement à cet Etat mondialiste, apatride ce disant Français car la Nationalité Française, actuellement confisquée, découlait de la cérémonie du Sacre des Rois de France, de la prophétie de Saint Remi, de l’alliance Divine entre la Nation et Dieu par le baptême de Clovis et de la consécration de la France par Louis XIII à notre Vierge Marie, Reine de France, Reine du ciel.

        MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS                                                                             TOUJOURS ET QUAND MEME              

 

XXXXXIII  Patrie et sifflets

 

Patrie, du latin Patria (race, pays) est la terre où nous sommes nés d’une lignée de famille issue d’un Patriarche (latin patriarcha) par son Père (latin : Pater)
La patrie est où l’on est BIEN (Ubi Bene, ibi Patria), où l’on se trouve PROTEGE, heureux. C’est l’ensemble des personnes d’une Nation qui sont ASSOCIEES de cœur et de volonté ; que leurs ASPIRATIONS communes à perdurer un état indépendant, soit satisfaite ou non.
La Pologne a disparu comme état pendant plus d’un siècle, mais elle n’a jamais cessée d’exister comme Patrie.
Ainsi la France de la Nation Française, reste la Patrie au cœur des Français traditionnels, catholique et royaliste, malgré un état disparate laïque de la gauche internationale. La fête nationale du 15 Aout fête de la Protectrice de la Nation Française n’est pas celle des crimes odieux du 14 Juillet où des invalides militaires furent dépecés au couteau en remerciement d’un repas offert par la garnison de la Bastille, crimes qui perdurent dans le fait de faire défiler des militaires ce jour où plusieurs vétérans ayant perdus une partie de leur corps au service de la France furent découpés comme de vulgaire animaux par une foule ivre du vin offert par Philippe égalité sur la place du palais royal.
Quelle mascarade de s’étonner que certains sifflent  la marseillaise symbole laïc d’un état révolutionnaire.  D’abord cet acte ne fait que de prolonger l’esprit de la révolution, seule éducation reçue de l «éducation nationale » marxiste, infernal bastion trotskiste.
De plus les fondements de la définition de patrie, là où l’on est bien, où l’on se sent protégé et où nous sommes associés dans une aspiration d’un même idéal national, sont des critères complètement étranger à certains.
Le terme de « patrie en danger » fut proclamé la première fois le 11 Juillet 1792 par l’assemblée législative sans que le Roi eût à sanctionner ce décret. Elle le resta, patrie en danger, jusqu’à aujourd’hui l’ère révolutionnaire de sa disparition programmée par la nomenklatura trotskiste politique de cet état. La patrie n’existe plus depuis la création de l’Europe.
 Quelle mascarade de s’indigner lorsque une jeunesse éduquée  révolutionnaire et apatride, se sentant en pleine crise économique issue du mondialisme, complètement abandonnée par l’état mais également terrifiée puis endoctrinée par une insurrection religieuse et maffieuse étrangère qui va s’intégrer progressivement dans une guerre civile dont la citoyenneté des participants est justement de ne pas se considérer comme des citoyens, être des étrangers à un état qui n’est pour eux qu’un agresseur totalitaire.
L’idéologie d’égalité est incompatible au principe d’intégration qui sous entend une prédominance d’une nation. Plus de roi, plus de nation, plus de patrie. L’état laïc supprimant toute élévation Divine à l’être a rabaissé l’homme en animal. Ni les lois ni la force ne reconstruiront la bête moderne sans fondation ni élévation, en créature à l’image de Dieu d’un Catholicisme, seule religion incarnant l’amour de Dieu vers les hommes et l’amour du prochain de chacun.
Seule une éducation naturelle, donc sélective, de la Nation Française où la religion ainsi qu’une instruction morale de l’effort et du devoir, peut construire un état stable de paix et d’amour. Tout état laïc, donc révolutionnaire, ne conduit au terme de son impasse qu’à la guerre, seule échappatoire au discrédit de sa faillite inéluctable.
Les Robespierre, les Napoléons, les Clémenceau maçonniques, les Jaurès et autres créatures infernales ne conduisent qu’à la mort car l’égalité est la conséquence de la non différence, la négation de l’architecture de l’atome, donc de la non vie, de la mort, de la mort intellectuelle puis physique des peuples.
L’idéologie de l’égalité niant également la sélection naturelle principe et transmission de vie est le plus grand génocide des Nations et des Peuples dont se servent tous les politiques à des fins de pouvoirs personnels, irresponsables et sanguinaires.
Nous ne serions égaux, vis-à-vis seulement de Dieu, qu’en nature de créature Divine, à la naissance, mais déjà fœtus différent, par la vie au sein de notre propre mère, même pour de vrais jumeaux. En suite la responsabilité de nos actes nous prédestine à chacun une place différenciée, espérons à droite de Dieu le Père. Par l’imitation de Jésus-Christ soyons véritablement Homme de droite, donnant un sens, une élévation, une finalité éternelle à notre vie.
Témoignons à la jeunesse qu’une base solide et cohérente est nécessaire à toutes élévations menant au seul bonheur de la certitude Divine. Bonheur d’une certitude Divine,  mais également d’un équilibre instable, d’une position sociable durement acquise avec nos capacités et nos efforts. Etat sans stress d’une position indue, sans aigreur d’une situation non réalisée, bonheur personnel dans l’élévation induisant exemple, devoir et charité. La réalisation de chaque être, le bonheur, est personnel en accord avec ses capacités son origine son environnement, et l’idéologie d’une égalité impossible, contre nature, n’est que sables mouvants, mortels ne conduisant qu’au stress, aigreur, sifflets, guerre civile et morts programmées.
Une égalité ne peut se concevoir qu’au travers d’une même religion où l’Homme fait à l’image de Dieu a une certitude religieuse qui l’amène à minimiser l’importance de sa condition sociale et où le primordial devient ses rapports avec Dieu et les autres, également porteurs d’une parcelle Divine.
Sans religion, sans éducation venant du père, la patrie où l’adolescent défavorisé est né, n’est plus qu’un état focalisant son aigreur. Les lois ne représentant plus le père, la coutume, le respect, ne deviennent qu’autorités arbitraires n’engendrant que contestations. Les lois du quartier, du milieu s’imposent naturelles car elles ont toutes un visage connu une présence que n’a plus l’état dans les banlieues. Cette jeunesse se sentant exclue ne peut entrevoir non pas égalité mais que discriminations présentes et surtout futures par un avenir d’éternel chômeur.
Sans l’homogénéité coutumière et religieuse d’une Nation, la Patrie, la naissance sur un sol ne représente plus un idéal, un bonheur d’être là et l’état contesté ne fait qu’attiser une guerre civile larvée.
La loi de 1905 par la séparation de l’église et de l’état, a supprimé toutes références, toutes possibilités d’intégration.
Les guerres et les génocides laïques n’ont plus de cadre, de frontière pour les contenir que de sanguinaires dictateurs, mis au pouvoir au nom de l’égalité et bientôt même les sifflets contestataires et les voitures brulées de la Saint Sylvestre de la liberté et de l’égalité « raie-publicaine » ne pourront plus exister car chaque dictateur détruit d’abord toutes formes de rebellions avant de perpétrer ses génocides au nom de la laïcité mais surtout de son pouvoir.
La France sera désarmée devant une insurrection ethnique de guérilla dont cette autre religion constitue un état intérieur soutenu par une coutume étrangère.
Seul le respect et l’amour d’une religion tolérante génère une réelle intégration.
Pas de religion, donc pas de nation, donc, pas de patrie, donc pas d’intégration, d’assimilation, voilà les sifflets et le reste… 
Une des nombreuses turpitudes de l’état dit Français est le « droit au sol ».
La naissance au-dessus du Territoire Français ouvre l’identité française aux nouveaux nés. Mais la Patrie c’est aussi là où on est bien, où on se sent protégé et où l’on aspire de tout cœur d’être sur ce sol comme le prolongement de soi. Cette notion de sécurité, de confiance, d’amour du sol choisi, est loin d’être toujours le cas surtout lorsque que ce nouveau né parviendra à l’adolescence à l’âge de la contestation.
Delà à conférer la « Nationalité Française », l’imposture explose. Le concept de Nation étant l’homogénéité de religion, de coutume, de langue et d’écriture en plus d’un même sol, le concept de Nation est bien au-delà de la patrie. Cette carambouille morale dénote bien l’escroquerie de nos élites politiques. Leurs guignols permanents à guichets ouverts les montrent dans leurs numéros d’étonnement ou d’indignation devant des situations explosives dont ils ne sont que les responsables. Alors croquemitaines ridicules espèrent-ils nous faire oublier leurs traitrises vis-à-vis de la nation Française.
Et bien non !
Une nouvelle épuration des collaborateurs du mondialiste viendra, et cette fois ci ce sera la bonne.
Dieu y pourvoira.

 

                                                                                  NON NOBIS DOMINE
                                                                                                 NON NOBIS SED NOMINI
                                                                                                             TUO DA GLORIAM  

     

XXXXXIV La France terre élue, terre Mariale

 

Dans l’antiquité Sumérienne, la France était pour les peuples, la terre des Dieux, le foyer où se couchait le soleil. La Bretagne, la Vendée, terres le plus à l’Ouest qui étaient les rivages où le soleil démêlait l’eau et le sel. (Sel de gué-rande). Le sel et l’eau devinrent plus tard le symbole de l’alliance avec Dieu (Baptême du christianisme)
Marie, notre Sainte Mère  choisit la France, terre élue pour envoyer y enterrer la dépouille sacrée de sa mère, escortée de ses plus sûrs amis ainsi que de sa fidèle servante Sarah. Ainsi étant donné la tradition Juive où l’antériorité familiale passait par les femmes la dépouille sacrée de la mère de Marie marqua le sol de France, à Apt d’une légitimité mariale.
Au XVème et XVIème siècle, plusieurs ouvrages  pour légitimer le sacré de la royauté Française retracent la continuité mystique de la race Mérovingienne avec la famille du Christ, par la cousine germaine de la Sainte Vierge, Sainte Anne.
Le « Marquis de la Franquerie » développe l’alliance de cette descendance avec les anciens rois Troyens. Guidés par l’étoile du Nord ces rois auraient migré jusqu’au pays du sel et leurs descendances seraient devenues  les Francs Saliens puis les Rois mythiques Clodion, Mérovée,  Pharamond les ancêtres de Clovis. Dans l’antiquité l’étoile symbolise la connaissance (coupez une pomme en deux perpendiculairement à la tige et vous obtiendrez au centre de la coupe, une étoile à cinq branches) La  vallée du Rhône  dans ces temps anciens était le passage secret de la méditerranée vers le Nord puis les traditionnelles routes de l’Ouest la  Bretagne et la Vendée (Sainte Anne d’Auray).
Le nom de Francs-Saliens (hommes libres du pays du sel) marque l’aridité d’avant le baptême et une alliance divine indestructible de leur origine mythique Mariale. Toujours est-il que le baptême chrétien de Clovis par l’eau et le sel sacrera pour l’éternité à la fois cette race divine, la Royauté Française, (sacré perpétué par le sacre des Rois de France), ainsi que la France, tant que celle-ci restera fidèle à sa vocation chrétienne, selon la Prophétie de Saint Remi.
Tous les Rois de France ont eu une grande vénération pour la Sainte Vierge,  notre Mère, même Henri IV, le protestant, qui s’est fait sacrer à Chartres. Louis XIII consacra la France à la Sainte Vierge après le miracle des stigmates de la passion d’Ane de Goulaine à Morlaix. La France et l’état Français furent liés pour l’avenir à la fête du 15 Aout.
Les miracles et les apparitions de la Vierge n’ont jamais cessé dans le royaume de France jusqu’à la révolution où le sang va dès lors couler. La terreur, Napoléon, Sedan, la première, la deuxième guerre mondiale, l’Indochine, l’Algérie…
L’alliance Mariale persiste encore à Lourdes, mais encore dans tous les cœurs de tous les vrais Français, les Francs-Saliens, les hommes libres du Pacte Divin toujours traditionnellement et légitimement Royalistes, catholiques.
Français n’oublie pas lors du baptême de tes enfants de les consacrer également à Notre Sainte Mère et à Saint Michel le Prince des Milices Célestes, notre protecteur, pour vivifier l’alliance Divine des enfants de Notre Sainte Mère la Vierge Marie.     

 

XXXXXV  Royauté, noblesse de cœur et devoir de témoignage

 

Etre royaliste, c’est être baigné d’une aura de bonté de tout notre corps et de l’amour de tout notre cœur, pour son prochain, dans une élévation vers notre Roi et notre Dieu.

Témoigner et transmettre sans cesse.
Conscient que la vie naturellement hiérarchisée doit être une élévation et une imitation de Jésus Christ notre foi nous implique de répandre dans la société la certitude que le bonheur des peuples ne peut être que dans le respect de la vie, de la tradition, de l’amour naturel et de l’amour de son Roi et du Divin.
La constance sociologique depuis le début de l’humanité de la royauté dans toutes les civilisations et toutes les religions est l’arche ne notre élévation, de notre place, de notre intégration dans le mystère du monde terrestre et divin.
Un monde de plénitude et d’amour d’un être d’humilité extérieur mais toujours et quand même intègre, catholique, fidèle à la tradition et à ses devoirs.
Le royaliste est fier d’afficher ses convictions par son charisme, par sa charité, avec son éducation comme repère, au service de son prochain dans un amour tout catholique.

MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS

 

XXXXXVII Le gouvernement naturel

La royauté est d’essence divine, naturelle et le roi de filiation légitime, incarne la justice et l’équité pour les différentes nations formant le pays.
La monarchie est le gouvernement d’un seul qui s’est imposée sur la légitimité mais qui a gardé la transmission héréditaire.
La politique n’est pas la jouissance du Pouvoir mais un sacerdoce de l’intérêt général qui ne peut être incarné que par la royauté qui seule  est éloignée de la cupidité humaine, au profit du royaume et de ses nations dont elle est seule le ciment.

 

      

XXXXXVIII Royauté et légitimité

 

Abbé de Tanouarn
Abbé félon de la fraternité Saint Pie X
Vous avez tenu des propos diffamatoires envers le Prince Louis XX disant que la royauté Française ne pouvait être incarnée que par un Prince Français, donc à aucun cas notre Prince Louis XX.
La première des rectifications est de vous rappeler que le Prince à une double nationalité, Espagnole et Française qui fera choisir son père Alphonse par le général Franco comme le prince ainé des Bourbons pour la couronne de France (close de légitimité de souverain pour la couronne de France). De plus le prince a suivi des études dans un lycée Français et a obtenu un bac Français.
D’autre par lors de son départ pour l’Espagne Louis XIV a bien recommandé à son petit fils le futur Philippe V d’Espagne qu’il devait rester un prince Français.
Le traité d’Utrecht sur le plan de succession au trône était nul par le principe d’inaliénation de la couronne, personne n’en dispose, elle est d’essence divine, naturelle et légitime, notamment par la définition héraldique du concept de roi : Un roi est un souverain (le prince légitime le plus élevé d’une cour) qui exerce le pouvoir royal. 
La légitimité est donc le principe fondamental de la royauté conjointement avec son origine divine.  L’obligation  de souverain Français est une conséquence de ses deux principes primordiaux.
En France il y a eu deux légitimités, la naturelle par filiation et la consacrée par la cérémonie du sacre.
Donc si les Bourbons Busset incarnent la naturelle par filiation directe, celle d’Henri IV branche cadette des Bourbons a été légitimée  par les sacres successifs de nos plus grands Rois.
Or les Orléans descendants d’un seul Roi illégitime, qui a d’ailleurs abdiqué, n’incarne ni la légitimité naturelle ni la légitimité consacrée, roi «élu » qui ne recevra jamais le sacre.
De plus la vie dissolue de tous les membres de cette branche Orléans dans le passé comme dans l’actualité encore ressente ne peut représenter une  « essence divine »surtout lorsqu’elle est à l’origine des pires des crimes de félonie  et de parricide, la responsabilité de la mort de Louis XVI  et de celle qui en découlera, celle de Marie Antoinette, de l’innocent Louis XVII et de celle de milliers de Français pendant la terreur.
N’oublions pas non plus, la responsabilité de l’ancien comte de Paris gauchisant ainsi que celle de son père le Duc de Guise dans l’effondrement de nos milieux royalistes.
L’orientation SFIO et Renouvin de ces princes rouges puis l’appartenance maçonnique et le divorce du successeur encore vivant ne lèguera qu’une misérable voie non pas lactée mais bien rougeoyante au jeune prince Orléaniste.
Oui notre Prince Louis XX n’est qu’un Prince Français vivant actuellement à l’étranger, mais qui peut lui reprocher pour sa sécurité de s’éloigner de cette Raie-publique .  La mort de son père aux Etats-Unis et celle de son oncle en Suisse nous est encore douloureuse. Toujours est-il que sa lignée légitime perpétue et fait honneur à nos Rois qui ont fait la France.
Il n’a surtout pas de sang Français sur ses mains comme certains princes rouges et comme certains  « Français » de Robespierre à Philipe Egalité et à Clémenceau responsable de la première guerre mondiale et par conséquence également de la deuxième, jusqu’à Giscard le père de la constitution Européenne. Je dirai plutôt la prostitution Raie-publicaine.
Sang des Vendéens, sang de nos soldats, sang des Français d’Algérie, d’un prince renaitra la France, qui actuellement meurt des dettes, de nos inutiles nuisibles et responsables parlementaires.
A quand la nouvelle épuration salutaire pour une France soucieuse de l’héritage qu’elle laissera demain à ses enfants.
Seul un roi aura la légitimité pour sauver la France.
Plus de Poly-tiques, mais le seul devoir dans la légitimité.

                                                                                    MON DIEU    MON ROI    MES DEVOIRS

 

       Hommage à Emmanuelle de Dampierre, veuve de Monseigneur Jacques de Bourbon,  duc d’Anjou et de Ségovie (1908-1975), mère de  Monseigneur Alphonse de Bourbon, duc d’Anjou et de Cadix (1936-1989).
La cérémonie religieuse a eu lieu le vendredi 11 mai à 10 heures en la ,chapelle Notre-Dame du Val –de-Grâce à Paris (5ème).

 

"Madame, vous qui avez toujours présidé nos commémorations, bien souvent avec Monseigneur le Prince Rémy de Bourbon-Parme, vous avez incarné toutes ces longues années, la Royauté, la Tradition Française mais surtout, toute la légitimité.
Vous nous avez quitté et dans ce grand vide, votre mémoire remplit nos cœurs et nous réunit dans le devoir de continuer votre œuvre."


MON DIEU, MON ROI, MES DEVOIRS


Jacques Serre

 

01 Avril 2013
Plan de redressement jusqu’au remboursement des dettes de la France

 

Aucun homme politique ne pourrait ni n aurait le courage de prendre les mesures nécessaires pour sortir la France des crises du chômage, de la sécurité et de son endettement.
Seul un coup d’état d’un véritable chef, dictateur éclairé, réussirait à restaurer la France dans son ancienne puissance.
Rétablir la catholicité de l’Etat Français pour encadrer ses actions.
Déclarer la faillite de la 5ème république.
Restaurer les frontières Françaises avec contrôles douaniers et taxes tendant à rétablir un équilibre commercial pays par pays.
Suppression de tous les hommes politiques qui quelque soit leurs orientations ou fonctions ont conduit à la ruine de la France, ainsi que la suppression des différentes chambres où ils siègent.
Supprimer toutes les aides et subventions aux partis politiques, syndicats, associations, aux étrangers sauf pour la recherche et les grands travaux de l’Etat.
Suppression de toutes assistances.
Laisser le rôle d’aide alimentaire  des démunis aux mairies et aux églises.
Paiement du chômage par les chambres des métiers, suppression de RSA mais maintien des allocations familiales pour les Français.
Rétablir la compétitivité de l’industrie par la remise au travail des Français. Fin de la cinquième semaine de congé, retour aux quarante cinq heures hebdomadaire, le tout pour le même salaire actuel.
Libéralisation des licenciements avec seulement un mois de préavis.
Baisse des charges des entreprises en fonction de leurs investissements et de leurs formations professionnelles continues.
Prise en charge par les chambres des métiers des litiges (prudhomme) et des formations professionnelles débouchant sur un diplôme.
Rétablissement de la sélection dans l’éducation nationale : retour de l’examen d’entrée en sixième et des universités.
Rétablissement de l’enseignement traditionnel : restauration du Français par le latin, le Grec, l’orthographe, le développement de la mémoire, de la logique, de l’histoire et de la géographie.
Sensibilisation du choix d’un métier avec stages des la sixième pour les garçons.
Formation d’un enseignement d’arts ménagers dès la sixième pour les jeunes filles dans le projet d’une  aide aux mères au foyer ayant obtenu ces diplômes dès l’équilibre futur des ressources de l’Etat.
Libre choix des écoles pour les parents.
Mise en œuvre de grands chantiers d’Etat : transport de marchandises et des poids lourds par trains à grande vitesse.
Développement des canaux fluviaux.
Développement de grands ports reliés aux trains de marchandises à grande vitesse reliant les ports de la méditerranée à la manche.

Augmentation de la qualité des produits Français, mise en place de garanties à cinq ans.
Reboisement intensif de tous les espaces libres et retour aux haies fruitières pour la faune sauvage.
Généralisation progressive du bio sur tout le territoire.
Développement d’éoliennes mixtes (eau et électricité) privées pour tendre à l’indépendance énergétique des foyers.
Développement du moteur à eau hydrogène.
Grand chantier aéronautique entièrement Français : gros porteurs longue distance, aéronefs militaires à  grand rayon d’action, différents drones à usage militaire et privé.  
Développement des liaisons aéronautiques inter villes.
Majorité à 21 ans pour les filles et 25 ans pour les hommes.
Règlement de la totalité des frais des tribunaux et de la totalité des incarcérations avant libération, financièrement ou par travaux d’utilité publique.
Perte de la nationalité Française pour les ressortissants d’origine étrangère à la récidive pénale.
Expulsion de l’hexagone à la deuxième récidive.
Sortie provisoire des financements de toutes organisations étrangères jusqu’à résorption de la dette Française.
Suppression de toutes élections jusqu’au rétablissement de la France.
Diminution des budgets des ministères sauf celui de l’armée.
Développement des écoles et des universités Françaises à l’étranger.
Développement des exportations jusqu’à équilibre avec les importations du même secteur.
Développement du tourisme.
Restauration du patrimoine.
Reconduite à la frontière et à ses frais de tous étrangers n’ayant pas de travail en France.
Justification d’un budget minimum de devises pour l’accès au territoire Français pour les touristes.
Carte d’identité et passeport génétique sur le territoire pour tous les Français et étrangers.
Limitation des salaires et des retraites correspondant à un travail réel à 10000 euro mensuel.
Indemnisation de l’Etat par des actions des grands chantiers.
Développement de l’aquaculture maritime et fluvial.
Lutte contre toutes les pollutions industrielles, privées ou médicamenteuses.
Rachat du patrimoine français immobilier et industriel.
Reconstitution des stocks des métaux précieux, or, argent et platine de la banque de France.
Exploitation des métaux rares terrestres et maritimes.
Rétablissement de la souveraineté de la France et des Français dans une éthique catholique d’amour.

 

MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS
 

 

 

Gouvernement de transition pour la renaissance de la France

1er ministre : président de radio courtoisie.
Ministre du budget : fonctionnaire d’école d’administration.
Ministre des armées : officier général de la marine.
Ministre de l’intérieur : officier général de la gendarmerie.
Ministre de la mer de la pêche de l’aquaculture : officier de la marine marchande ou membre de l’institut océanographique.
Ministre de l’aéronautique : ingénieur de l’école supérieure de l’aéronautique.
Ministre de l’industrie : ingénieur arts et métiers.
Ministre des transports et des ports : ingénieur des ponts et chaussées.
Ministre de la recherche : ingénieur de polytechnique.
Ministre de l’éducation national : école normal supérieure et agrégé lettres.
Ministre de la famille : médecin généraliste.
Ministre de la jeunesse : médecin psychanalyste.
Ministre du soutien social : prêtre traditionnel.
Ministre de la francophonie et d’outre mer : agrégé lettres.
Ministre de l’écologie : ingénieur météorologiste.
Ministre de la tradition et de la chasse : chef d’une famille ducale.
Ministre de l’agriculture : ingénieur agronome.
Ministre de la santé : médecin chirurgien.
Ministre de la culture : membre du collège de France.
Ministre de l’architecture : architecte, école supérieure des B.A.
Ministre des grands travaux : ingénieurs des mines.
Ministre des sports : médecin des sports.
Ministre de la lutte contre les addictions, les maladies sexuelles et les déviances : médecin associatif.
Ministre de la lutte contre la corruption : officier de la brigade financière.
MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS

Légitimité- Education

Dans ma jeunesse au sein de l’Action Française des années 1960 à 1975 les banquets annuels réunissaient des milliers de participants dans une grande fête familiale.
Les réunions hebdomadaires chez madame Tabary puis avec monsieur Decoster ainsi que les conférences de maitre De Muello attiraient toujours une cinquantaine de très jeunes gens.
Aujourd’hui les banquets de l’AF réunissent péniblement une centaine de personnes.
Les réunions de quelque dizaine de participants arrivent à une moyenne d’âge dépassant les soixante ans. Une visite au 10 rue des croix des petits champs est dramatique. Au bout de 10 minutes d’attente un fantôme vient vous ouvrir et vous expédie rapidement pour retourner à ses ténèbres. Où est passé le temps où ce local grouillait de jeunesses turbulentes. Pourquoi une telle chute ?
Actuellement avec « l’enseignement national », la télévision et les ordinateurs, les jeunes ne lisent plus. La suppression du service militaire, la fin des conflits armés pour la France et la majorité à 18 ans consacrent des hommes sans maturité et sans conviction.
Trois générations de princes d’Orléans gauchistes depuis le Duc de Guise ont sapé les idéaux de leurs plus fidèles partisans. Enfin une double responsabilité de Maurras nous a conduit à cette faillite. L’Action Française école « politique » a formé une multitude de chefs. Mais « politique d’abord » avec « monarchie » à occulté la catholicité, la tradition mais surtout la légitimité. La justice sous le chêne de Saint Louis s’est transformé en anarcho-monarchisme. N’importe quel brillant politique sans respect des institutions du mouvement de l’action Française crée son propre mouvement par une scission supplémentaire et l’Action Française avec la disparition de sa légitimité, celle de Juel puis de Pujo meurt à son tour. Sans légitimité par le passage de royauté à monarchie n’importe quel chef devient, droite musclée du fasciste au révolutionnaire ou simple casseur si il a un crâne rasé, un blouson noir ou quelques tatouages.
Il faut revenir à une définition de la Droite en dehors des positions des fauteuils de « l assemblée nationale», tous Girondins ou Montagnards ; Revenir à la prière fondamentale du catholicisme :
« Le Christ, est descendu aux enfers … et remonté s’assoir à DROITE de DIEU LE PERE »
Celui qui fait une imitation de notre Seigneur Jésus Christ est à droite, tous les autres à gauches, révolutionnaires, anarchistes, fascistes, gaulliste, gauchistes, musclés etc
Il faut revenir de « Monarchie » à « Royauté » avec catholicité, tradition, éducation, justice, amour et légitimité.
Revenir de politique d’abord « politique d’abord » à
« éducation d’abord »

Une éducation dans le respect de la légitimité, donc de la famille. Pour cela il est nécessaire à un retour à la majorité de 21 ans pour les femmes et même de 25 ans pour les hommes retrouvant ainsi un équilibre après la crise de leur adolescence Pour qu’ils puissent assurer leurs futures responsabilisées.
Le même problème de rupture de légitimité chez les « légitimistes » à les mêmes effets funestes. L’institut de la maison de Bourbons et le Duc de Bauffremont, la légitimité Française, est séparée du Duc d’Anjou, noyautée par quelques bureaucrates pédants et arrivistes, isolant le Souverain de ses fideles. Ainsi coupé de ses fidèles, le Prince perd une partie de sa propre légitimité, de son aura, et ses troupes s’effondrent.
N’oublions pas que la légitimité en France découlait de la primogéniture mâle mais aussi du sacre où le Roi (Prince légitime le plus élevé d’une cour exerçant le pouvoir royal) reçoit l’épée du lieutenant du Christ lui enjoignant d’être toujours au combat devant son armé. Il doit également jurer de lutter contre les ennemis de l’église catholique. En cela son devoir est d’être à la tête de la tradition de l’église et de lutter contre tous les dévoiements de celle-ci. En cela tous les Princes ne remplissant pas ses deux devoirs meurent et quelque fois sans postérité (Henri II, Louis XI, Henri IV, Louis XVI etc) Telle est la malédiction des Princes de sang Français. Dieu ne permet pas d’ignorer une partie des devoirs des Princes de sang liés par le symbolisme du sacre, même par bonté comme Louis XVI.
Toutes les personnes se désolidarisant de la légitimité deviennent eux-mêmes illégitimes. Comment revenir à une société basée sur la légitimité ? Tout simplement par un enseignement traditionnel Français, légitimé par l’Histoire de France. Il suffirait de faire établir un livre formé de trente tableaux (de trois ans à trente trois ans) de l’ensemble des livres bien orientés, année par année selon une classification présentée sous forme de colonnes.
Géométrie astronomie
Histoire
Grammaire
Littérature
Poésie
Musique
Opéra
Peinture sculpture
Langues anciennes (latin, Grec)
Philosophie
Politique
Mathématique
Physique
Langues modernes (Espagnol, Italien)
Religion catholique
Histoire du Christianisme
Création d’une maison d’édition pour rééditer ses livres choisis et les expédier aux abonnés. Ainsi une nouvelle élite pourrait grandir et reprendre les rennes de l’armée et de la police puis d’un gouvernement Français catholique.

N’oublions pas : Un Prince est Souverain par sa Légitimité et Roi par l’exercice du Pouvoir Royal conféré par le Sacre.
Sans Légitimité, sans Pouvoir Royal du Sacre, un Prince n’est qu’un Monarque, comme ceux de Cuba ou de la Coré du Nord.

MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS

 

Intégration des Roms dans une France en désintégration programmée

 

Nous avons eu des vagues successives d’immigrations, les polonais dans les mines du Nord, les Italiens, les Espagnols dans le sud, les portugais dans notre capitale, coiffeurs, maçons ou concierges ; toutes vagues réussies par deux facteurs : une communauté catholique et une demande de main d’œuvre d’une industrialisation prospère. Puis vinrent depuis De Gaulle d’autres immigrations pleines de ressentiments et quelque fois de haine, refusant souvent de s’intégrer, de plus d’une autre religion qui n’est qu’une théocratie conquérante dont les extrémistes anti Français sont manipulées par les Etats-Unis par l’intermédiaire des Emirats et du Qatar pour asseoir une hégémonie culturelle et industrielle Américaine contre l’Europe.
Les Roms eux, s’ils sont souvent obligés de mendier, de voler ou de se prostituer, n’ont jamais posé de bombe. Ils s’intégreraient s’ils avaient du travail et leurs enfants en partie scolarisés promettent déjà un changement favorable. A choisir, cette nouvelle immigration une fois éduquée nous serait bien plus proche, sans rupture de civilisation, sans haine, sans volonté de conquête revancharde. Peut d’être de la gratitude à la place des bombes ou d’opérations de kamikazes solitaires.
Voilà les seuls facteurs de réussites d’intégrations : éducation et travail. Si l’éducation n’est que le long terme d’une génération, le travail indispensable immédiatement lui est actuellement impossible.
Pourquoi : l’industrialisation comme l’éducation de la France on été systématiquement détruites par De Gaulle et ses successeurs de tous bords politiques confondus tous inféodés à une puissance étrangère concurrente. Dé Gaulle le plus grand communiste Français (n’oublions pas qu’il fut soutenu par Staline des 1942) à mis en place dans l’éducation nationale, dans l’industrie, dans nos bases militaires et dans tout les rouages de notre Nation, des agents rouges pour détruire la France, nos familles et l’esprit Français. L’éducation Nationale deviendra dès lors le fer de lance de la désintégration Nationale. Le règne rouge et le règne des francs maçons, continuateurs de la révolution, au fur et à mesure des années seront épaulés par la trahison d’une nomenklatura mondialiste pro Américaine, s’appuyant sur ces deux œuvres de destructions idéologiques pour des coups de grâce économique précédées par une destruction de nos racines. Cette alliance rouge, la première d’Europe et mondialiste pro Américaine de nos traitres politiques à détruit notre Nation Française notre économie et notre avenir. La définition de Nation est complètement dévoyée par nos dirigeants.
Comment payer des retraites lorsque les cotisations ne rentrent plus dans les caisses de l’Etat car toute l’industrie et la puissance de la France se délocalisent. De plus nos finances sont saignées, je n’ose dire à blanc par une politique d’assistanat rouge.
Seul une restructuration complète de l’éducation Nationale, la termitière rouge, où actuellement des inspecteurs généraux sans aucun diplôme s’ils viennent des syndicats de l’apocalypse ; permettrait une renaissance de la culture Française car aujourd’hui nos bacheliers ont perdu tous raisonnements toutes chronologies, confondant croisades et troisième voie, Raymond Lulle et Maurras, le syllabus et la kabbale ou la bhagavad-gita. Pour la défense de nos bacheliers tout ces noms ne sont que chinoiseries de temps révolus, dont ils n’on jamais entendu la moindre syllabe. L’éducation, la famille, la Nation sont détruites par le reniement de nos racines chrétiennes.
L’industrie elle a été torpillées premièrement par De Gaulle faisant transférer tout notre savoir aux Russes par l’intermédiaire de responsables d’associations Franco-russe et de la franc-maçonnerie (missiles, fusées, concorde, recherches etc ). Puis se fut la cinquième semaine pour que nos femmes puissent aller avorter et les 39 heures. Les lois de licenciement étranglent l’embauche. Il faut supprimer tout cela et procéder à une nouvelle loi de 1905 mais cette fois si séparant les employeurs et les employés.
C’est aux employés de financer entièrement la sécurité sociale, le chômage et les retraites pour en réaliser les coûts réels.
C’est aux employeurs de verser une taxe pour la recherche, l’aide à l’exportation, la formation professionnelle, l’investissement et l’équipement logistique des transports notamment de trains de marchandises à grande vitesse.
C’est à chacun de financer ce dont il bénéficiera et non pas rester dans une politique d’assistanat industrialisé. Seul cette restructuration permettrai à l’industrie et aux capitaux de revenir en France et à l’Etat de remplir à nouveau ses caisses.
Ainsi la France redevenue concurrentielle retrouverait une demande de main d’œuvre, supprimerait non seulement son chômage mais permettrai à nos Roms Européens et chrétiens de s’incérer progressivement dans notre Nation par l’éducation et le travail car le vol et la prostitution de cette ethnie Européenne et chrétienne ne sont que les conséquences de ventres vides par l’impossibilité d’un travail honnête et déclaré, les laissant dans le seul contexte de la mendicité, école de toute les perversions des comportements sociaux.
MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS

 

Menu Prunié  20 Octobre 2013

 

Suprême de caviar socialiste
et de ses toasts grillés                                                                                              1E

Andouille de Gamellest
 sauce sucrée                                                                                                            13E

Chips de betterare rouge
sauce oseille                                                                                                              36E

Moule farcie Pierre Berger                       
dans son jus                                                                                                           Offert

Tartare des méninges de Pierre Berger
 C apres et cornichons                                                                            1E pour le cornichon

Fric assée de vieille Harpie Pierre Berger                                                             à la carte Prunié
            dans son fiel
Bigot très-salé cramoisi et ses fayots
sauce tartare                                                                                                              66E

Filet mignon de porc doré
à la mode de  Kant                                                                                                     69E

Salades médiatiques autorisées                                                                                         à volonté
Concentré de fruits rouges et son givre de Goulag                                                         666E       

 

                                                                             Pour digérer
                                                            Bi-carbonate de Sade à volonté

XXXXXXIII Légitimité : la Royauté

 

 

A Madame : KARINE MAUVILLY

Si dans un dictionnaire moderne le mot « monarchie » est un régime politique dans lequel le chef de l’Etat est un Roi ou un empereur héréditaire, par contre le terme « Royauté » en plus de son sens, régime politique, à deux autres démentions : l’origine Divine, catholique pour la France, mais surtout aussi pour nous légitimistes, l’essence de la légitimité.
Le Roi est un Souverain (le prince légitime le plus élevé d’une cour) qui exerce le Pouvoir Royal. D’où les racines millénaires de Râg et Rêg (« le soleil » et « diriger en ligne droite comme l’éclair »)
Pour nous légitimiste le terme Royauté incluant par l’héraldique de Souverain la légitimité est naturel et le peuple l’assimile avec bienveillance à Saint Louis sous le chêne. Par contre « Monarchie » à un côté péjoratif du rejet des derniers jours de Louis XV et des commandos des Camelots du Roi de l’Action Française pleins de certitudes mais pas toujours empreints de noblesse de cœur et de Charité Chrétienne.
De Maurras nous avons hérité de « Monarchie » et de « politique d’abord ». Revenons à Royauté et « éducation d’abord ». Revenons la légitimité, essence Divine de la Royauté et de l’aristocratie. Nous sommes légitimistes. Laissons la Monarchie aux Orléanistes qui d’ailleurs n’en veulent même plus puisqu’ils clament par un de leurs penchants maçonniques le retour à une monarchie parlementaire qui n’est plus le gouvernement d’un seul, ni royauté, ni monarchie, une simple réaction contre le désordre, de l’anarchie laïque, orgueil humain, fruit de la révolution dite « Française », mais comme la maçonnerie, acte de guerre anglaise contre la royauté, seule Nation Française.

                                                                             MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS

XXXXXXIV Chômage et insécurité, cancers de la France

Les deux cancers de l’Etat actuel de la France sont le chômage et l’insécurité.
La déplorable gestion des entreprises Française fiscale et législative les obligent à délocaliser diminuant ainsi de plus en plus des rentrées fiscales et donc nous dirigeant vers une faillite prochaine.
La séparation des contributions aux développements des entreprises et des charges sociales des employés résoudrait nos problèmes sociaux.
La charge des cotisations sociales étant entièrement assumée par les employés aboutirait à une meilleure gestion de la sécurité sociale qui de plus est actuellement grevée par des largesses aux étrangers ce dont elle n’a plus les moyens. Cette mesure avec une plus grande flexibilité des licenciements et un retour à un travail conséquent ramènerait l’industrie en France et remplirait à nouveau les caisses de l’Etat.
Le deuxième cancer est l’insécurité. Problème rapidement résolu.
Une personne malade à l’hôpital doit payer des frais journaliers malgré que ce ne soit point de sa faute s’il est malade.
Par égalité un détenu devrait payer également des frais journaliers de séjours d’incarcérations et ceci recevable pour l’Etat dès le lendemain de son jugement. Sommes retenues par huissier, par saisies bancaires, par prélèvements sur salaires immédiatement dans toute la proche famille, parents, grands parents, oncles et cousins. Ainsi chaque famille ne voulant pas être ruinée ferait sa propre police au sein du clan. D’autres pour échapper à ces mesures radicales retourneraient dans leur pays d’origine œuvrant ainsi à l’amélioration de notre chômage. Travaux pénitenciers, Travaux d’intérêt général compléterait ainsi le remboursement de l’Etat. Combien de digues à surélever, combien de lits de rivières à creuser pour éviter les inondations, combien d’arbres à replanter pour rétablir la circulation atmosphérique et refroidir notre terre.
En un temps très court les incivilités, la drogue et les braquages seraient supprimés en grande majorité au grand soulagement de nos prisons et de nos finances.
Il suffirait aux Politiques d’être seulement logiques, d’avoir du courage et prendre ces décisions d’égalité en hommes libres et responsables.
Ce n’est pas aux contribuables à payer les jours de prison d’un délinquant.
Accepter cette égalité de financement actuel c’est nous rendre tous solidaires et égaux des délinquants.
C’est la France qui paye !

                                                                 MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS

 

XXXXXXV  L’Homme seul Animal social croyant en Dieu

La différence, l’opposition donc l’inégalité, sont la matrice de toute vie et la hiérarchie est son développement naturel donc le seul chemin du bonheur, équilibre entre les capacités et la position sociale de l’Homme.

La vie : Atomes : noyau et électrons, l’eau : H2O circulation atmosphérique, homme femme, cathode, anode.
Hiérarchie : monde végétal, monde animal, génie humain : fruit de l’étude. 

XXXXXXVI Vendanges des « libertés d’expressions » à deux vitesses


Dans le politiquement correct la liberté de blasphémer est présentée comme une valeur de la république : « la liberté d’expression » mais en réalité une atteinte à l’éducation et à l’honneur des Français.

Par contre toutes les paroles où les gestes obscènes vis-à-vis de la communauté juive sont lourdement condamnés dans tous nos tribunaux. Une telle disparité ne fait qu’alimenter les forces du Front se disant lui aussi « National ».

Le seul respect de l’autre quelle que soit son origine devrait être le ciment d’une civilisation évoluée. Les Français de souche, d’origine catholique, ne sont pas racistes mais on ne peut pas les empêcher de juger secrètement ceux qui se disent leurs représentants. Ils ne se reconnaissent plus dans toutes ces « droites athées » et révolutionnaires même les plus extrêmes malades elles aussi de l’ouverture à la seule politique du nombre.

La responsabilité de « notre assemblé nationale », agent législatif du Grand Orient de France de la rue Cadet est entière dans ses vengeances cultuelles islamiques. Une nation est une communauté avec les mêmes valeurs. Pourquoi donc une lorgnette laxiste continuatrice de la révolution et une autre très répressive aux atteintes d’une seule ethnie, juive, importante depuis des siècles sur notre sol, mais très minoritaire.

Nous allons vers des réactions de plus en plus croissantes et de plus en plus militaires du terrorisme. Il est urgent que notre assemblée dite « nationale » du politiquement correct mais surtout révolutionnaire revienne à une notion de respect, d’éducation et d’amour de l’autre, quel qu’il soit. Une simple correction et non plus « du politiquement correct ».

N’oublions pas que les terroristes ont fait le choix de mourir en martyr à la fin de leurs attentats, pour leur gloire, leur publicité, leur idéal religieux. Cet objectif cultuel de publicité doit être pris en compte par nos moyens militaires qui devraient avoir ordre de neutraliser vivants tous les terrorises. Nos forces de l’ordre devraient être équipées dans cette volonté pour pouvoir présenter médiatiquement les terroristes qui se seraient « rendus » et non plus martyrs, devant les tribunaux publics. Il est urgent de légiférer sinon les vendanges des libertés d’expressions ne seront que vengeances sanglantes des  «  valeurs » du politiquement correct.

De plus prions que cet esprit de vengeance ne contamine les Français de souche en une vaste « épuration », comme après la deuxième guerre mondiale, des « valeurs républicaine »


MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS

XXXXXXVII  L’héritage du gentilhomme : le devoir

 

Une des caractéristiques du monde moderne est la perte du sens du vocable traditionnel.

Gentilhomme : Dénomination qui ne s’appliquait qu’aux nobles de race et non aux anoblis.
                            D’où les expressions : noblesse d’épée, noblesse de robe.
Aristocrate : Membre d’une classe privilégiée.
                       Partisan de l’aristocratie, d’un gouvernement aristocratique.
Noble : Qui est élevé au dessus des autres en dignité par droit ou par faveur spéciale.
              Qui a de la grandeur, de l’élévation.

Prenons une  hypothèse  des plus saugrenues :
Un prince des plus authentiques vendrait des préservatifs décorés de la couronne de France pour son « propre » compte.
Resterait-il gentilhomme ? Oui de naissance.
Resterait-il aristocrate ? Non car il n’est pas membre d’une classe privilégiée s’il en vient en un tel expédient et il ne défend pas non plus en cela les valeurs de l’aristocratie.
Il a dérogé
Est- il noble ? Il ne semble pas au dessus des autres en dignité même si les pochettes de ces préservatifs sont noires avec une couronne dorée. Un emballage de deuil, bien profond de nos valeurs royalistes, là certes oui. Mais ni « grandeur », ni « élévation »… de l’âme.
Certes gentilhomme, mais chez moi en Provence de Marcel Pagnol les expressions il est : « gentil », un « bien brave » ne désignent en fait  qu’un … « benêt », un « pauvre diable ».
Prions pour qu’il ne pense plus qu’à la seule élévation qui lui reste … son nom, enfin celui de ses ancêtres.

                 « Le devoir est de savoir hériter »

MON DIEU MON ROI MES DEVOIRS.